10/12/2009 16:14:12
Guinée: Konaté aux commandes, convalescence pour Camara
Le général Konaté, qui dirige la Guinée «par intérim» depuis la tentative de meurtre contre le chef de la junte le 3 décembre, a appelé mercredi au retour de la «discipline» au sein de l'armée, alors qu'une longue absence du numéro un du régime est désormais envisagée.
Cyberpresse
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

«Il y a quelques jours que notre président a échappé à un attentat (...): c'est une honte pour notre nation, c'est une honte pour notre armée», a déclaré le général, dans un reportage diffusé dans la soirée à la télévision d'Etat.

«La discipline était complètement bafouée, il faut faire revenir la discipline (...) Nous demandons aussi la cohésion (...) L'armée est indivisible, on est une famille», a-t-il insisté, au cours d'une tournée dans trois unités militaires de Conakry.

Face aux soldats en armes, le général a déclaré: «Nous ne devons plus laisser des gens indésirables agir en notre sein (...). Il faudrait que vous-mêmes vous nous aidiez à lutter contre les mauvaises graines, les éliminer carrément de nos rangs».

Le chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, avait été blessé par balles, à la tête, par son aide de camp, Aboubacar Sidiki Diakité, dit Toumba, actuellement en cavale. Il a été opéré au Maroc, où il reste hospitalisé.

Les autorités assurent qu'il «va bien, très bien», mais il n'a pas fait d'apparition ni de déclaration dans les médias depuis l'attaque.

Des ministres évoquent désormais l'éventualité d'une longue convalescence.

«Même si cela doit durer des années, il n'y aura pas de problème, le ministre de la Défense Sekouba Konaté continuera d'assumer l'intérim de façon loyale, en attendant le retour du président Dadis», a ainsi déclaré le ministre secrétaire permanent de la junte, le colonel Moussa Keïta.

A Paris, le secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, a de son côté affirmé: «Camara est dans un état assez difficile mais ses jours ne seraient pas en danger (...). S'agissant de sa capacité à revenir en Guinée, je crois qu'on n'en est pas encore là. Pour l'instant, il est au Maroc pour un certain temps».

Les Etats-Unis ont jugé opportun mercredi de «tendre la main» au général Konaté, dans l'espoir d'aider au retour d'un gouvernement civil dans le pays.

La diplomatie américaine est en train de jauger la situation, selon un responsable s'exprimant sous couvert d'anonymat: «Nous ignorons si (Camara) retournera au pouvoir, mais dans l'intervalle nous tendons la main à Konaté (...). Nous pensons que des progrès (vers un gouvernement civil) peuvent être accomplis avec (Konaté) dans le cas où Camara ne reviendrait pas», a-t-il dit à l'AFP.

Le général Konaté, ancien commandant du Bataillon autonome des troupes aéroportées (BATA, unité d'élite), avait été l'homme-clé du coup d'Etat de décembre 2008 qui avait porté le capitaine Camara au pouvoir, après la mort du dictateur Lansana Conté qui dirigeait le pays depuis 1984.

Par ailleurs, le ministre Keïta avait annoncé, mardi soir, le gel des négociations avec l'opposition qui avaient été engagées, à Ouagadougou, après le massacre d'opposants guinéens par les forces de sécurité le 28 septembre à Conakry.

«Pour le moment, notre participation aux négociations n'est pas bannie mais suspendue jusqu'au retour (au pouvoir) du président» Camara, a déclaré le colonel Keïta.

«La junte ne peut pas prendre prétexte» de l'hospitalisation de son chef pour «s'éterniser au pouvoir», a protesté mercredi le président de l'UFD (Union des forces démocratiques), l'opposant Mamadou Bah Baadiko, interrogé par l'AFP. Selon lui, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) doit à présent intervenir, afin d'«obliger la junte à aller à la table des négociations».

Laurence Boutreux

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE