05/05/2010 04:44:52
Affaire Djomo Pokam: La famille réagit
Beaucoup de questions... Peu de réponses
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Mesdames, messieurs,
La famille Djomo prend acte du verdict rendu dans l'affaire Djomo Pokam le mercredi 14 avril 2010 par le TPI du Mfoundi siégeant en matières criminelles et correctionnelles. La famille Djomo est cependant déçue de ce verdict. En effet, le sentiment de la famille Djomo, à l'instar de celui qui se dégage au sein de la population en général, est que justice n'a pas été rendue et que les véritables meurtriers de Djomo pokam courent toujours. ( Le Jour, 26 avril 2010)
Au demeurant, ce verdict suscite encore plusieurs questions qui pour l'instant sont sans réponses.
 

À PROPOS DU VERDICT DU 14 AVRIL 2010
 
1.    QUI EST CETTE PERSONNE AVEC QUI DJOMO POKAM AVAIT RENDEZ-VOUS AU HILTON LE 21 AOÛT 2006?
 
«Tabué Fotso, selon le tribunal, attendait la victime et connaissait la personne que ce dernier devait rencontrer à l’hôtel le jour du meurtre.»  Extrait du verdict du 14 avril 2010
  Qui est cette personne avec qui Djomo Pokam avait rendez-vous?  L'identité de la personne avec qui Djomo Pokam  avait rendez-vous au Hilton hôtel le 21 août 2006 demeure un mystère.
 
2.    COMMENT TABUÉ FOTSO  A-T-IL SODOMISÉ, FLAGELLÉ,   REPASSÉ ET DÉFENESTRÉ  DJOMO POKAM EN MOINS DE 4 MINUTES ?
 
 «Tabué Fotso toujours d’après le tribunal, a sodomisé sa victime, l’a flagellé, repassé son corps avant de l’éjecter du 8e étage.»  Extrait du verdict du 14 avril 2010
 
Lors de l'audience du 17 février 2009, les images vidéos filmées par les  caméras de surveillance de l'hôtel hilton le 21 août 2006  furent projetées. Chrétien Talélo,( Paix à son âme!il est décédé le 19 janvier 2010), l’expert requis par le tribunal pour décrypter lesdites images affirma qu’il n'a  pas fallu plus de quatre minutes pour tuer  Djomo Pokam . « (...)  A la question du procureur de la République, l'expert Talelo explique en effet qu'entre le moment où Djomo pokam entre dans l'ascenseur et l'heure de sa chute , il s'écoule quatre minutes et deux secondes. (   Quotidien Mutations du  18 février 2009,  Le Jour du 18 février 2009 )
 
Si c'est vrai ce que disent ces images vidéo, la question est la suivante:  La famille Djomo se demande s'il est humainement possible que Tabué Fotso identifié par le tribunal comme auteur principal du meurtre, ait sodomisé, flagellé, repassé, tué et défenestré Djomo Pokam en moins de 4 minutes? Si la réponse est oui, comment s'y est-il pris? Si la réponse est non, qui sont donc les vrais meurtriers de Djomo Pokam?
 



3.    POURQUOI DJOMO POKAM A-T-IL ÉTÉ TUÉ AU HILTON HÔTEL LE 21 AOÛT 2006?
 
Dans le jugement rendu le 14 avril 2010, le tribunal reste silencieux sur le mobile du crime.
Pourtant, depuis plus de 1000 jours, une question hante quotidiennement l'esprit de tous les membres de la famille Djomo. Pourquoi Djomo Pokam a-t-il été sauvagement assassiné au Hilton Hôtel dans la matinée du 21 août 2006? Ceux qui l'ont tué  devaient lui en vouloir terriblement. Qu'avait-il fait? Que lui voulait-on? Si Djomo Pokam a fait quelque chose de mal pour mériter le sort qui lui a été réservé, pourquoi ne le dit-on pas?
Par ailleurs, Tabué Fotso et les autres condamnés connaissaient- ils Djomo Pokam? Quel lien y avait-il entre eux? Pourquoi auraient-ils choisi le Hilton Hôtel, leur milieu de travail, un lundi matin, pour tuer Djomo Pokam?
C'est d'autant plus mystérieux que Djomo Pokam ne menait pas une vie dangereuse susceptible de lui créer des problèmes:

    * Contrairement à ce qui a été dit le jour de sa mort, Djomo Pokam n'était pas l'employé d'une société sous traitante travaillant à l'hôtel Hilton. ( Le Détective numéro 564 du 24 août 2006)

Diplômé universitaire, plusieurs fois admissible aux concours des grandes écoles et toujours recalé à l'oral, Djomo Pokam avait transformé le salon familial en salle de classe et dispensait des cours privés de mathématiques et de physiques à des élèves des lycées.

    * Contrairement à ce qui a été véhiculé après sa mort, Djomo Pokam n'était pas homosexuel. Il ne fréquentait ni les milieux mondains, ni les hôtels. Il ne s'était jamais rendu au Hilton Hôtel avant ce jour fatidique du 21 août 2006. ( L'Anecdote numéro 278 du 22 août 2006 )

Djomo Pokam menait une vie modeste et n'avait même pas de cellulaire. Il répondait à ses appels sur le téléphone cellulaire de sa mère.
Depuis 4 ans, la famille Djomo attendait sereinement que le mobile du crime soit révélé lors du verdict. Il semble malheureusement que cette attente devra continuer.
 

AU DELÀ DU VERDICT DU 14 AVRIL 2010

 
4. L’ARCHARNEMENT DU DESTIN, MANOEUVRES D'INTIMIDATIONS ET MENACES DE MORT
 
Chaque fois que des membres de la famille Djomo ont demandé que justice soit faite dans l'affaire Djomo Pokam, ils ont été intimidés et ont reçu des menaces de mort. Il leur est reproché de faire beaucoup de bruits avec l'affaire Djomo Pokam. Depuis le prononcé du verdict du 14 avril 2010, une énorme pression est maintenue sur les membres de la  famille Djomo et leurs proches. C'est d'ailleurs ce qui  explique  le délai pris pour produire la présente réaction, des membres de la famille Djomo ayant exprimé des préoccupations quant à de possibles représailles. ( Le Messager du 19 avril 2010 )
La famille Djomo estime avoir fait preuve de retenue et de patience depuis 2006. Elle se pose la question de savoir si le fait de demander que justice soit faite dans un cas de meurtre crapuleux comme celui de Djomo Pokam est une activité dangereuse. La famille Djomo prévient donc l’opinion publique nationale et internationale de ne pas être surprise si un de ses membres venait à mourir de manière suspecte ou spectaculaire. Elle se demande quel lourd tribut elle paie ainsi avec le sang des siens. En 1991, c'était le père, Djomo David, Maire de Yaoundé 2, tué dans un mystérieux accident de voiture. En 2006, c'était le fils,  Djomo Pokam, sauvagement assassiné en plein jour à l'intérieur  du Hilton Hôtel de Yaoundé. Qui sera le prochain? Quand et comment l'ennemi frappera-t-il encore? Questions légitimes posées dans la douleur et la colère.
 
5.  L'INTERVENTION DU CHEF DE L'ÉTAT SOLLICITÉE

Le verdict du 14 avril 2010 a fortement  ébranlé la confiance de la famille Djomo envers le système judiciaire camerounais. La famille Djomo  pense que, pour une raison ou pour une autre, tous les dessous de cette mystérieuse affaire n'ont pas été éclairées. La famille Djomo sollicite respectueusement l’intervention du Chef de l’État afin qu’il instruise que toute la vérité sur l’affaire Djomo Pokam soit rendue publique et que les vrais meurtriers  soient enfin condamnés.


9. REMERCIEMENTS, GRATITUDES ET RECONNAISSANCES


La famille Djomo remercie sincèrement tous les organismes et tous ceux qui de près ou de loin la soutiennent moralement dans cette dure épreuve. Elle renouvelle sa reconnaissance envers toutes les bonne volontés qui oeuvrent à tous les niveaux afin que justice soit rendue dans l'affaire Djomo Pokam
Pour honorer la mémoire de Djomo Pokam, un site internet lui est dédié: www.djomopokam. org
 

 
Que Dieu nous protège et nous garde.
Le 3 mai 2010
Pour la famille Djomo,
(é) Serge Djomo J., Chef de famille

 famille.djomo@ yahoo.fr

 


Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE