04/05/2010 04:21:09
Dans l'enfer des albinos africains
Les deux sont albinos. Salif Keita est Malien. Peter Ash, Canadien. Le premier chante sa détresse. Le second fait entendre sa voix pour sauver ses «frères» africains victimes de toutes les exactions à cause de la couleur de leur peau. Ils vivent dans la terreur, payant souvent de leur vie les superstitions qui font d’eux des êtres à part.
Métro
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Keita n’a rien à craindre. Il est connu dans le monde entier, contrairement à Abdoulaye Coulibaly, un Malien de 22 ans devenu en décembre le premier albinos africain à obtenir l’asile en Espagne pour cause de discrimination. Si Ash se faisait traiter de «Casper le fantôme» quand il était adolescent à Montréal, ses humiliations d’alors ne sont rien à côté de celles des Africains nés blancs à cause d’une anomalie génétique caractérisée par une absence de pigmentation de la  peau.

Ils sont pourchassés, parfois démembrés vivants. Toutes les parties de leurs corps servent à confectionner des «grigris» (amulettes) «miraculeux». Organes, os, sang et même cheveux, tout y passe dans les décoctions porte-bonheur. Lors des campagnes électorales, ils sont souvent traqués comme des bêtes pour aider un candidat superstitieux à l’emporter.

C’est dans la région des Grands Lacs que les rituels sacrificiels sont les plus nombreux. Peter Ash œuvre en Tanzanie, le pays le plus stable du continent. Il y aurait 170 000 albinos sur une population totale de 38 millions d’habitants. Un record mondial.

Sur son site Under The Same Sun, Ash tient le décompte de tout ce qui se publie sur les albinos en Afrique. L’anomalie génétique touche une personne sur 4000, contre une sur 20 000 en Occident. Ash, qui vit en Colombie-Britannique, a réussi à amasser un million de dollars dans sa campagne contre les meurtres d’albinos en Tanzanie. Il y en aurait une cinquantaine chaque année.

C’est le Globe and Mail qui, la semaine dernière, a raconté en «une» le combat mené par Ash. «Les Albinos sont déshumanisés dans ce pays (la Tanzanie), comme Hitler a déshumanisé les Juifs», a-t-il déclaré au quotidien torontois. Même si désormais tout meurtre d’albinos est passible de la peine de mort, leur traque dans l’ancienne colonie britannique n’est pas sur le point de disparaître quand un membre peut apporter 3000 dollars à quiconque est habile de sa machette.

Peter Ash ne baisse pas les bras, cependant. «Nous avons réussi à relocaliser plusieurs familles et enfants dans des écoles et villages plus sûrs», explique-t-il dans un échange de courriel.

Continent de toutes les superstitions où l’animisme se mêle souvent à l’islam et au christianisme, l’Afrique est aussi la terre de toutes les solidarités. Elle doit protéger et sauver ceux pour qui le soleil n’est pas le plus grand ennemi.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE