08/04/2010 15:20:47
Pourquoi Paul Biya est isolé en Europe
«De manière générale, il est toujours difficile de savoir ce que le président de la République fait exactement lors de ses séjours privés en Europe...»
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le président de la République, Paul Biya, se trouve depuis quelques semaines hors du territoire national. Selon le communiqué officiel, signé du directeur du cabinet civil, Martin Belinga Eboutou, « S.E.M. Paul Biya, président de la République du Cameroun, chef de l’Etat, a quitté Yaoundé (...) dimanche 28 mars 2010 en fin de matinée, en compagnie de son épouse Madame Chantal Biya, pour un bref séjour en Europe ». Le communiqué ainsi rendu public au lendemain du voyage pour le « vieux continent » du couple présidentiel, d’abord par la voie du quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, et ensuite sur le site de la présidence de la République du Cameroun, ne donne aucune précision sur le lieu de destination de Paul Biya. De même qu’il ne dit rien, en dehors de la présence de Chantal Biya, son épouse, sur les accompagnateurs directs du chef de l’Etat, dans ce séjour privé en Europe.

En fait, la tradition des communiqués relatifs aux  séjours privés du « Premier des Camerounais », ne donne que rarement des précisions sur la composition de sa délégation. Tout comme d’ailleurs son lieu de destination. Alors où se trouve donc précisément le président de la République du Cameroun et son épouse? Avec qui y séjourne-t-il, et comment suit-il les affaires du Cameroun ? Des sources qui se disent bien introduites au sein du landerneau politique camerounais affirment que Paul Biya et sa suite se trouveraint du côté de la Suisse. Précisément dans la ville de Genève.

Mystères

Si, de par la tradition au sein du sérail, où l’on a tendance pour des raisons légitimes de sécurité du président de la République et de son entourage direct, de mystifier le lieu des Séjours privés du chef de l’Etat, une telle hypothèse peut, à tort ou à raison se montrer vérifiée. Ceci parce qu’on on sait que les plus jeunes enfants du couple présidentiel (Junior et Brenda Biya) sont scolarisés en Suisse. Ils doivent donc, légitimement faire partie de la suite du séjour privé du président de la République et de Madame. Avec eux donc, les majordomes, et les membres de la sécurité rapprochée.

Côté collaborateurs maintenant, Paul Biya ne semble vraiment pas avoir voulu s’entourer de monde. On sait que le chef du protocole d’Etat, le très discret et non moins efficace diplomate Simon Bikele, que beaucoup de ses voisins du quartier Nkolondom, dans la banlieue nord de la capitale n’ont pas beaucoup aperçu depuis le voyage présidentiel, devrait logiquement se trouver aux côtés du président. Tout le contraire du directeur du cabinet civil, Belinga Eboutou qui bien que signataire du communiqué signalant le séjour privé du couple présidentiel en Europe, ne figure pas dans la suite de son patron Paul Biya. Mais l’homme dont beaucoup de personnalités certifient de la présence du côté de Genève, s’appelle René Emmanuel Sadi. L’actuel ministre chargé des missions à la présidence de la République et secrétaire général du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) est bel et bien aux côtés du président de la République du Cameroun, là où il se trouve en ce moment.

C’est là où se situe le mystère de ce séjour privé du président de la République. Au point qu’il constitue, pour beaucoup des personnalités proches du sérail un sujet de préoccupation qui donnerait des insomnies à certains, comme le commente une haute personnalité  proche du parti de Paul Biya contacté par Le Messager : «De manière générale, il est toujours difficile de savoir ce que le président de la République fait exactement lors de ses séjours privés en Europe. Bien entendu en dehors du sensationnel récent, qui a fait état du coût de son séjour et de sa délégation, certains peuvent croire que de ce fait, il a choisi de s’isoler avec un très peu nombre de monde à ses côtés. Il n’en est rien. Même en séjour privé, le président travaille de manière permanente. Il peut décider, à tout moment de faire venir à ses côtés des collaborateurs directs ou éloignés qui peuvent l’aider à comprendre les dossiers stratégiques qui engagent la nation. Cela s’est vu hier. Cela pourrait se vérifier aujourd’hui, et certainement demain. Il ne faut pas que les Camerounais se fassent des illusions : les dossiers les plus stratégiques se traitent par le président bien loin du pays. C’est presque toujours l’endroit idéal pour le président de la République de travailler en toute sérénité. Même si on sait que, de manière récurrente, il y en a qui font tout, pour aller trouver le chef de l’Etat là où il se repose, et lui poser les problèmes qu’il est sensé résoudre au pays. »

Dossiers

Parlant maintenant des dossiers qui préoccuperaient Paul Biya, au point de l’amener à s’isoler loin du triangle national, des sources qui se disent toujours bien introduites y voient deux principaux. Il y a d’abord celui du congrès extraordinaire du RDPC. Et ensuite celui de la célébration du Cinquantenaire de l’Etat du Cameroun. Parlant du congrès du « Parti des flammes », certains semblent vouloir penser, à tort ou à raison, que la présence, comme d’habitude d’ailleurs de René Emmanuel Sadi aux côtés du président lors de cet autre séjour privé serait liée à cet important évènement du parti au pouvoir, longtemps annoncé et attendu, et devenu depuis quelques années un serpent de mer. S’il y a logiquement quelqu’un avec qui le président national du RDPC devrait au préalable faire le point avant le début des préparatifs effectifs de la tenue du congrès, c’est bien le secrétaire général du comité central.

On sait que depuis un certain temps, René Emmanuel Sadi (contrairement à ce que peuvent vouloir ses adversaires acharnés au sein du RDPC et dont les identités sont insoupçonnées) est, affirment des sources dignes de foi, sur instruction de Paul Biya, dans une opération « d’assainissement des mœurs au sein du RDPC. Il est certainement temps de clarifier qui est véritablement aux côtés du président pour l’échéance de 2011, loin des multiples « appels » dont lui-même surtout, ne croit pas toujours vraiment à la sincérité », pour reprendre un commentaire d’un membre du comité central joint au téléphone par Le Messager. On imagine donc qu’avec le président national du RDPC, il devra entre autres parler de ce dossier relatif au futur congrès extraordinaire du Rdpc.

Enfin, parlant de la célébration du Cinquantenaire, les mêmes sources affirment que Paul Biya est parti avec une certaine colère. Notamment à propos de cette espèce d’imbroglio et des batailles sur le contrôle des prébendes qui semblent régner en ce moment au niveau du l’organisation. Il se dit que Biya aurait préféré laisser sur place Belinga Eboutou, son directeur de cabinet, et président du comité d’organisation des festivités de ce Cinquantenaire de l’indépendance du Cameroun.

Au final, tout ceci reste une autre spéculation de journaliste sur la base des sources diverses. Le président étant généralement toujours mystérieux sur tout ce qui concerne ses déplacements privés en Europe. Jusqu’à ce que par ouïe dire on finisse par savoir…

Jean Francois Channon

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE