25/02/2010 07:10:30
Etoudi : quand un officier israelien accentue son influence...
Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Comme on peut le deviner, tout au moins, pour ceux des Camerounais introduits, la nomination il y a quelques années du colonel à la retraite l’Israélien Avraham Avir Silvan à la tête d’une unité spécialisée de l’armée camerounaise, en l’occurrence, le Bataillon d’intervention rapide (Bir), démontrait déjà l’extrême confiance que ce vétéran du « Tsahal », du nom de l’armée israélienne jouissait auprès du chef de l’Etat. Selon des informations réputées crédibles, cet officier qu’on dit discret et réservé, comme cela est de coutume dans son pays pour une personnalité de ce niveau, aurait encore pris quelques galons auprès de Paul Biya, depuis que les éléments du Bir ont réussi à repousser des attaques des mouvements rebelles du Delta du Niger, au Nigeria, qui ont, à plusieurs reprises tenter des incursions dans les eaux territoriales camerounaises dans les encablures de la péninsule de Bakassi. Une détermination des troupes camerounaises qui leur a valu une prime spéciale directement remise au commandant de cette unité, le colonel Silvan, a-t-on appris de source proche de la sécurité militaire. Arrivé au Cameroun depuis quelques années, pistonné par l’ex Premier ministre israélien Shimon Perès ( ?), par ailleurs actuel président de l’Etat hébreux, ce militaire qui fut notamment commandant de régiment au sein de l’armée israélienne serait l’un des conseillers militaires les plus introduits auprès du chef de l’Etat, surtout que l’autre conseiller militaire dont l’influence n’était guère moindre, le général français à la retraite Raymond Germanos n’est plus véritablement en odeur de sainteté avec le palais, ce denier qui a d’ailleurs regagné son Hexagone natal étant depuis quelque temps, la cible des médias français pour les prétendus forfaits qu’il aurait commis, y compris en sol africain. Après avoir eu maille à partir avec certaines autorités civiles et militaires, à l’instar de l’ex ministre de la Défense Remy Ze Meka ou encore du chef d’état-major de l’armée marine, le contre-amiral Guillaume Ngouah Ngally – quand on connaît  les énormes moyens mis à la disposition de cette unité de l’armée-, le commandant du Bir semble jouir de bons moments, lui qui rendrait compte directement au chef de l’Etat sans forcément passer par des hiérarchies intermédiaires. Aux dernières nouvelles, Avraham Silvan aurait pris encore plus du galon auprès du chef de l’Etat, puisqu’il aurait été sollicité par le commandant en chef des forces de défense nationales pour un avis motivé à l’occasion de la célébration prochaine du cinquantenaire de l’armée camerounaise.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE