12/05/2010 12:17:35
Cinquantenaire indépendance :Les religieux prient pour les martyrs
Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le culte inter religieux s’est célébré hier au plais des Sports de Yaoundé. Une foule de chrétiens et musulmans occupe un peu plus de la moitié des 1500 places que compte le Palais des sports de Warda.

L’espace et la fraicheur qu’offre cette salle sont propices à l’attitude de concentration qu’ont besoin les célébrants et leurs brebis. Ce mardi 11 mai, les différentes religions reconnues au Cameroun ont décidé d’unir leurs prières pour une cause unique : la paix et la prospérité du Cameroun. Comme quoi aucun évènement dans la vie des hommes ne devrait se passer sans que le pardon et la grâce du Tout puissant ne soient implorés. Aussi bien que la célébration du cinquantenaire de l’indépendance du Cameroun, ce culte a eu pour objectif de réunir les Camerounais de tout bord. Sans distinction de sexe, de langue, de région ni de religion.

 

Dirigé par Gervais Mendo ze, les homélies ont été faites par les églises catholique, évangélique, presbytérienne, orthodoxe et musulmane. Dans un ton familier mais déterminant, le responsable de l’Epc a dénoncé l’absence de réactions concrètes permettant de réduire la pauvreté dans notre pays. Selon lui, « chaque citoyen devrait se comporter en chrétien et chercher à savoir ce qu’il peut faire au service de son pays. Des efforts doivent être faits pour que tout camerounais ait du pain ». Surtout que, poursuit-il, Le Seigneur nous a dotés d’un sous-sol riche. Ce même Allah que le Cheick Ibrahim Moussa a remercié de faire du Cameroun un havre de paix et un îlot de prospérité.

 

Un vibrant appel à la solidarité qui a raisonné avec netteté dans les oreilles de public constitué de membres de gouvernement, d’associations et de personnalités religieuses et de chrétiens ordinaires. Une foule qui a également été conviée à cultiver la paix. Cette dernière, qui selon Mgr. Joseph Atanga, réconcilie l’homme avec lui-même et avec les autres. Une réconciliation dont a grandement besoin le peuple camerounais avec ces compatriotes qui ont versé leur sang dans des combats pour libérer notre pays. « Aujourd’hui, nous pensons à ces fils d’une manière particulière. Et prions Dieu afin qu’il guide les politiciens, qu’ils soient justes dans leurs décisions et qu’ils confient leur vie au Christ », souligne-t-il. Les prières universelles dites en neuf langues maternelles n’ont fait qu’appuyer les prières soumises à l’Eternel par les célébrants. De même que la cérémonie de la lumière qui a d’ailleurs arraché les applaudissements de la foule. Dix jeunes représentant les régions du pays ont allumé autant de cierges autour d’un autre plus volumineux. Un tableau qui appelle à chacun de suivre Jésus qui est lui-même le chemin, la lumière.

 

Conduite par Mgr. Victor Tonye Bakot, la célébration de la lumière, selon le prélat, est une invite aux jeunes de briller par l’honnêteté, la justice et l’amour du prochain. Autant de bénédictions qui vont, selon certains fidèles, contribuer au bon déroulement des festivités marquant la célébration du cinquantenaire.    

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE