11/06/2009 16:57:06
Gouvernance : Des dirigeants camerounais interdits d'accès aux USA
Une décision de Barack Obama communiquée à Paul Biya par Janet Garvey, l’ambassadrice des Etats-Unis au Cameroun. Les personnalités ciblées sont “ des corrompus ”. Les familles ne sont pas épargnées.
Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

C’est le premier signal de Barack Obama au Cameroun. Son administration vient de décider de fermer les portes des Etats-Unis à des personnalités camerounaises réputées corrompues. “Concrètement, il s’agit d’invalider les visas déjà délivrés ou de refuser d’en délivrer pour ceux qui en font la demande ”, affirme une source diplomatique.

Outre les  personnalités ciblées, la mesure concerne les membres de leur famille (femmes, enfants et parents proches). Une personnalité de haut rang est déjà tombée sous le coup de cette mesure, rapporte notre source qui soutient que la procédure d’invalidation des visas est en cours pour nombre de dignitaires du régime de Yaoundé.

Selon nos informations, Janet Garvey, l’ambassadrice des Etats-Unis au Cameroun, a récemment informé, personnellement, Paul Biya de la décision prise par l’administration Obama. Lors d’une audience à elle accordée le président de la République. Niels Marquardt, le prédécesseur de Janet Garvey, avait déjà mené un ensemble d’actions dans le sens de lutter contre la corruption au Cameroun. Il avait multiplié des audiences à la présidence à ce sujet, poussant le gouvernement à bouger. Le fait que l’adoption du texte réglementaire, même contesté sur la disposition de la constitution exigeant la déclaration des biens, coïncide avec son passage à l’Assemblée nationale n’avait surpris personne. Encore moins la relance, en 2007, de l’opération d’assainissement des mœurs, peu de temps après plusieurs passages de Niels Marquardt chez Paul Biya.

La liste des détourneurs

“ La décision de filtrer les entrées des Etats-Unis participe de cette logique de pression sur le pouvoir pour qu’il fasse le ménage, sauf que dans ce cas, on agit plus pour montrer notre détermination ”, explique une personnalité américaine. Les Etats-Unis considèrent la corruption comme ce cancer qui pourrit l’environnement des affaires au Cameroun. La mesure Obama vient confirmer que Washington tient effectivement une liste de détourneurs de deniers publics au Cameroun. Elle serait fondée sur des enquêtes des services secrets américains sur des comptes ouverts aux Etats-Unis et à travers le monde par des gens réputés trop riches.  Enquêtes au départ destinées à traquer des financiers du terrorisme. Il est de notoriété que les Etats-Unis auraient transmis aux autorités camerounaises une liste de personnalités  jugées dangereuses.  Pour collaborer à la lutte contre la corruption.

Le gouvernement, par la voix d’Amadou Ali, vice Premier ministre, ministre de la Justice, annonçait, début 2008, qu’une vingtaine de dossiers étaient sur sa table. Il s’en était suivi les arrestations de Polycarpe Abah Abah (ancien Minefi), Urbain Olanguena Awono (ancien Minsanté), Jean-Marie Atangana Mebara (ancien Sgpr), Zacchaeus Forjindam(ex-Dg du Chantier naval et industriel du Cameroun). Puis, les passages, cette année, devant le conseil de discipline budgétaire et financière, de Gervais Mendo Ze (ancien Dg Crtv), Jean Baptiste Nguini Effa (Dg Scdp) et  Eugène Akame Akame (affaire de l’arrimage de la Crtv sur satellite).

La chemise des dossiers d’Amadou Ali est loin d’être épuisée. Des observateurs pensent même qu’il ralentit le rythme. Il se pourrait que les Etats-Unis aient la même opinion.

Albert Ledoux Yondjeu

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE