20/10/2013 02:10:46
Le livre d'un prÍtre congolais de Belgique qui lui vaudrait son licenciement
Le livre du Evariste Pini-Pini Nsasay « La mission civilisatrice au Congo - Réduire des espaces de vie en prison et en enfer » dont le récit extrêmement troublant fait ressortir le côté obscur d’une « mission civilisatrice » est-t-il peut-être déstabilisant parce qu’un peu trop révélateur?
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

« La mission civilisatrice au Congo ». Le livre du congolais PINI-PINI  trop troublant … pour l’Église de Belgique?

Au Salon du livre de Paris de mars 2013, les Editions AfricAvenir /Exchange & Dialogue présentèrent le livre à sensation de l’Abbé Evariste PINI PINI d’origine congolaise. Ce curé africain prêche  dans le sein du diocèse belge de Namur depuis près d’une décennie. Au mois d’Août 2013 et sans raison apparente, il se retrouve démis de ses fonctions pastorale au sein du même épiscopat.

Le livre du Evariste PINI-PINI NSASAY « La mission civilisatrice au Congo – Réduire des espaces de vie en prison et en enfer » dont le récit extrêmement troublant fait ressortir le côté obscur d’une « mission civilisatrice » est-t-il peut-être déstabilisant parce qu’un peu trop révélateur? Le contenu de l’ouvrage hautement sollicité expose-t-il des faits coloniaux volontairement occultés pendant des générations et qui ne devraient pas être révélés par un prêtre au service de l’Église?

L' auteur l’abbé Evariste PINI-PINI NSASAY est toujours en attente d’une réponse officielle sur la décision de l’évêché du diocèse de Namur Mgr Vancottem de le relever de ses fonctions pastorales au sein de cinq paroisses du même diocèse d’ici le 31 décembre 2013. La parution du livre choc de l’auteur « La mission civilisatrice au Congo – Réduire des espaces de vie en prison et en enfer », la décision surprenante de l’évêché et le silence parlant de celui-ci sur la question sont aux yeux de l’opinion publique des éléments qui devraient avoir un rapport.

L’abbé dit par ailleurs ne jamais avoir reçu de critique négative de la part de l’Église, au contraire. La gravité de cette sentence de l’évêché se laisse discerner à travers le fait que celui-ci recommande au curé d’origine congolaise et exerçant en Belgique depuis 2004, de se rapprocher du diocèse de Kikwit au Congo, son diocèse d’incardination, pour envisager la poursuite de sa mission sacerdotale : est-ce ici l’expression de l’idée de la volonté d’un rapatriement ? Le livre dont le récit extrêmement troublant fait ressortir le côté obscur d’une « mission civilisatrice » est-t-il peut-être déstabilisant parce qu’il serait un peu trop révélateur?

Le contenu de l’ouvrage hautement sollicité expose-t-il des faits coloniaux volontairement occultés pendant des générations et qui ne devraient pas être révélés par un prêtre au service de l’Église? Nous vous donnerons l’occasion d’avoir une réponse à toutes ces questions lors de la lecture publique qui sera faite par l’auteur la semaine prochaine.

L’abbé Pini-Pini: «On ne m’a pas donné les motifs de mon licenciement»

Évariste Pini-Pini, les paroisses de Sainte-Ode sont sous le choc après avoir appris la décision de l’évêque de Namur de vous retirer votre charge pastorale. Vous soulignez ne pas comprendre cette décision et n’avoir eu aucune explication. Or, son porte-parole indique que vous savez pourquoi. Alors, qui dit la vérité ?

Je confirme que je n’ai jamais eu de contact avec l’évêché si ce n’est cette unique lettre du mois d’août m’indiquant qu’il interrompait la relation pastorale. Il ne m’a jamais donné les motifs de mon licenciement.

L’unique contact que j’ai depuis lors avec lui, c’est par mon avocat qui leur a déjà écrit deux lettres que voici, sans suite jusqu’à ce jour.

Pensez-vous que c’est la parution de votre livre « La mission civilisatrice au Congo » qui est le déclencheur ? Y a-t-il un passage qui aurait pu déplaire à l’Église ? (NDLR : L’abbé y propose une critique de la colonisation belge et des régimes qui lui ont succédé)

Je n’en sais rien. J’ai demandé pour avoir des précisions, mais rien ne vient. Dans mon livre, je dis simplement ce qui s’est passé au Congo. Dans mon analyse, je constate que les missions ont désorganisé les villages qui fonctionnaient bien depuis des millénaires et que cela a changé les rapports sociaux et la vie même dans ces villages. Et j’ai partagé l’exemple qu’a vécu mon père, puisque j’ai pu vivre dans l’école de la mission en tant qu’élève.

Aviez-vous eu des réactions précédentes de l’Église ?

Pas du tout. J’avais eu des contacts avec des éminents prêtres qui ont jugé mes écrits pertinents et même originaux. Personne n’avait jamais rien dit. J’ai appris que quelqu’un aurait écrit au diocèse pour mettre au pilori mon livre, mais je n’en sais pas plus.

L’évêque de Namur vous propose dans sa lettre de prendre contact avec son homologue de Kikwit pour poursuivre votre mission sacerdotale. Est-ce une possibilité que vous étudiez ?

Cela n’a rien à voir avec les faits présents et je trouve même cela hypocrite. Cela ne doit pas être une obligation. C’est vraiment présenté comme une contrainte.

En entrant dans l’Église, on sait qu’on sera soumis à ce genre de décision ?

On nous dit le contraire. On nous parle d’une œuvre de fraternité, pour le bien des âmes. C’est pour cela que nous nous sommes engagés. Je ne vois pas une Église de peine, de condamnation. Qui voudrait entrer dans une telle Église ?

Avez-vous reçu du soutien depuis l’annonce de votre licenciement ?

Le téléphone n’arrête pas de sonner. On me parle de réaliser une pétition, de faire un sitting devant l’évêché. Cela fait chaud au cœur. Les gens ne comprennent pas non plus.

Espérez-vous un revirement de l’évêché ?

C’est à lui qu’il faut poser la question. Moi, j’espère avant tout une réponse, comme tout le monde.

_________________

Les Editions AfricAvenir réitérent leur invitation à la soirée dédicace, débat et présentation du livre « La mission civilisatrice au Congo – Réduire des espaces de vie en prison et en enfer » de l’abbé Evariste PINI-PINI NSASAY le jeudi 24 octobre 2013 à Bastogne (adresse complète ci-dessous)

Le jeudi 24 octobre 2013 à 19h30, l’abbé Evariste PINI-PINI NSASAY, auteur du livre à sensation « La mission civilisatrice au Congo » vous invite à une soirée de lecture publique et de dédicace au cours de laquelle sera présenté l’ouvrage qui suscite actuellement un débat en Belgique dont l’ampleur se fait ressentir dans la demande croissante pour ce dernier opus du curé. Le livre fût initialement présenté au Salon du livre de Paris en mars 2013. La soirée de Présentation-Débat-Dédicace du livre choc suivie d’un verre d’amitié se tiendra donc le jeudi 24 octobre 2013 à 19h30 à l’adresse suivante :

Henallux (Haute Ecole Namur Liège Luxembourg)
47, rue du Sablon (Entrée par la rue des écoles, N°15)
6600 Bastogne

Au Cameroun, siège de la maison éditrice de l’ouvrage controversé, le livre est exclusivement disponible à Douala et à Yaoundé aux adresses suivantes :

Douala

Librairie le Génie Africain
Fondation AfricAvenir International
Ancienne route de Bonabéri/Face Hôtel Royal Palace
B.P. 9234 Douala/Cameroun
Tél : 90462927/ 95559844
Commander : order@exchange-dialogue.com

Yaoundé

Librairie Clé :
Rue du Capitole
Yaoundé
Tél : 77354046

Evariste PINI-PINI NSASAY. « La mission civilisatrice au Congo »
ISBN978-3-939313-22-9
Prix: 24,90 € plus les frais d’expédition, FCFA Zone: 15.000 FCFA
Commander: order@exchange-dialogue.com / Tel.: +237 95 55 98 44

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE