22/06/2009 12:13:41
Charlotte Mbango : Hommage mérité à une diva de la musique camerounaise
L’artiste musicienne a été inhumée au cimetière du bois des singes samedi dernier à Douala.
La Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Tous n’avaient qu’une seule phrase aux lèvres, samedi dernier, au cimetière du bois des singes. « Adieu Charlotte. Que la terre de nos ancêtres te soit légère ». Cette phrase si difficile à prononcer, par les proches, amis et fans de la victime, venus nombreux l’accompagner dans sa dernière demeure ne s’échappait sans des larmes. Tristesse,    stupeur, émotion étaient  perceptibles sur les différents visages. Chacune des personnes présentes  voulait rendre à sa manière, un hommage à cet artiste dont la musique a fait danser plus d’une personne.
  Vêtue en noir, la famille de la victime était inconsolable.  « Charlotte nous a quitté, c’est très difficile a supporté » marmotte l’une de ses sœur en pleur.
 Avant son enterrement, un témoignage élogieux a d’abord été fait par les parents et amis de la victime.  On apprendra par ailleurs que  la musicienne camerounaise est né le 19 avril 1960 à New Bell  de Charles Samé Njoh huissier de Justice et Rose Moni soppo Ngondé. Elle fait ses premiers pas à l’école notre dame où elle sort nanti d’un certificat d’étude primaire et élémentaire (Cepe). Elève au  lycée des jeunes filles, aujourd’hui appelé Lycée de New Bell, elle obtient  quelques années plus tard son brevet d’étude du premier cycles. Elle valide également  son certificat de probation au Collège le Levant avant de s’envoler à Dijon où elle obtient son Baccalauréat en 1979. Son amour pour la musique ne l’empêchera pas d’obtenir en 1987 une maîtrise en marketing.  Amoureuse de la musique depuis l’age de treize ans, le déclic de sa carrière sera l’enregistrement de son  tout premier album intitulé Moutonde Bato, par son frère aîné Joé Mboulé aussi musicien.     Elle a par ailleurs séduit le public avec des albums tels que Nostalgie (1987), Konkai Makossa (1988) Maloko(1991) Maléa (1996)  Essuw’am (2000).  Son brillant parcours dans la musique est jalonné de nombreux palmarès. Disque d’or en 1988 avec le titre Konkai Makossa. Elle est nommée Tamani d’honneur lors des Tamani d’or à Bamako au Mali.
 
Un hommage digne
Marié au courant des années 1980 en France à Marcel Mpacko, Elle divorcera plus tard, pour avoir baptisé leur unique fille Chris Audrey Esmerada Mpacko sans l’aval  de son père.  Issue d’une famille de quatre enfants dont elle était la seule fille, Charlotte Mbango de son vrai nom Mbango Samé Charlotte Odile laisse à sa fille, sa petite fille, ses soeurs et à ses frères un triste souvenir. 
Une trentaine d’artistes a offert un spectacle à l’esplanade de la salle des fêtes d’Akwa. Elvis Kémayou, Annie Anzouer, Nicole Mara,  Djeneth Djento, San Fan Thomas, Ze Bella,  Roger Edia , Pacquito, Takam II, Nkotti Francois,  Odile Ngaska et d’autres encore ont tenu en émois  le public venu nombreux assister aux obsèques de charlotte Bango. De minuit à 7 h, ceux-ci se sont succédés sur scène.  Même la pluie qui est tombée à Douala n’a pu avoir raison de ces fans de Charlotte Mbango, décédée le 2 juin dernier à Paris.

Hervé Villard Njiélé (stagiaire)

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE