20/01/2010 04:36:24
Un livre fait le constat de deux textes officiels distincts de l'hymne national
Un livre publié par les éditions CLE à Yaoundé à l’occasion de la commémoration des 50 ans de l’indépendance du Cameroun cette année fait le constat de deux textes officiels distincts de l’hymne national de ce pays, "Ô Cameroun, berceau de nos ancêtres", proposant de le "décoloniser" et de le "réécrire".
Xinhua
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Un opuscule de 94 pages, "L’Hymne national du Cameroun. Un poème- chant à décoloniser", écrit par un enseignant-chercheur à la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université à Douala, la métropole économique camerounaise, Thomas Théophile Nug Bissohong, jette un pavé dans la mare en attirant l’attention sur une réalité étonnamment ignorée de la mémoire collective.

"Le livre fait le constat que les francophones et les anglophones ne chantent pas le même hymne. L’auteur en appelle la conscience collective, surtout les décideurs à en tirer toutes les conséquences nécessaires qui s’imposent", a affirmé mardi à Xinhua le directeur des éditions CLE, Marcelin Vounda Etoa. Jusqu’ici, aucun regard n’était porté pour mettre en lumière un tel constat renversant.

Francophones ou anglophones, les Camerounais apparaissaient se reconnaître dans les versions française et anglaise de leur hymne national comme étant identiques, la deuxième étant appréhendée comme une simple traduction de la première.

"Au Cameroun coexistent aujourd’hui, en réalité, deux hymnes nationaux : celui principalement étudié ici, d’essence francophone, et qui est le chant de ralliement composé en 1928 par les élèves de l’Ecole normale de Fulassi puis adopté bien avant la proclamation de l’indépendance en 1960 et légèrement modifié le 20 mai 1970, pour en expurger les détonations colonialistes tendant à consolider la barbarie et la sauvagerie des Nègres", souligne la quatrième de couverture de l’ouvrage.

"L’autre texte de l’hymne national, écrit par Bernard Fonlon au moment de la Réunification en 1961 et officiellement reconnu le 12 juillet 1978, est d’inspiration anglophone, avec une immersion géopolitique dans le Cameroun profond", poursuit-elle. Selon le directeur de CLE, "les gens qui découvrent ce livre-là en sont ébahis et l’achètent. Leurs yeux s’ouvrent sur quelque chose qui semblait si évident". "L’hymne national du Cameroun.

Un poème-chant à décoloniser et à réécrire" fait partie d’une série d’ouvrages publiés pour commémorer le cinquantenaire de l’indépendance du Cameroun acquise le 1er janvier 1960. Objet de festivités officielles annoncées par le président camerounais Paul Biya, dans ses voeux au peuple le 31 décembre, cet événement va culminer le 1er octobre 2011 avec les 50 ans de la réunification du Cameroun, entre la partie occidentale, sous administration française à l’époque coloniale, et la partie orientale, sous administration britannique.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE