11/04/2010 03:33:38
Pologne : Le pays en deuil
Radio-Canada.ca avec Agence France Presse et Reuters
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Polonais recueillis devant le palais présidentiel.

Photo: AFP/Janek Skarzynski
Polonais recueillis devant le palais présidentiel.

Le premier ministre polonais Donald Tusk a convoqué une réunion extraordinaire de son cabinet après la mort du président Lech Kaczynski, ce matin, dans un accident d'avion en Russie.

Ainsi que la Constitution polonaise le prévoit, c'est l'actuel président du Parlement polonais, Bronislaw Komorowski, qui assumera les fonctions présidentielles, le temps que de nouvelles élections soient organisées. Le scrutin pourrait avoir lieu en juin.

Le drame a fait 97 morts, dont la femme de Lech Kaczynski, ainsi que le gouverneur de la Banque centrale de Pologne, Slavomir Skrzypek, l'ancien président polonais en exil à Londres, Ryszard Kaczorowski, et plusieurs députés polonais.

Les chefs d'état-major de la Marine, de l'armée de l'Air et de l'armée de Terre ont aussi perdu la vie.

C'est au moment de la phase d'atterrissage sur la piste de Smolensk, dans l'ouest de la Russie, que l'avion présidentiel s'est écrasé. L'accident s'est produit samedi vers 11 heure locales (7 h GMT). La délégation polonaise devait assister aux cérémonies du 70e anniversaire du massacre de Katyn.

Le mort du couple présidentiel et des hauts dirigeants de l'État a plongé la Pologne dans le désarroi. M. Komorowski, le chef de l'Etat par intérim, a décrété une semaine de deuil national.

Les témoignages de sympathie et les messages de condoléances se multiplient depuis le drame. Par dizaines de milliers, les Polonais se sont spontanément réunis près du palais présidentiel à Varsovie pour déposer des fleurs à la mémoire des victimes.

L'onde de choc s'est propagée jusqu'au Canada qui compte près de 170 000 ressortissants ou immigrants d'origine polonaise.

« C'est une tragédie inimaginable, un malheur inimaginable », a pour sa part déclaré Lech Walesa, ancien président polonais et chef historique du syndicat Solidarité.

Un président conservateur

 Le président Kaczynski, le 8 avril 2010 Lech Kaczynski est né le 18 juin 1949 à Varsovie. En 2001, il avait fondé le parti conservateur Droit et Justice. En décembre 2005, il avait été élu à la présidence de la Pologne aux dépens de Donald Tusk, l'actuel premier ministre.

Lech Kaczynski s'était distingué par ses nombreuses prises de position contre la politique du Krémlin. En 2008, pendant le conflit entre la Russie et la Géorgie, il s'était rendu en Géorgie pour soutenir le président géorgien Mikheil Saakashvili.

Lech Kaczynski prévoyait de se présenter à nouveau aux élections présidentielles de cet automne au cours desquelles il aurait affronté le président du Parlement Bronislaw Komorowski, candidat de la Plate-forme Civique, le parti de Donald Tusk.

Ces élections auront lieu plus tôt que prévu : comme la Consitution polonaise le prévoit en de pareils cas, le scrutin sera anticipé. Il sera probablement organisé avant le mois de juin.

Lech Kaczynski avait un frère jumeau, Jaroslaw Kaczynski, son aîné de 45 minutes. les deux frères ont gouverné le pays entre juillet 2006 et novembre 2007. Lech était déjà président et Jaroslaw était premier ministre.

L'épouse de Lech Kaczynski, Maria, une économiste était à ses côtés dans l'avion. Le couple avait une fille, Marta, et deux petites-filles.

Le président russe Dmitri Medvedev et le premier ministre Vladimir Poutine ont présenté leurs condoléances. Ils ont promis de mener une enquête minutieuse sur l'accident.

Dmitri Medvedev a d'ailleurs annoncé la création d'une commission d'enquête qui sera dirigée par Poutine lui-même.

Ce dernier s'est empressé de faire savoir aux enquêteurs qu'ils devaient « au plus vite » trouver les causes de l'accident.

De son côté, le président américain a déploré une perte « dévastatrice » pour la Pologne et la communauté internationale.

« Nos pensées et nos prières vont à la famille Kaczynski, les proches de ceux qui ont été tués et à la nation polonaise », a déclaré Barack Obama au premier ministre polonais, lors d'un entretien téléphonique.

Le pape Benoît XVI a fait part de sa « profonde douleur ». « J'implore auprès de Dieu tout-puissant une bénédiction spéciale pour le peuple polonais », a-t-il dit.

L'Union européenne a prévu une journée de deuil lundi à Bruxelles.

Hypothèses sur une tragédie

Des experts polonais et russes ont été dépêchés sur les lieux du drame à Smolensk, dans l'ouest de la Russie. Le ministre russe des situations d'urgence, Sergueï Choïguou, a fait savoir que les deux boîtes noires de l'avion avaient été retrouvées, ainsi que les corps de toutes les victimes.

Des voix, coté russe, se sont déjà élevées pour remettre en question le jugement du pilote, dont l'avion, selon les termes du gouverneur de Smolensk, a touché « la cime des arbres et est tombé en morceaux ».

Selon son porte-parole, le pilote aurait refusé de suivre les conseils des contrôleurs aériens de se dérouter sur Minsk, en raison de la « mauvaise visibilité » et du « brouillard ». L'équipage aurait « pris la décision indépendante d'atterrir à Smolensk ».

L'avion aurait heurté la cime des arbres alors qu'il tentait d'atterrir au terme de sa quatrième approche.

Ce même scénario a été mis de l'avant par le commandant adjoint de l'état-major des forces aériennes russes. Alexandre Aliochine soutient que l'équipage n'a pas suivi plusieurs avis des contrôleurs, au moment de l'approche.

L'accident aurait été filmé par un amateur, mais les autorités russes auraient saisi les images.

Le Tu-154 qui s'est écrasé avait bénéficié d'une révision complète en décembre dernier à Samara en Russie, selon le directeur du centre de maintenance Aviakor Alexeï Gousseï, interrogé par Rossiya-24.

Une tragédie qui ravive de douloureux souvenirs

Ironie du sort, le président Lech Kaczynski se rendait en Russie afin de commémorer le massacre de Katyn.

Mémorial des victimes de Katyn, portrait d'un officier polonais   tué par les Soviétiques.

Photo: AFP/Jacek Turczyk

Mémorial des victimes de Katyn, portrait d'un officier polonais tué par les Soviétiques.

En avril 1940, sur ordre de Staline, des milliers d'officiers de l'armée polonaise, mais aussi des intellectuels, des professeurs, des médecins, avaient été exécutés dans cette localité russe située près de la frontière biélorusse.

La Pologne était alors occupée militairement par l'URSS et l'Allemagne nazie, qui s'étaient partagé le pays au terme d'un pacte.

De la découverte du charnier, en 1943, jusqu'à la fin de la Guerre froide, le massacre avait été faussement attribué aux nazis par les Soviétiques.

Ce n'est qu'au début des années 1990, alors que s'effondrait l'URSS, que ses chefs en acceptèrent la responsabilité historique.

Des membres de familles victimes de Katyn se trouvaient dans l'avion, selon un responsable polonais présent à Smolensk.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE