12/05/2010 12:24:47
Célébration des Cinquantenaires: Démarrage des festivités sans Paul Biya
Personne n’est capable de dire avec exactitude quand retournera le président de République au pays. « Ce n’est pas la première fois qu’il  quitte le Cameroun, quelques jours avant le défilé du 20 mai », croit savoir un cadre du secrétariat général de la présidence
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les lecteurs du quotidien gouvernemental, Cameroon Tribune, qui foncent d’ordinaire vers le journal au lendemain de chaque départ à l’étranger du président de la République ont dû se mordre les doigts en ne voyant aucune image consacrée au départ de Paul Biya « pour un séjour privé en Europe », dans l’édition de lundi dernier. Idem, des téléspectateurs de la Cameroon radio and television  (CRTV), qui n’ont pas eu droit au reportage « de souveraineté » diffusés en boucle, plusieurs jours après sa première retransmission.  C’est que, « la sécurité présidentielle n’a pas souhaité que les images du départ du patron de  l’aéroport de Nsimalen, vendredi dernier  soient immortalisées comme par le passé », indique une source proche du cabinet civil de la présidence de la République (PRC). Ce départ brusque de Yaoundé laisse plus d’un observateur averti pantois.

D’autant plus que, deux jours après ce soudain voyage, le programme des festivités marquant la célébration des Cinquantenaires auquel Paul Biya « attache du prix », a été rendu public. Et cela, non sans avoir subi de nombreux réajustements du fait même, de l’absence du chef de l’Etat. Et pour cause, le Comité national d’organisation de ces festivités, espérait vivement que le président de la République présidera lui-même le kick-off  de la fête. Mais  également, la  conférence débat qui se tient aujourd’hui au Hilton hôtel de Yaoundé et que va présider le président de l’Assemblée nationale. Selon une source proche du dossier, Paul Biya n’aurait pas décliné l’offre puisqu’il « tient énormément à la réussite de l’évènement ». La même source ajoute que comme elle, beaucoup d’autres personnalités ont été quelques peu déçues par ce départ dont  « seul le dernier carré de ses collaborateurs » était informé.

Au sein du sérail, personne n’est capable de dire avec exactitude quand retournera le président de République au pays. « Ce n’est pas la première fois qu’il  quitte le Cameroun, quelques jours avant le défilé du 20 mai », croit savoir un cadre du secrétariat général de la présidence avant de suggérer qu’on ne fasse pas « tout un plat d’un voyage ordinaire.» Pourtant, Paul Biya qui est allé puiser dans ses « fonds de souveraineté » pour la mise en œuvre des festivités des Cinquantenaires y a montré des signes d’intérêt majeur. En attestent, les invitations adressées à plusieurs de ses homologues du continent africain et au tuteur qu’est la France ; sa plume prêtée pour la co-écriture d’un « regard croisé » sur les cinquante ans d’indépendance de l’Afrique et son implication dans le choix du logo de l’évènement, au demeurant changé par ses soins, à la veille de sa présentation officielle. C’est fort de cet intérêt, que dans les états-majors de l’organisation des cinquantenaires, les responsables lorgnent vers le cabinet civil qui pourrait annoncer à tout moment, le retour du chef de l’Etat pour présider « ses choses » et leur donner toute la solennité nécessaire.

Agenda bouleversé

En dehors de son impact sur l’organisation des cinquantenaires, ce voyage du président de la République en Europe a déjà causé l’annulation d’un meeting qu’aurait dû présider René Sadi à Kribi, comme nous l’annoncions dans notre édition de lundi dernier. Le secrétaire général du Comité central du Rdpc, (emporté dans les valises de Paul Biya) n’aurait pas lui aussi vu venir le voyage de son patron à l’étranger. Ce déplacement a également causé l’annulation de l’audience au sommet que devait accorder la première dame au directeur du Fonds mondial de lutte contre le VIH SIDA, le paludisme et la tuberculose. Il était prévu dans l’agenda de Chantal Biya qu’elle reçoive samedi dernier, Michel Kazatchkine. Lundi dernier encore, pendant le toast prononcé au cours du déjeuner que lui a offert le ministre de l’Economie et de la planification, le vice Premier ministre coréen, en voyage d’affaires à Yaoundé a souhaité « bonne santé au Président  Paul Biya » absent du pays. Cette déclaration  fait murmurer dans la capitale. Curieux voyage !

Rodrigue N. TONGUE

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE