04/02/2010 05:55:09
Débat sur l'identité nationale en France : les noirs de l'hexagone partagés
Les Français issus de l’immigration et particulièrement de l’Afrique subsaharienne sont partagés entre la poursuite du débat sur l’identité nationale ou son arrêt définitif. Nous avons donné la parole à certains d’entre eux, militants de partis politiques ou responsables de la société civile.
Fraternité Matin
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

http://fratmat.info/images/stories/articles/debatnoirs4fevrier2010.jpg

Ce débat soulevé en novembre 2009 par Eric Besson, ministre français de l’Immigration, de l’Intégration et de l’Identité nationale, divise toute la classe politique française aussi bien à droite qu’à gauche. Même au sein de l’UMP de Nicolas Sarkozy qui a d’ailleurs cautionné et encouragé l’initiative de son ministre, les cadres du parti au pouvoir ne sont pas tous d’accord.

La société française dans son ensemble n’est pas en reste. Selon un sondage CSA, seul un Français sur trois souhaite que ce débat se poursuive. La grande majorité d’entre eux ne veut plus en entendre parler à cause de nombreux dérapages, des propos racistes et xénophobes tenus contre les populations d’origine étrangère,  notamment d’Afrique subsaharienne et du Maghreb. Un débat mal cadré qui renvoie aux problèmes de l’immigration, de l’islam et du port du voile. C’est d’ailleurs dans ce contexte de polémique que l'Assemblée nationale française vient de demander officiellement que le port du voile intégral soit “prohibé” en France parce que “contraire aux valeurs de la République que sont la liberté, la fraternité et la dignité de la personne humaine.”

Ce débat qui semble stigmatiser une partie de la population française suscite de nombreuses réactions au sein de la “minorité visible” qui désigne  principalement les populations d’origine africaine et maghrébine.

Pour Dogad Dogoui, conseiller exécutif à l’UMP, président du Cercle de la diversité, Français natif de Côte d’Ivoire, “c’est un débat que le Cercle de la diversité a souhaité de tous ses vœux dès le mois de mars 2007. Nous avons adressé au président Sarkozy, à l’époque candidat, 35 propositions. Nous pensons que refonder l’identité nationale française à travers un débat était la solution pour permettre à tous les Français de se retrouver au moment où la France cherche un peu ses repères». «En démocratie, explique t-il encore, le débat est la meilleure façon de réfléchir collectivement sur un sujet.”

A la question de savoir si ce débat peut être déclencheur d’une ébauche de solutions aux problèmes du racisme, de la discrimination à l’embauche, au logement, à l’éducation, Dogad Dogoui donne une réponse laconique: “Un débat national n’est pas fait pour apporter des solutions à tous les problèmes.”

Un avis que ne partage pas forcément Gaspard Hubert Lonsi Koko, ancien membre du bureau exécutif du Parti socialiste dans le 15e à Paris. Cet originaire de la République démocratique du Congo, qui a été pendant dix années responsable politique du PS dans cet arrondissement de la capitale française, pense qu’”en France, chaque fois que les choses vont mal, on cherche un bouc émissaire et l’on accuse toujours l’autre, celui qui vient d’ailleurs”. “Et si par malheur, précise-t-il, celui qui vient d’ailleurs n’a pas la couleur locale, les choses se compliquent davantage pour lui.” “A ce que je sache, tous les Français sont égaux devant la loi et ils ont tous les mêmes droits et devoirs. Sur quelle base certains sont privilégiés tandis que d’autres sont discriminés?”,  s’interroge t-il,  avant de poursuivre sa réflexion sur le contexte électoral du moment. “Je ne suis pas personnellement surpris par ce débat soulevé par la droite,  car nous sommes à quelques semaines des élections régionales. Et dans la foulée, c’est aussi la présidentielle de 2012 qui s’articule à ce débat. L’objectif visé par la droite, précise-t-il, c’est de pouvoir récupérer une grosse partie de l’électorat de gauche qui regroupe théoriquement une partie des gens qui ont la citoyenneté française qui ont basculé à l’extrême droite.”

Même son de cloche du côté du Conseil représentatif des associations noires de France (Gran), association de la société civile. Selon son président, Patrick Lozès, Français d’origine béninoise, “ce débat est à la fois une régression et une instrumentalisation”. “Une régression, explique t-il, parce que 80 % des Noirs de nationalité française ne doutent pas de leur appartenance à la France. Ceux-là savent qu’ils font partie de l’identité française. C’est donc une régression si l’on en revient encore à se poser des questions sur l’identité nationale d’une partie de la population,  en l’occurrence,  les Français noirs, les Français arabo-maghrébins et les Français d’origine asiatique. Nous savons tous ce que c’est qu’être Français, ce qui fait l’identité nationale et les valeurs républicaines. Se reposer aujourd’hui ces questions de manière très théorique, c’est une régression”. “Deuxièmement, poursuit-il, je pense que ce débat est une instrumentalisation parce qu’il est mené à quelques semaines des élections régionales. Visiblement, l’intention est de rafler des voix et notamment à l’extrême droite.”

Au-delà du fait électoral, tout le monde est d’accord qu’il y a des risques réels à ne pas occulter. Patrick Lozès nous fait partager d’ailleurs son expertise. En novembre 2009, il s’était vu confier la direction d’une mission de lutte contre le racisme et le communautarisme par les ministres Bernard Kouchner des Affaires étrangères et Brice Hortefeux – actuel ministre de l’Intérieur – alors à l’Immigration. Selon le président du Cran, «ce débat tel qu’il est conduit, peut légitimer des actes xénophobes, voire racistes et réveiller de bas instincts». «A l’évidence, la peur qu’on a aujourd’hui, c’est que dès lors qu’on ouvre la boîte de Pandore,  qu’on commence à définir,  par exemple,  le bon Français, le bon Allemand, le bon Ivoirien par opposition au mauvais Français, au mauvais Allemand, au mauvais Ivoirien. Bien évidemment, on court le risque d’une atteinte à la cohésion nationale. C’est une façon délibérée d’opposer les parties constituantes de la nation française. Ce qui se passe ailleurs dans les pays qui ont laissé les passions identitaires prendre le dessus peut se reproduire aussi en France»,  prévient-il. «C’est pourquoi, j’alerte les responsables de la France, à commencer par le ministre de l’Immigration, M. Eric Besson, et surtout le Président de la République, M. Nicolas Sarkozy, garant de la cohésion nationale ». Il les exhorte, à recadrer très rapidement ce débat». Car, «ce qui constitue une nation, cite-t-il l’écrivain philosophe français Ernest Ronan, ce n’est pas de parler la même langue ou d’appartenir à un groupe ethnographique commun; c’est d’avoir fait ensemble de grandes choses dans un passé et de vouloir en faire encore ensemble dans l’avenir.”

Gaspard Hubert Lonsi Koko, lui, invite les Français à se souvenir des émeutes de 2005 dans les banlieues. “Chassez le naturel, il revient au galop. La vraie crainte de la France, disons le clairement, c’est de faire en sorte que certains citoyens français, notamment ceux venus d’ailleurs, ne puissent pas avoir une parcelle de pouvoir. Comment voulez-vous qu’il y ait une vraie identité, une vraie cohésion quand on prive à une catégorie de la population française de certains droits? Si la France ne peut pas montrer le bon exemple, si elle ne peut pas permettre à des gens qui vivent sur son territoire depuis de nombreuses années, qui paient leurs impôts, s’impliquent dans la vie socioéconomique, de pouvoir dire un mot sur la gestion de leur ville, je ne sais pas à quoi va servir ce débat. On peut bien reprocher à la Côte d’Ivoire son ivoirité, chose que je ne partage pas forcément, mais donner des leçons à ce pays pendant que l’on décrète en France l’identité nationale, c’est de la pure hypocrisie”, ne décolère pas l’ancien cadre du PS.

Devant les passions que suscite ce débat, il conseille qu’il soit simplement recadré dans son contexte quitte à l’arrêter. Il regrette par ailleurs que l’élection de Barack Obama, premier Président noir élu à la tête des Etats-Unis, n’ait pas eu l’effet escompté en France où vit pourtant une forte population noire pétrie de diplômes et de compétences. Le Franco-ivoirien de l’UMP, Dogad Dogoui, lui,  suggère,  en guise de représailles,  que de sévères sanctions soient prises contre tous ceux qui utilisent le débat à des fins politiciennes et racistes. En revanche,  pour le président du Cercle de la diversité, il n’est pas question d’arrêter en si bon chemin ce débat “fondateur et unificateur» au prétexte d’une polémique qui enfle dans les différents camps politiques.

En dépit d’un bilan jugé très négatif, pour le camp présidentiel, “ce débat doit se poursuivre jusqu’à la fin de l’année 2010”,  avait rétorqué le président Sarkozy en réponse à ceux qui souhaitent son arrêt ou sa suppression. Sauf bien sûr, cas de force majeure, par exemple d’une défaite cuisante aux prochaines élections régionales. A gauche dans le camp Aubry où l’on est dans l’expectative d’une revanche électorale, on continue de répéter que l’initiative d’Eric Besson est de “diviser et d’opposer” les Français et d’utiliser ce débat comme “une arme de guerre contre les immigrés”.

 

Clément Yao

Correspondant permanent en France

Clément Yao

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE