12/04/2010 12:24:42
Cameroun: Lancement de la production locale des antirétroviraux
Le ministre André Mama Fouda de la santé a procédé à l’inauguration définitive de l’entreprise CINPHARM
Le Journal du Cameroun
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Des médicaments disponibles dès juin 2010
La Compagnie industrielle pharmaceutique (Cinpharm) fabriquera "des antirétroviraux et des antituberculeux". La commercialisation des produits est supposée débuter dès juin 2010. Le laboratoire produira aussi des génériques antalgiques, antiparasitaires, antipaludéens, anticonvulsivants, anti-inflammatoires, antibiotiques, tous correspondant aux pathologies les plus fréquentes de la région. Une information confirmée par le promoteur de l’initiative, Célestin Tawamba pour qui l'objectif de la compagnie est de permettre aux populations d'Afrique centrale de se soigner avec moins 500 francs CFA par jour. Le dossier de presse dévoile aussi que des investissements d’un montant de «11 milliards de FCFA» ont été nécessaires au démarrage des activités de la compagnie pharmaceutique qui emploie 300 personnes dont 20 pharmaciens. La réussite de cette opération est la suite d’un montage financier complexe et du pari osé de M. Tawamba.

L’aboutissement d’un projet bien structuré
Jusqu’à très récemment, son groupe CADYST-INVEST était plus connu dans la production agroalimentaire. En 2006, le groupe reprend la Compagnie industrielle pharmaceutique (CINPHARM) créée en 1988 par le laboratoire français Rhône Poulenc. Situé au quartier Makepe, à Douala, le site de production était à l’abandon. L’usine était alors, rappelle le promoteur, ancienne, à la technologie mécanique assez désuète et ancestrale.
 
L’idée était de réhabiliter et de rénover Cinpharm, de l’élever à la dimension technologique et managériale des usines de référence en Europe. Dans un contexte politico économique où les banques prêtent difficilement en raison du défaut de garantie de l’Etat, le groupe CADYST-INVEST a bénéficié de la caution de la DEG, une structure allemande partenaire des projets de développement. Coté transfert de technologie, un accord a été conclu avec un producteur indien de génériques de renommée internationale.

Une solution pour la disponibilité des ARV au Cameroun
La présence du ministre Mama Fouda de la santé apportera sa part de crédibilité sur les produits issus de cette industrie. Compte tenu du défaut de caution financière de l’Etat, les observateurs pensent que la présence du ministre se justifie par le fait que CINPHARM est une alternative sérieuse au déficit d’antirétroviraux que pourrait connaitre le Cameroun dans un futur proche. Le ministre de la santé a plusieurs fois rassuré sur la situation de ces médicaments essentiels pour les malades séropositifs. Mais inversement, il a mené plusieurs campagnes auprès du secteur privé industriel et commercial en vue d’obtenir leur soutien dans la lutte contre le sida au Cameroun. Pour les observateurs, la crédibilité serait plus forte si le gouvernement passait déjà la commande des premières tonnes de médicaments. Une éventualité qui jusqu’ici n’a pas encore filtré, tout comme celle des prix qui seront affectés à ces médicaments essentiels.

Idriss Linge

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE