19/02/2010 16:07:05
Biya préfère Rocard Gowon
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Arrivé au Cameroun dans le cadre de la Conférence biblique internationale Impact 2010, l’ancien président du Nigeria, le général Yakubu Gowon, attendait être reçu par le président Paul Biya. Au moment où il reprend l’avion cet après-midi pour son Nigeria natal, le porteur du ministère « Nigeria prays », n’a pas pu rencontrer le prince d’Etoudi pour lui annoncer « les péchés du pays ». Comme le prophète Jonas, il a souhaité porter les doléances de la communauté chrétienne au Cameroun, pour faire du lobbying et amener le chef de l’Etat camerounais à instaurer une journée de jeûne et de prière une fois par mois. En son temps, le roi de Ninive avait pris cette résolution, celle de faire observer à son peuple une période de jeûne et de prière pour demander pardon à Dieu des nombreuses fautes commises. Et Dieu exauça ce peuple, qui rentra ensuite dans une période de prospérité. Le général Gowon se proposait en même temps de partager l’expérience qu’il a vécue pendant qu’il dirigeait le Nigeria, qu’il était chef de guerre et croyait résoudre tous les problèmes par la force, par les armes. « J’ai découvert qu’il y a une arme plus efficace que toutes les armes modernes réunies, la prière. Elle ouvre les portes à tout, trouve des solutions à tous les problèmes, combat tous les maux et fléaux de la société. Et ça, je l’ai expérimenté au Nigeria et j’ai vu les fruits. C’est pourquoi j’invite mes frères du Cameroun à beaucoup prier pour leur pays », dit-il. Toutes choses qui lui permettent de procéder à un échange d’expérience. « Lorsque j’étais président, avant de prendre certaines décisions, je demandais à Dieu de m’éclairer. Je lui demandais de me soutenir afin de prendre des décisions qui concourent, non pas à mon avantage, mais au bien-être des populations ».

Fonds détournés

Mais seulement, il n’aura pas l’occasion de le dire au président Biya pendant cette visite au Cameroun. Le général Gowon rentre au Nigeria ce jour. Pendant qu’il attendait une éventuelle audience, l’on apprendra que c’est plutôt Michel Rocard, l’ancien Premier ministre français, qui a été reçu en audience au Palais de l’Unité. L’homme politique français et député au Parlement européen a été préféré à l’homme de Dieu. Peut-être normal, selon une vue limitée, au vu des échéances électorales à venir, l’opération Epervier avec notamment la livraison de la copie de l’expertise de Me Vergès. Rocard a occupé plusieurs fonctions au sein du Parlement européen. Il a présidé les Commissions de la coopération et du développement, puis des affaires sociales et de l’emploi. Il a conduit une délégation d’observateurs européens pour assurer le bon déroulement de l’élection présidentielle en Palestine en 2005. Il est, avec Dominique Strauss-Kahn, le directeur général du FMI, co-fondateur de l’association A gauche en Europe. Assez suffisant pour jouer plusieurs rôles, à la fois sur le plan politique que diplomatique, notamment sur le souci de voir les fonds détournés par les prévaricateurs retournés dans les caisses de l’Etat.

Dans tous les cas, personne ne maîtrisant l’agenda du chef de l’Etat, il reste souverain de son programme et reçoit qui il veut, et quand il le veut. Encore que le général Gowon a été reçu avant-hier par le Premier ministre Yang Philémon. Ce qui a fait dire à Ebot Ayuk Charles, représentant du Premier ministre à la cérémonie d’ouverture de Impact au palais des sports, que cette audience témoigne du soutien que le gouvernement apporte à cette Conférence biblique internationale.

Jean Francois Channon

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE