13/05/2009 17:41:20
Cameroun: Les services secrets cambriolés
Les voleurs ont emporté le coffre-fort de la direction de l’administration  générale des services secrets camerounais, dans la nuit du 11 au 12 mai 2009.
La Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

 La série de cambriolages qui sévit depuis quelque temps dans certaines administrations de la République. Après le Centre de renseignement militaire (Crm) du ministère de la Défense, visité par des voleurs dans la nuit du 03 au 04 mai, c’est au tour du siège de la Dgre (Direction générale à la recherche extérieure) d’être cambriolé.

Selon des sources exclusives de La Nouvelle Expression, des individus encore non identifiés se sont introduits dans la nuit du 11 au 12 mai 2009, dans les bureaux de la direction de l’administration générale de la Dgre, chantre du renseignement et du contre espionnage, au quartier du lac, à Yaoundé. Les voleurs ont emporté avec eux le coffre-fort de ce service, et des documents importants. Le montant contenu dans le coffre fort n’a pas été révélé par nos sources.

Des indiscrétions émanant des services de renseignements font état d’une importante somme d’argent destinée à la logistique des services spéciaux. D’après nos sources, c’est la première fois qu’un coup de vol d’une telle envergure est perpétré dans les locaux de la Dgre, après l’incendie  survenu en 2006, qui avait réduit en fumée des documents confidentiels de la centrale de renseignements. Dans l’entourage du patron des services secrets camerounais, l’on observe une certaine réticence à communiquer sur le sujet- aucun détail n’a été donné sur les circonstances de ce cambriolage.

Toutefois, La Nouvelle Expression a appris, de bonnes sources, que, le directeur général de la Dgre, le commissaire divisionnaire, Bienvenu Oubalebout, aurait instruit l’ouverture d’une enquête en interne, pour faire la lumière sur cette affaire. Une piste qui pourrait, pensent des ipersonnes informées, aboutir à l’hypothèse des complicités internes. Des avis informés dans les milieux sécuritaires de la capitale voient en ce coup de vol spectaculaire un ballon d’essai  pour tester la  capacité de riposte en cas d’attaque d’envergure... surtout que, poursuivent les mêmes sources, le chef rebelle des Monts Mandara, Liman Oumaté Malloum, arrêté récemment à Maiduguri, au Nigeria, est toujours gardé à vue dans les locaux de la Dgre, à Yaoundé, où ce dernier aurait subit, plusieurs auditions.

Selon nos informations, le gouvernement aurait mis un point d’honneur sur la stratégie à mettre sur pied pour combattre ce nouveau phénomène de cambriolages, dans les édifices publics, lors de l’avant dernier conseil de cabinet. Les inquiétudes du gouvernement sont d’autant plus grandes, étant donné que les auteurs de ces cambriolages ont décidé de cibler des  centres névralgiques du système de gouvernance de  l’Etat.

Olivier Mbellé

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE