21/12/2009 15:47:24
Le Messager : menace d'un sit-in le 24 décembre
Le personnel licencié menace de faire un sit-in le 24 décembre 2009
Au lendemain de la célébration du trentenaire du journal Le Messager, le malaise qui régnait au sein de l’entreprise depuis plusieurs mois, a pris un autre virage. Les employés qui réclament 7 mois d’arriérés de salaire se sont mobilisés pour exprimer leur raz le bol par un arrêt de travail le 02 décembre 2009, « parce qu’étant dans un état de surendettement insupportable, pourchassés par les bailleurs et les créanciers, et n’ayant plus de quoi payer le bus à 150Ffa pour arriver à leur lieu de travail », selon Mathieu Nathanaël Njog, du collectif du personnel licencié.
journal du cameroun
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Face à cette situation, Pius Njawé a convoqué une réunion avec le personnel le 08 décembre 2009, au cours de laquelle il a rassuré les employés sur le fait qu’il va se battre pour éponger 3 des 7 mois de salaires impayés. Dans la foulée, M. Njawé, « nous a surtout dit que nous devrions cesser de travailler parce qu’il ne voulait plus qu’on ajoute un 8eme mois de salaire à ces arriérés », indique le collectif.

Alors que les journalistes attendaient le paiement de ces trois mois d’arriérés de salaire, ils ont été surpris par le recrutement de nouveaux journalistes, malgré la situation économique précaire que traverse le journal. Recrutement qui a intrigué le personnel qui en a déduit que les nouvelles recrues étaient destinées à « remplacer » certains employés.

Un sit-in le 24 décembre 2009

Mathieu Nathanaël Njog, Roland Tsapi, Léopold Chendjou, Bernard Batana, Alain Njipou, Sévère Kamen, Frank William Mbatchou, Linda Mbiapa, Francis Meli, Serges Dooh, et Michelle Kamo, sont les journalistes du Messager mis à la porte. Dans la correspondance adressée au gouverneur du littoral, ils demandent à celui-ci de mettre tout en œuvre pour que Pius Njawé paie comme promis, les 3 mois d’arriérés de salaire avant les fêtes de fin d’année, et donner également la date à laquelle il devra éponger les mois restants, ainsi que leurs droits sociaux.

Si non, les 11 employés concernés, entendent « engager une action plus forte de manifestation publique au siège du Messager dès le 24 décembre 2009, si les engagements ne sont pas tenus », menacent-ils. En attendant, la délégation régionale du travail et de la sécurité sociale a convoqué le personnel licencié et le directeur du journal Le Messager ce lundi, 21 décembre 2009 à 15h à Douala. Cette réunion permettra-t-elle d’éviter l’inévitable ? Wait and see !

Makeda Lydie Gnotuom

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE