15/06/2009 15:14:04
Barreau du Cameroun: les avocats décident de boycotter les audiences
La condamnation de Me Etienne Abessolo, avocat au barreau du Cameroun à 15 ans d’emprisonnement ferme met le barreau en ébullition. Le conseil de l’Ordre a décidé d’une semaine de non-port de la robe.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le Conseil de l’ordre a siégé hier, samedi 13 juin 2009 d’urgence pour se prononcer sur la proposition d’un mot d’ordre de boycott des prétoires, arrêtée lors de l’audience criminelle de la Cour d’appel du Littoral de jeudi 10 juin 2009. Audience statuant sur l’affaire ministère public et Port autonome de Douala (Pad) contre Siyam Siwé et onze autres coaccusés, poursuivis pour coaction de détournement de deniers publics et complicité d’escroquerie foncière. Le conseil de l’Ordre était attendu sur la question. Au terme de cette réunion, le conseil de l’Ordre a décidé de boycotter dès ce lundi 15 juin 2009 les audiences et cependant une durée d’une semaine sur l’ensemble du pays. En attendant de voir l’évolution des négociations qui seront menées. Si elles n’aboutissaient pas, une assemblée générale extraordinaire sera convoquée dans un mois pour arrêter une action plus forte.

Il faut dire que pour les avocats présents à la Cour d’appel du Littoral jeudi dernier, la proposition portait sur un mois de boycott des tribunaux. Cette forte mobilisation des avocats qui était perceptible dès jeudi, interveint contre l’inculpation de leur confrère Me Abessolo Etienne. Après avoir regagné la salle précipitamment à l’annonce de la reprise de l’audience, après 8h30 de suspension, pour le prononcé du jugement, les hommes en robe sont ressortis par une procession silencieuse au moment où le président de la collégialité a commencé à lire la décision. Cela n’a rien changé au sort de leur confrère qui s’en est tiré avec 15 ans d’emprisonnement ferme. La même nuit, il a été conduit à la prison de New-Bell où il occupe la spéciale 18 des Vip, avec les autres condamnés à l’exception de Siyam Siwé qui a été ramené à la Légion de gendarmerie du Littoral où il est détenu depuis son arrestation en 2006 à l’entame de cette affaire.

Jusqu’où peut aller le barreau ?

D’aucuns regrettaient que les confrères de la défense n’aient pas profité du moment du prononcé du délibéré sur la culpabilité pour créer un incident judiciaire en refusant de plaider. “Ce n’était pas la bonne décision sinon au regard de la condamnation inévitable qui pesait sur nos clients, ils n’auraient pas compris notre attitude... Il était judicieux pour nous de plaider les circonstances atténuantes tout au moins”, soutenait un avocat de la défense.

Avant d’ajouter “Il revient au barreau de prendre ses responsabilités, même s’il faut qu’on décide de boycotter les prétoires pendant des mois.” Les avocats présents à la Cour d’appel jeudi dernier dénoncent le fait que leur confrère est inculpé pour avoir perçu légalement ses honoraires dans une prestation offerte en bonne et due forme. Et en outre que, motivant sa décision, le juge a soutenu que les avocats ne peuvent intervenir que dans les contentieux judiciaires et que dans le cas d’espèce, la prestation offerte par Me Abessolo au Pad sous la direction de Siyam Siwé n’en était pas une.
Les avocats estiment que c’est restreindre leurs prérogatives qui sont : le conseil, l’assistance, la défense des intérêts des personnes devant les juridictions …

D’autant que tous y voient “ une volonté des pouvoirs publics d’embrigader la profession et de clochardiser l’avocat ” en lui retirant toutes ses prérogatives que lui donne droit la loi de 90. Surtout qu’un arrêté du Premier ministre, président de la commission des marchés publics cité par le président de la collégialité, va dans le même sens. Avant que le conseil de l’Ordre ne se prononce, certains avocats étaient fortement divisés sur la question. Parlant sous anonymat, plusieurs avocats s’opposaient au projet de boycott.

Ils estiment que la démarche est maladroite et tardive. D’autres mènent le débat contradictoire sur l’objet qui fait problème. Ils vont dans le sens du ministère public pour reconnaître que la prestation de Me Abessolo était en elle-même délictueuse.

Mathieu NathanaŽl NJOG

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE