01/02/2010 02:25:12
Lettre ouverte Biya
C’est avec honneur, dévouement, et respect que je prends l’engagement en tant que citoyen de vous adresser ce message.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Comme vous l’avez annoncé dans votre premier discours de l’an, cette année est l’année du cinquantenaire de l’in dépendance au Cameroun. C’est donc une année de bilan et surtout celle-là qui doit nous préparer pour les cinquante prochaines années. Mr. le Président, en cinquante ans le Cameroun a eu deux Présidents, l’un pendant 22 ans et l’autre pendant 28 ans.  Puisque chacun peut effectuer à sa manière ce bilan, ce qui intéresse davantage les Camerounais c’est notre avenir, l’avenir du Pays. 


Mr. le Président, la CAN 2010 a donné l’occasion aux Camerounais de vivre ce que l’âge peut faire sur les performances d’un individu. Que des joueurs comme Song Bahanag Rigobert, Njitap Fotso Geremi qui pendant plus de dix ans ont imprimé de leurs empreintes géantes l’esprit de vaincre, de conquérant, de surpassement des lions marquent aujourd’hui des buts dans leur propre camp, n’est ce pas le son de glas d’une génération de footballeurs ! Ce qui est vrai en football l’est aussi en politique et dans bien d’autres secteurs ! Les Pays qui influencent le monde par le dynamisme, le courage, le charisme, la présence sur tous les fronts de leur principal dirigent sont gérés par des Présidents ou exécutifs relativement jeunes (Obama, 48; Sarkozi, 55; Merkel,  56 ; Chavez, 55). En 2011 vont se tenir les élections présidentielles au Cameroun. Vous aurez en ce moment 78 ans avec 29 ans de magistrature suprême. N’est-ce pas le temps de quittez en créant des conditions de transparence pour que le Camerounais qui a le meilleur projet de société arrive aux affaires ? N’est-ce pas le moment de prendre sa retraite et mener une vie familiale loin de tous les projecteurs sociaux ! Comme il est difficile pour un footballeur qui a pendant plus de 10 ans dessiné les plus belles pages dans son domaine de laisser la scène, il en est aussi pour le politicien qui pendant prêt de 30 ans a été le dinosaure. Je sais que ce n’est pas et ne sera pas une décision facile surtout dans le contexte Africain, mais Mr. le Président, c’est la bonne voie, pour vous, votre famille et pour le Cameroun.


En ce moment, il y a un groupuscule de Camerounais, pour la plupart dans le RDPC qui s’agitent de différentes manières pour vous demander de vous représenter quitte à ce que vous mourriez au pouvoir avec toutes les conséquences que ça peut avoir pour la vie de la Nation. Même si ces agissements peuvent s’interpréter de différentes manières, il reste que la plupart des initiateurs le font pour leurs propres intérêts, pour des calculs personnels qui n’ont rien à voir avec l’épanouissement des Camerounais en général. Mr. le Président, il ne faut pas écouter ce son de cloche qui est pourtant si proche de vous, mais en même tant si loin et constitue un danger grave pour la continuité et la stabilité de notre cher et beau Pays. L’occasion n’est t-il pas venu d’imprimer à jamais votre marque au Cameroun "comme l’homme qui a apporté le multipartisme et la démocratie". Est-il prématuré de limiter l’âge pour un candidat aux élections présidentielles à 65 ans !  Les grandes ambitions que vous avez initiées vont se mesurer au final par des mesures courageuses comme celle-là qui vont favoriser le rajeunissement de la vie politique et permettre de repenser l’orientation de nos cinquante prochaines années. Réorienter l’opération épervier qui somme toute est une opération courageuse est aujourd’hui nécessaire pour que les Camerounais arrivent plutôt à faire non plus un bilan en terme de nombre de personnes emprisonnées, mais en terme de capitaux nouveaux injectés dans notre économie par ces mesures. L’emprisonnement de quelques personnes à travers l’opération épervier dont les critères de choix restent encore floues pour la plupart des citoyens n’apporte rien au Cameroun et aux Camerounais, mais au contraire attise plutôt la haine, les antipathies. Le Cameroun a besoin de l’argent neuf pour relancer son économie et cette opération devrait nous aider plutôt dans ce cens.


Mr. le Président, les Camerounais de tout bord comptent sur votre sens d’écoute active et rêvent d’un Cameroun nouveau pour les cinquante prochaines années. Nous avons les moyens ! Obama aux USA ne doit-il pas nous inspirer ? Deux ans seulement avant les élections présidentielles, il était inconnu du monde et même de la plupart des Américains. Mais des élections transparentes lui ont donné la possibilité de présenter le meilleur projet de société pour les USA qui a convaincu même ses adversaires les républicains et séduit le monde entier. "Qui veut aller loin ménage sa monture". Il vous appartient, ainsi qu’à nous tous de ménager la monture du Cameroun...


Adrien Djomo

Adrien Djomo

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE