30/12/2009 05:01:39
RSF appelle le Cameroun dépénaliser les délits de presse
LIBREVILLE — L'organisation Reporters sans frontières (RSF) a appelé mardi les autorités camerounaises à "dépénaliser pleinement les délits de presse", au lendemain de la condamnation d'un journaliste de l'hebdomadaire camerounais Germinal pour "outrage au président de la République".
AFP
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Jean-Bosco Talla, directeur de publication de Germinal, a été condamné à un an de prison avec sursis assorti de trois ans de probation, ainsi qu'au paiement de 3 millions de FCFA (4.500 euros) d'amende à l'Etat et 154.000 FCFA (234 euros) de frais de justice, rappelle RSF, pour qui il s'agit d'une "décision en demi-teinte".

Cette peine "devrait éviter à Jean-Bosco Talla de rester (...) en prison" mais la condamnation fait "peser sur le journaliste une épée de Damoclès susceptible de le contraindre à l'autocensure", estime l'organisation qui "encourage les autorités camerounaises à dépénaliser pleinement les délits de presse".

M. Talla, qui avait été arrêté le 10 décembre, a été reconduit à la prison de Yaoundé à la fin de son procès. Il y restera s'il ne paie pas l'amende pendant la période de contrainte au corps fixée à deux ans, avait indiqué à l'AFP son avocat, Jean-Marie Nouga, précisant que son client allait faire appel.

Me Nouga avait estimé que le journaliste était incapable de payer les 3 millions d'amende.

Jean-Bosco Talla a été arrêté et incarcéré après avoir reproduit dans son journal l'extrait d'un livre évoquant "un pacte secret" entre l'actuel président camerounais Paul Biya et son prédécesseur Ahmadou Ahidjo.

Selon l'acte d'accusation contre lui, le texte publié affirme que le prétendu pacte aurait reposé sur un "rapport homosexuel", considéré comme un délit par le code pénal camerounais.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE