23/06/2009 16:22:09
IRAN: Scrutin validé
Heureusement, lors de la récente élection présidentielle, nous n'avons constaté aucune fraude ni infraction majeure. Par conséquent, il n'y a pas de possibilité d'une annulation du scrutin.
Radio-Canada.ca avec Agence France Presse, Le Monde, Associated Press et Reuters
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La plus haute instance juridique d'Iran tranche: l'élection présidentielle controversée du 12 juin ne sera pas annulée.

Le Conseil des gardiens de la Constitution a exclu cette option mardi et a annoncé que le nouveau président et son gouvernement seraient investis entre le 26 juillet et le 19 août.

Selon les résultats officiels, le président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad a été réélu avec 63 % des voix. Ses deux principaux opposants, Mir Hossein Mousavi et le candidat réformateur Mehdi Karoubi estiment que le vote a fait l'objet de vastes fraudes. Ils ont demandé à plusieurs reprises l'annulation du vote et l'organisation d'un nouveau scrutin.

Depuis dix jours, des dizaines de milliers de manifestants ont envahi les rues pour exiger l'annulation du scrutin. Au moins 17 personnes y ont perdu la vie et une centaine d'autres ont été blessés. Plusieurs personnes ont aussi été arrêtées.

Cette révolte populaire n'émeut pas le Conseil des gardiens de la Constitution, qui estime que les cas de fraudes sont mineurs au pays et qu'il est donc inutile de refaire l'exercice.

Heureusement, lors de la récente élection présidentielle, nous n'avons constaté aucune fraude ni infraction majeure. Par conséquent, il n'y a pas de possibilité d'une annulation du scrutin.

— Abbas Ali Kadkhodaie, porte-parole du Conseil des gardiens de la Constitution, cité par la chaîne officielle Press TV

Lundi, le porte-parole du Conseil des gardiens de la Constitution, Abbas Ali Kadkhodaie, a reconnu qu'il y avait eu certaines irrégularités lors du scrutin, tout en minimisant leur ampleur. Dans une cinquantaine de districts, il y aurait eu plus de votes que d'électeurs.

Déjà, le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei avait donné le ton. Il a affirmé vendredi, lors de la prière, que Mahmoud Ahmadinejad avait obtenu 24,5 millions de votes et que l'écart de 11 millions de voix le séparant de Mir Hossein Mousavi excluait toute fraude.

Retour au calme

La situation semble revenir à la normale dans les rues de Téhéran, sous le coup de la répression. Aucune manifestation n'est prévue.

Déjà lundi, le mouvement de protestation a été beaucoup plus modeste que dans les jours suivant le scrutin. Seulement quelques centaines de personnes ont tenté de se rassembler sur la place Haft-é Tir, dans le centre de Téhéran. Ils ont rapidement été dispersés à coups de grenades lacrymogènes.

Mardi devait se tenir une manifestation pro-Ahmadinejad devant l'ambassade britannique à Téhéran à l'appel d'associations d'étudiantes islamistes. Elles voulaient protester contre « l'ingérence » de Londres dans les affaires intérieures iraniennes. Finalement, l'activité a été annulée, après que le ministère de l'Intérieur eut fait savoir qu'il n'autorisait pas cette manifestation.

Autre journaliste arrêté

L'agence semi-officielle Fars a rapporté mardi qu'un journaliste du Washington Times, d'origine grecque, a été arrêté.

Il s'agirait de Iason Athanasiadis, selon un ami du journaliste cité par Reuters. Il aurait été arrêté il y a trois jours à Téhéran pour « activités illégales ».

« Ce citoyen grec s'est rendu dans notre pays à plusieurs reprises dans le cadre de ses activités journalistiques pour plusieurs médias, mais je ne sais pas quel est son délit », a déclaré le directeur du département des médias étrangers au ministère de la Culture, Mohsen Moghadaszadeh, cité par l'agence Fars.

Il a ensuite lancé une mise en garde aux journalistes étrangers.

Je leur demande de travailler avec nos lois quand ils viennent en Iran pour couvrir l'actualité, parce que s'ils agissent contre la sécurité nationale et font de l'espionnage, ils seront arrêtés et amenés devant les tribunaux.

— Mohsen Moghadaszadeh

Selon Reporters sans frontières, au moins 34 journalistes ont été arrêtés depuis le début des protestations. Le Comité pour la protection des journalistes installé à New York, qui dénonce cette pratique, a fait savoir lundi soir que 13 étaient encore entre les mains des forces de l'ordre.

Le correspondant du magazine Newsweek, le Canadien Maziar Bahari, fait partie du lot.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE