30/12/2009 21:20:15
La Guinée signe le contrat du siècle avec la Chine
"Nous allons réviser toutes les conventions minières signées dans l'opacité et tous ceux qui ont des permis, mais qui n'exploitent pas encore des ressources, seront dépossédés", a déclaré à plusieurs reprises le chef de la junte, qui assure: "nous signerons désormais des contrats gagnant-gagnant".
PANA
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le dirigeant par intérim de la Guinée, Sékouba Konaté, le 15 décembre 2009 à Kindia (Guinée)

 

Economie - Une junte militaire inconnue du grand public prend le pouvoir en Guinée le 23 décembre 2008, quelques heures après le décès, des suites d'une longue maladie, du président Lansana Conté, arrivé lui-même au pouvoir à la suite d'un coup d'Etat.

Les premiers discours du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, enflamment et donnent espoir à ses concitoyens lorsqu'il martèle sans arrêt que le Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD, au pouvoir) s'attellera à combattre la corruption et le détournement des deniers publics, considérés comme une plaie béante du pays qui regorge d'immenses ressources minières.

"Nous allons réviser toutes les conventions minières signées dans l'opacité et tous ceux qui ont des permis, mais qui n'exploitent pas encore des ressources, seront dépossédés", a déclaré à plusieurs reprises le chef de la junte, qui assure: "nous signerons désormais des contrats gagnant-gagnant".

Ainsi, le gouvernement a signé, le 10 octobre 2008 avec la China International Fund (CIF) et la compagnie pétrolière angolaise Sonangol un contrat de partenariat d'un montant de plus de 7 milliards de dollars (environ 4,5 milliards d'euros) dans des projets d'infrastructures.

Le ministre guinéen des Mines, Mahmoud Thiam, qui a signé le document, a indiqué que le contrat prévoyait la construction de barrages hydroélectriques, d'autoroutes, de chemins de fer, mais aussi des habitats sociaux, la production d'électricité, l'augmentation de la desserte de l'eau potable, une denrée rare dans la capitale guinéenne où des quartiers entiers sont sans eau depuis plusieurs années.

La Guinée bénéficiera également, dans le cadre de ce projet, d'écoles, de cliniques, d'hôpitaux, entre autre. Selon M. Thiam, le fonds chinois deviendra le partenaire stratégique de la Guinée dans un projet de développement minier qui débutera avec la création d'une société nationale minière destinée à prendre en charge la gestion des parts de l'Etat dans tous les projets miniers du pays.

Le ministre n'a pas précisé si le contrat prévoyait la transformation sur place de certaines matières premières, notamment la bauxite, mais les accords prévoient explicitement l'exploration pétrolière dans l'offshore guinéen par la société sino-angolaise China Sonangol Investment.

Pour sa part, le ministre d'Etat chargé de la Construction, de l'Aménagement du territoire et du Patrimoine bâti, Boubacar Barry, a rassuré, dimanche 11 octobre 2009, les partenaires chinois et angolais de la disponibilité de la Guinée à coopérer dans le cadre d'un "partenariat gagnant-gagnant".

On rappelle que le sous-sol guinéen recèle d'immenses gisements de bauxite, d'or, de fer, de diamant et d'uranium, entre autre.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE