04/12/2009 17:02:52
Tentative d'assassinat: Camara évacué au Maroc
Le chef de la junte en Guinée, Moussa Dadis Camara, qui a survécu jeudi à une tentative de meurtre par son aide de camp, a dû être «évacué au Maroc» vendredi pour y être soigné, alors que des sources officielles à Conakry répétaient qu'il allait «bien».
Cyberpresse
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille
                

                  Le lieutenant guinéen Aboubacar Sidiki Diakité dit "Toumba", accusé d'avoir tenté de tuer jeudi soir
                  le chef de la junte Moussa Dadis Camara dont il était l'aide de camp - AFP

 

L'incertitude était également de mise sur le sort de son aide de camp, le lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité, dit Toumba, accusé d'avoir essayé de le tuer par balles. Mais un ministre a admis vendredi qu'il n'avait pas «encore été arrêté», contrairement aux premières indications officielles.

Le capitaine Dadis Camara «a été évacué au Maroc», a affirmé à l'AFP un ministre guinéen, le commandant Kélétigui Faro. Cette information a ensuite été confirmée par le porte-parole du chef de la junte, Idrissa Chérif, interrogé par la chaîne d'information télévisée France 24.

Assurant qu'il n'était parti que «pour un contrôle complémentaire», M. Chérif a même déclaré: «Le chef de l'État va bien, il a pris son petit déjeuner et a réuni ses différents chefs d'état-major».

La junte avait assuré jeudi soir que le capitaine Dadis se portait «bien», en refusant de commenter les informations circulant à Conakry sur une blessure à la tête.

Mais une source gouvernementale sénégalaise a évoqué «une blessure assez profonde» et un militaire burkinabè a assuré que le capitaine guinéen avait «reçu des éclats de balles dans la tête».

«Comme c'est un peu délicat, il n'a pas voulu d'intervention (médicale) à Conakry», a ajouté cet officier, précisant qu'il avait été acheminé au Maroc dans un avion affrété par le président burkinabè Blaise Compaoré, chargé d'une mission de médiation en Guinée.

Le Sénégal avait également envoyé jeudi soir un avion à Conakry pour pouvoir transporter, si nécessaire, le chef de la junte guinéenne vers Dakar. Mais l'appareil médicalisé est finalement revenu sans lui.

Quant à son agresseur présumé, Toumba, il se trouvait vendredi «dans un endroit sûr», selon son entourage, refusant d'en dire plus.

Un peu partout, les Guinéens spéculaient vendredi sur l'état de santé réel du capitaine putschiste, porté au pouvoir par l'armée le 23 décembre, au lendemain de la mort du dictateur Lansana Conté (1984-2008).

Cette tentative de meurtre intervient deux mois après le massacre d'opposants qui réclamaient la fin de la «dictature militaire» et exigeaient que le chef de la junte ne soit pas candidat à la prochaine présidentielle.

Toumba est sur la sellette depuis cette tuerie, car il a été désigné par de nombreux témoins comme un meneur de la répression sanglante qui a fait au moins 150 morts selon l'ONU.

«Tous les témoignages ont indiqué que les meurtres ont été exécutés par des membres de la garde présidentielle (...) et que l'officier commandant les + bérets rouges+ dans le stade était le lieutenant Aboubacar Diakité, dit "Toumba"», avait écrit l'organisation Human Rights Watch (HRW) dans un rapport.

Trois commissaires mandatés par l'ONU pour enquêter sur ce massacre étaient arrivés le 25 novembre à Conakry, et devaient normalement achever vendredi leur première mission sur le terrain.

Un calme apparent régnait dans la capitale, mais deux importants barrages militaires étaient établis aux sorties de la presqu'île de Conakry.

À Paris, le secrétaire d'État français à la Coopération Alain Joyandet a estimé que «l'éventuel retrait de Dadis Camara ne solutionne pas tout», sans pouvoir donner d'indications sur son état de santé.

L'agression de Dadis «prouve que le climat là-bas est délétère et qu'on a besoin d'urgence d'un plan de sortie de crise qui conduise à des élections», a-t-il dit.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE