15/03/2010 12:18:28
Interview : Albert Léopold Ebéné ancien commissaire de police camerounais
 « Paul Biya est en train d’instaurer un régime de terreur au Cameroun»
Afrik.com
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Agé de 36 ans, Albert Léopold Ebéné a vu sa carrière de commissaire au sein de la police camerounaise être précocement interrompue en 2006. Alors qu’il enquêtait sur des détournements de fonds publics et des délits à caractère sexuel, il a en effet été suspendu, puis révoqué de la police, sans procès, son travail ayant privé de sommeil de nombreux caciques de la pègre installée au plus haut sommet de l’Etat camerounais. Il a dû quitter son pays, et vit désormais en exil en France. Président du Front National pour le Salut du Cameroun (FNSC), le parti qu’il a créé, il ambitionne de se présenter à la prochaine élection présidentielle au Cameroun. Il revient sur son parcours et présente ses ambitions dans son livre Voici pourquoi !, Nous devons changer le Cameroun, paru aux éditions Ccinia Communication.

Surnommé par la presse indépendante camerounaise « l’homme qui démantèle les réseaux », l’ancien commissaire de police, Albert Léopold Ebéné affirme, dans son livre, s’être attaqué à la corruption galopante, qui telle un cancer généralisé régnant sur un pays tuméfié, ronge le Cameroun. Des manufacturiers de timbres fiscaux aux barons des détournements de fonds publics, en passant par ceux-là qui pour monter en grade dans la haute administration s’achètent des diplômes universitaires, l’homme qui ne jure désormais que par l’éjection de Paul Biya du fauteuil présidentiel qu’il occupe depuis bientôt trois décennies aura tenté, pistolet de commissaire au poing, de couper les tentacules de la pieuvre corruptrice. Révoqué de la police camerounaise par sa hiérarchie gênée par son travail, il a dû quitter le Cameroun, pour sauver sa vie, et vit désormais en exil en France. Dans cette interview, il revient sur les grandes affaires qu’il a enquêtées, et confirme ses ambitions présidentielles.

Afrik.com : Les bruits de forte corruption qui courent au sein de la police camerounaise ne vous échappent pas au moment où vous décidez d’intégrer ce corps. Etait-ce, pour le jeune diplômé en droit que vous étiez, un moyen comme un autre d’accéder à la hiérarchie du pouvoir ?
Albert Léopold Ebéné :
Non. Mon choix était guidé par la volonté de rendre justice. Très tôt orphelin de père, j’ai subi injustice et humiliation, lorsque j’accompagnais ma mère en justice pour protéger l’héritage de mon père. C’est pour cela qu’une fois arrivé à l’université, je décide de faire du droit. Je souhaitais devenir magistrat ou policier, pour pouvoir rendre justice aux autres. Par amour pour mon pays, je voulais insuffler une nouvelle façon de faire.

Afrik.com : Dans votre livre, vous racontez que votre combat contre la corruption rencontre rapidement de gros obstacle. Que s’est-il passé ?
Albert Léopold Ebéné :
Mes ennuis ont commencé quand j’ai démantelé un réseau des faux timbres fiscaux dans la ville de Douala. C’était en novembre 2005. Il s’agissait d’une véritable fabrique parallèle de timbres fiscaux installée dans la capitale économique du Cameroun. Mes prédécesseurs sur cette affaire avaient suivi sans succès les pistes chinoise, thaïlandaise et indonésienne. Fin 2005 donc, le manque à gagner au trésor public dû à ce trafic était évalué à 13 milliards de francs CFA. C’est vu mon sérieux qu’on me confie l’enquête. J’interpelle alors une quinzaine de revendeurs de ces timbres à Yaoundé. Ce sont eux qui me mettent sur la piste de Douala. Au bout de deux semaines d’enquête dans cette ville, mon équipe et moi démantelons l’usine des faux timbres dans le quartier d’Akwa. Les faussaires y travaillaient seulement à partir de trois heures du matin. L’interrogatoire des 18 suspects arrêtés sur place me permet de constater que beaucoup de hauts dignitaires de l’Etat, des hauts gradés de la police sont impliqués dans le réseau. C’est sans doute pour cela qu’aucune enquête n’avait jusque-là abouti. Les médias ont fait un grand tapage autour du succès de mon opération. Mais certains supérieurs dans la police m’ont prévenu que je connaîtrais des problèmes. Le 15 janvier 2006, j’ai ainsi échappé à une tentative d’assassinat : un groupe de personnes armées et masquées ont investi mon domicile à 3 heures du matin, mais j’ai pu m’en sortir sain et sauf grâce à la vigilance de mes neveux qui vivaient chez moi. Cela ne m’a pas pour autant découragé. Je me suis attaqué à un autre réseau, celui des faux diplômes de l’université de Yaoundé II Soa. Ici aussi, des personnalités étaient impliquées. Elles achetaient des faux diplômes pour progresser dans leur carrière. Toutefois, le résultat de mon enquête a été purement et simplement enterré.

Afrik.com : On va également faire appel à vous pour l’opération "Épervier"...
Albert Léopold Ebéné :
Vous évoquez là le dossier des grandes arrestations. Je suis chef du service de la recherche, des études et du suivi au moment du déclenchement d’ « Epervier 1 ». Mes états de services antérieurs emmènent ma hiérarchie à m’impliquer dans cette opération. C’est le Délégué général à la sureté nationale (DGSN), le patron de la police, Edgar Alain Mebe Ngo, qui n’est autre que le fils adoptif de Paul Biya, qui est alors le grand chef de cette opération. Malheureusement, bien qu’il ait occupé de très hautes fonctions, c’est quelqu’un d’incompétent. Il ne connait pas les dossiers. Mon travail en tout cas consiste à rassembler des éléments à charges, des preuves contre les personnes ciblées. Mes rapports sont adressés au DGSN qui doit ensuite les transmettre au directeur de la police judiciaire. Nous commençons les arrestations le 21 février 2006, par deux grands directeurs d’organismes d’Etat. Il est ensuite question d’interpeller deux ministres encore en fonction, l’ancien ministre de l’Economie et des finances, Polycarpe Abah Abah, et le ministre de l’Eau et de l’énergie, Alphonse Siyam Siwé. Mes hommes et moi les filions au quotidien, à leurs cabinets comme à leur domicile. Mais les informateurs d’Abah Abah vont sans doute réussir à le prévenir. J’ai appris qu’il est allé solliciter l’intervention de Ferdinand Oyono proche ami de Paul Biya et de Franck Biya, le fils du président. C’est ce qui va retarder son arrestation. Le 25 février vers 11 heures, on me téléphone pour m’informer que je dois décamper du ministère des finances avec mon équipe. C’est longtemps après qu’on l’interpellera. Ma dernière opération se passe le 28 février 2006, à la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (CSPH) dirigée par Ibrahim Talba Mala. Celui-ci devait être arrêté. Son nom était sur la longue liste en notre possession. Il a réussi à manigancer avec les magistrats de la Chambre des comptes, qui ont tripatouillé l’audit de sa gestion pour le sauver. J’étais là quand ils sont arrivés. J’avais déjà eu toutes les informations compromettantes à son égard. Il y a eu une vraie mascarade pour le tirer d’affaires.

Afrik.com : Vous partez de la CSPH pour vous attaquez à une histoire de pornographie homosexuelle...
Albert Léopold Ebéné :
J’étais encore à la CSPH quand mes informateurs m’ont mis au courant d’une affaire de tournage de films sur l’homosexualité. Il s’agissait de femmes arrivées au Cameroun sur invitation d’un lobby d’homosexuels. Je rappelle que la presse venait de publier une liste de personnalités homosexuelles. Ce qui avait provoqué un scandale national. Mais, en réalité, il s’agissait d’une machination pour pouvoir mettre en exergue cette orientation sexuelle, créer un débat et pousser l’Assemblée nationale à la légaliser. J’ai donc constaté, au lit dit « Titi Garage », un bar réputé comme étant le point de rencontre entre homosexuels, que deux dames blanches tournaient un film pornographique homosexuel, les acteurs étant un couple de filles et un couple de garçons. Nous avons interpellé les mis en cause, y compris les deux expatriées. Ceux-ci sont passés aux aveux et nous avons saisi les bandes. Il y avait en tout 29 cassettes de 45 minutes. Outre le film pornographique, on y voyait de nombreuses personnes, dont de hauts dignitaires du régime, qui témoignaient sur la misère que vivent les homosexuels au Cameroun. Les deux femmes blanches avaient même filmé dans la prison de Yaoundé, sans autorisation.

Afrik.com : C’est à partir de cette affaire que vous allez subir des menaces...
Albert Léopold Ebéné :
Tout à fait. Ayant interrogé les deux dames, je les laisse en liberté, et leur demande de revenir le lendemain pour la suite de l’enquête. Alors que je me trouve à la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (CSPH), mes supérieurs m’intiment l’ordre de revenir au bureau sans délai. A mon arrivée, je suis reçu avec les armes et mis aux arrêts. On me demande si j’ai dupliqué les bandes saisies ; avec qui je les ai visionnées ; on m’intime l’ordre de remettre les bandes ; on me demande si j’ai fait des copies. Ce sont les radios et journaux privés, qui en prenant faits et causes pour moi, révèlent ma situation. Personne ne comprend comment le commissaire qui « démantèle les réseaux », comme on m’avait surnommé, se retrouve aux arrêts. C’est cette pression qui les oblige à me relâcher. Mais même libre de mes mouvements, je ne suis pas en sécurité. Je suis toujours suivi. On installe autour de moi un climat de psychose. Je dois fuir mon domicile pour me réfugier chez une personne de bonne volonté. J’apprends ensuite que mes collègues et moi sommes suspendus de nos fonctions. Une procédure disciplinaire est ouverte contre nous, en violation de toute loi. Même nos avocats sont interdits de nous défendre. Les choses vont alors très vite. Nous apprenons ensuite que nous sommes relevés de nos fonctions. S’en suivent des affectations disciplinaires. Je suis envoyé à Maroua dans l’extrême nord, avec pour consigne d’être affecté dans la zone où sévissent les coupeurs de route. Le commissaire Zogo, un de mes amis d’infortune est quand à lui affecté à Bamenda. Le 4 septembre, nous apprenons par la radio que nous sommes révoqués de la police. Sans aucune procédure judiciaire. Ils ont sans doute craint le déballage d’une audience publique, préférant la lâcheté de l’usage des moyens d’Etat. Je sais qu’il y avait en arrière-plan de tout cela, un plan pour nous assassiner. Des journalistes que nous connaissions ont ainsi été envoyés, pour nous suggérer de tenir une conférence de presse. C’était une manigance pour nous arrêter, et nous accuser d’atteinte à la sureté de l’Etat. Mais nous avons réussi à éviter ce piège.

Afrik.com : Vous partez alors pour la Guinée Equatoriale. Comment réussissez-vous à traverser la frontière ?
Albert Léopold Ebéné :
Les agents ne nous connaissaient pas physiquement. Je signale d’ailleurs que tous ceux qui étaient au poste frontière ont été relevés de leur fonction après notre fuite. J’avais pris les dispositions nécessaires, grâce à ma popularité dans les forces armées. Je suis parti ce jour-là très tôt, mon collègue, ma femme et mes enfants, dans un véhicule d’emprunt. C’est un de mes cousins qui nous a conduits jusqu’à Campo, à la frontière avec la Guinée Equatoriale. Nous avons pris une des pirogues qui font la navette entre les deux pays. Arrivés en Guinée, nous nous sommes signalés aux forces de l’ordre, comme étant des commissaires de la police camerounaise en fuite. Les agents ont contacté leur hiérarchie qui nous a fait escorter. Trois jours après, les agents guinéens nous ont dit que la garde présidentielle camerounaise était à nos trousses. Ils nous avaient raté de peu. Je présume qu’ils nous auraient abattus, s’ils avaient mis la main sur nous avant notre entrée en Guinée. Le président Obiang Nguema nous a par la suite proposé de travailler dans sa garde rapprochée. Mais les autorités camerounaises, étant informées, vont faire échouer cette offre. Elles vont même demander notre rapatriement au Cameroun. Mais le président Obiang Nguema ne va pas céder. Par respect pour son homologue camerounais, il va nous suggérer de chercher des pays qui pourraient nous accueillir. Nous allons donc demander l’asile à la fois à la France, aux Etats-Unis et au Canada, à travers leurs ambassades. Les trois pays vont nous l’accorder au bout de cinq jours. Mais pour des raisons stratégiques, j’ai préféré venir en France, car j’avais déjà des ambitions politiques.

Afrik.com : Est-ce vrai qu’au Cameroun, pour être admis dans certaines administrations, il faut accepter de se soumettre à des pratiques homosexuelles comme le soutiennent des rumeurs persistantes ?
Albert Léopold Ebéné :
Je dirais que c’est vrai, car compte tenu des fonctions que j’ai exercées, j’en sais un peu plus. L’homosexualité existe dans la haute administration camerounaise depuis les années 50. Mais cela n’a jamais atteint le niveau de ces dernières années. Ceux qui nous gouvernent ne sont pas sans reproche dans ce qui se passe. Dans les administrations, par exemple dans la police, pour avoir un poste, on vous demande de baisser le pantalon. On me l’a demandé à moi, sans succès. On me proposait un poste à la présidence de la république, à condition que j’accepte de baisser la culotte. C’était quelqu’un dans ma haute hiérarchie qui faisait cette proposition. Mais, en réponse, j’ai plutôt démantelé un réseau de pornographie homosexuelle. C’est un malaise réel au Cameroun. Cela est vrai dans l’administration comme dans les entreprises privées. Sous d’autres cieux, les homosexuels cohabitent avec les hétéros sans problème. Mais chez nous, cela se passe par contrainte, dans les rapports sociaux.

Afrik.com : Quel but recherchent ces grands responsables, en obligeant leurs collaborateurs à avoir des rapports sexuels avec eux ?
Albert Léopold Ebéné :
L’humiliation, la soumission. D’autres estiment que cela est lié à des pratiques de sorcellerie, pour prendre la chance, du moins tirer le pouvoir de leurs collaborateurs. Si vous refusez, soit on vous persécute, soit vous perdez votre emploi, soit on vous pousse au suicide. Au moment où j’ai démantelé le réseau, un projet de loi était déjà à l’Assemblée nationale, pour la légalisation de l’homosexualité au Cameroun. C’est quand mon affaire a éclaté, et que beaucoup de gens ont commencé à parler, qu’ils ont mis la loi de côté, du moins pour l’instant.

Afrik.com : Un jeune homme est mort défenestré d’un grand hôtel à Yaoundé, le 21 Août 2006. Les enquêtes ont montré qu’il avait été brutalement sodomisé peu avant sa mort. On a signalé également la présence de plusieurs personnalités dans la chambre d’où il avait été précipité dans le vide, au moment des faits. Pourquoi personne n’a finalement été inquiété ?
Albert Léopold Ebéné :
Il n’y a qu’au Cameroun pour voir de telles choses. Comment pouvez-vous imaginer qu’une vie humaine soit ainsi arrachée, et que avec toute la compétence de nos services, les mis en cause ne soient pas inquiétés ? Une affaire qui se passe dans un grand hôtel, en pleine journée, au vu et au su de tous, et qu’il n’y ait pas de coupable ! C’est scandaleux !

Afrik.com : Dans votre livre, vous affirmez que les policiers qui rançonnent les usagers rendent compte à leurs chefs. Voulez-vous par là entendre qu’il leur donne une part du butin ?
Albert Léopold Ebéné :
La police camerounaise est l’une des mieux formée. Mais il y a un réel malaise à cause de ce problème de rançonnement des usages. C’est une chaine. Pour avoir un poste, il faut l’acheter, quand on n’est pas membre d’une famille aisée, si on n’est pas parrainé, il faut acheter le poste. Une fois le poste acheté, vous devez continuer à « entretenir » celui qui vous l’a vendu, pour qu’il continue de vous garder à votre poste. Et dites-vous bien que ce n’est pas sur votre salaire que vous prendrez pour payer. Il faut trouver de l’argent ailleurs. Pour cela, il faut envoyer les policiers prendre chez les usagers. La chaîne monte jusqu’au grand patron, le Délégué général. Chacun apporte une enveloppe à son chef. Tout le monde le sait. Cela existe depuis longtemps. On appelle cela « rendre compte ».

Afrik.com : Dans votre livre, vous parlez également de trafics d’organes humains. Que fait-on de ces organes ?
Albert Léopold Ebéné :
Je ne peux pas le dire avec exactitude. Toutefois, j’avais ouvert une enquête. Mon investigation m’avait permis de constater que de jeunes Camerounais, des enfants étaient enlevés. On les tuait pour leur prélever leurs organes. Ces organes étaient préservés avec du matériel adapté : des glacières, des produits dont j’ignore le nom. Ces organes étaient ensuite transportés par avion à l’étranger, avec la complicité des personnels aéronautique. Je regrette de n’avoir pas terminé mon enquête. Mes problèmes ont commencé quand j’étais prêt à interpeller des suspects.

Afrik.com : Certains prétendent que l’opération Epervier sert en réalité à éliminer les adversaires politiques de Paul Biya. Confirmez-vous cette information ?
Albert Léopold Ebéné :
Au départ, je pensais que c’était une opération sincère. Mais de plus en plus, je suis convaincu que sa vraie vocation est de détruire et d’éliminer des adversaires politiques. Le simple fait qu’on cite une personne comme étant « épervéable » le détruit politiquement.

Afrik.com : Que veut faire Paul Biya par ce biais ?
Albert Léopold Ebéné :
Paul Biya est en train d’instaurer un régime de terreur. Il veut créer, susciter une peur bleue chez tous ceux qui voudraient s’opposer à lui. Et le moment venu, il imposera un successeur. Je sais à ce jour qu’il a plusieurs dauphins. Il utilisera l’un ou l’autre en fonction de l’opportunité.

Afrik.com : L’article 64 du code de procédure pénal qui fait actuellement polémique au Cameroun prévoit, par exemple, qu’un administrateur accusé de détournement de fonds publics puisse payer pour que les poursuites pénales engagées à son encontre s’arrêtent. Qu’en pensez-vous ?
Albert Léopold Ebéné :
Il y a lieu de noter pour le regretter que notre pays n’avait pas besoin d’une telle loi en ce moment précis, car au-delà du caractère punitif de la sanction pénale, celle-ci doit aussi être dissuasive. Comment ne pas penser que cette loi vienne plutôt encourager les détournements des deniers publics ? Désormais, au Cameroun, on peut tenter sa chance à tout moment en mettant les mains dans les caisses de l’Etat. Quitte à garder le butin définitivement si on n’est pas inquiété, ou alors à le rembourser à la première convocation tout en gardant les bénéfices qu’on a pu engranger. Avec tout le recul possible, il ne s’agit là que d’un moyen déguisé et insidieux pour Biya de soustraire des griffes de la justice un certain nombre de ses protégés.

Afrik.com : Pour le ministre de la Communication Issa Tchiroma Bakary, la diaspora camerounaise provoque la fuite des investisseurs potentiels, en dénigrant leur pays. Qu’en pensez-vous ?
Albert Léopold Ebéné :
Comment voulez-vous qu’un investisseurs vienne se risquer à placer ses fonds dans un pays où il est non seulement sûr qu’il perdra son capital, mais aussi et surtout qu’il en repartira criblé de dettes du fait de la cupidité morbide et exacerbée de la longue chaîne de prédateurs tapis dans l’ombre que sont : les ministres et assimilés qui exigent des pots de vins pour délivrer les agréments et autorisations diverses ; une justice corrompue jusqu’à la moelle ; des inspecteurs des impôts et de douanes qui se comportent en véritables prédateurs. Monsieur Tchiroma a intérêt, s’il aime le Cameroun comme il le prétend, à faire d’abord le ménage au sein du système qu’il sert, avant de s’en prendre à cette diaspora qui se bat au quotidien pour le bien-être du Cameroun.

Afrik.com : Vous voulez être candidat à la prochaine présidentielle. Comment allez-vous battre campagne depuis votre lieu d’exil ?
Albert Léopold Ebéné :
Je souhaite rentrer au Cameroun pour cette échéance. Si Paul Biya veut bien l’accepter...

Afrik.com : Mais vous comprenez que ce n’est pas à son avantage que vous reveniez pour le combattre.
Albert Léopold Ebéné :
Nous prendrons la communauté internationale à témoin et nous n’allons pas rester les bras croisés. Si Biya est démocrate comme il le prétend, il ne pourra qu’accepter la contradiction. Nous sommes une opposition radicale à sa politique. S’il a eu jusqu’ici des oppositions tendres vis-à-vis de sa politique, qu’il accepte maintenant d’affronter des oppositions radicales.

Afrik.com : Paul Biya a fait modifier la loi pour se représenter. Qu’en dites-vous ?
Albert Léopold Ebéné :
La grande intelligence qu’il aurait pu faire prévaloir aurait été de s’écarter, de se mettre au dessus des querelles politiques, d’organiser une élection libre et transparente. Si quelqu’un comme lui quitte le pouvoir de cette manière, le peuple pourra lui pardonner ses erreurs. S’il s’abstient et que je suis élu, il aura la protection digne d’un ancien chez d’Etat. C’est le conseil que je lui donne pour la prochaine présidentielle.

- Commander Voici pourquoi !, Nous devons changer le Cameroun, éditions Ccinia Communication, 2009.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE