16/06/2009 15:50:40
Douala: les policiers investissent la cathédrale
Ils ont cru qu’ils trouveraient du repos dans la maison du Seigneur
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Ils ont cru qu’ils trouveraient du repos dans la maison du Seigneur. Mais mal leur en a pris en cet après-midi du 15 juin. Certains benskineurs se sont retrouvés dans les mailles de la police anti-émeute alors qu’ils étaient en train de manifester leur mécontentement suite à la décision gouvernementale les concernant et qui rentre en application en principe à partir du mois de juillet prochain.

Alors qu’ils étaient poursuivis par les policiers, certains ont eu la présence d’esprit de se réfugier dans l’enceinte de la cathédrale Saints Pierre et Paul de Douala. Avec certainement en mémoire que pendant les périodes de guerre, ces lieux sacrés sont souvent épargnés des assauts des bidasses. Mais, ils n’ont pas tenu compte de la hardiesse qui animait les policiers, surtout lorsqu’ils sont appelés à traquer de potentiels fauteurs de trouble. Certains de ces éléments, sans crainte du caractère sacré des lieux, sont entrés dans la cathédrale, parés de leurs armures de combat, et ceci au mépris des fidèles se trouvant sur les lieux, concentrés à faire parvenir au créateur leurs doléances.

Et du coup, un climat d’incertitudes et de désordre s’est installé dans le lieu sacré. Pendant que les fugitifs se précipitaient pour prendre la poudre d’escampette, c’était au tour des prieurs de prendre également la fuite, ne comprenant pas ce qui se passait effectivement. Chapelets à la main pour certains, livrets de prière pour d’autres, ils allaient dans tous les sens, avec pour seul objectif d’échapper à la furie des policiers.

« J’avais les yeux fermés en train de faire ma prière. Ce sont les bruits de botte qui m’ont fait ouvrir les yeux. J’ai vu les gens courir. Puisque je ne savais pas ce qui se passait, je me suis mis aussi à fuir, ayant vu les policiers. C’est quelques minutes après que j’ai appris que les policiers poursuivaient les motos taximen grévistes », déclare une femme rencontrée sur les lieux de l’incident.

Loi du plus fort

A l’occasion, plusieurs benskineurs ont été arrêtés et fouettés à coups de matraque au niveau de la sortie principale de la cathédrale, devant une foule d’observateurs composés des passants, des vendeurs logés dans l’esplanade de la cathédrale, et de nombreux visiteurs se trouvant sur les lieux dans l’attente de rencontrer un des responsables de l’évêché. Mais aucun responsable des lieux n’est s’indigné de cette scène, ou protégé ceux qui ont voulu trouver du repos après une course ardue. Peut-être que l’on attend afin de prendre position officiellement, surtout que cette congrégation est plongée dans la protection des droits de l’homme et les libertés des citoyens.

Robert NGONO EBODE

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE