01/06/2010 17:04:12
Electricité Coût: AES-SONEL désavoué par l'Etat
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La note de Michael Ngako Tomdjio signée hier, 31 mai 2010 et  lue sur les antennes du poste national de la Cameroon radio and television (CRTV) le même jour est plus que claire. Cette augmentation des prix d’électricité à laquelle a procédé AES-SONELl’a été «  au mépris des instructions gouvernementales et des dispositions des contrats de concession qui le lie à l’Etat du Cameroun ». Raison pour laquelle, « le ministre chargé de l’Energie demande donc à cet opérateur de procéder à l’annulation de cette augmentation et en conséquence, d’appliquer la grille tarifaire qui reste celle en vigueur avant ladite augmentation ». La sortie du ministre de l’Energie et de l’eau intervient quelques jours après une hausse décidée de manière unilatérale par la filiale de la firme américaine qui a repris la SONEL en 2001. Elle évoquait la nécessité d’investir 107 milliards de Fcfa en 2010 et 2011 pour ses infrastructures.

Les prix du kilowatt heure (Kwh) avaient donc été revus à la hausse au mois de mai pour certaines catégories de consommateurs. La mesure a été appliquée sans que les clients n’en soient informés. Ladite hausse du prix du Kwh variait entre 3 et 10 Fcfa, en fonction du groupe auquel appartient le consommateur. Selon les termes de l’augmentation dénoncée par le gouvernement, seuls les clients faisant  un usage domestique du courant électrique et dont le niveau de consommation ne dépasse pas 400 Kwh par mois en sont exempts. Mais ceux qui consomment plus,  dans le même pallier, subissaient depuis avril une augmentation de 5 Fcfa pour la tranche 3 et 10 Fcfa pour la tranche 4. Les clients qui utilisent le courant électrique en basse tension à des fins autres que domestiques étaient prévenus qu’ils payeraient également plus cher. Il s’agit notamment des entreprises.

AES-SONEL avait motivé sa décision par le fait que  la  consommation d’électricité au Cameroun était passée du simple  au  double en dix ans seulement (période qui correspond à son exercice au Cameroun). Et face à la nécessité de poursuivre la modernisation des installations et du service électrique pour une amélioration de la fourniture du courant électrique, il n’aurait pas trouvé meilleure solution que celle d’augmenter le coût de l’électricité. Plusieurs associations de consommateurs avaient vigoureusement dénoncé la manœuvre de Aes Sonel. A la suite de cela, l’entreprise avait organisé une concertation avec quelques unes d’elles. Ce conclave avait débouché sur un consensus minimal, du reste, soupçonneux que le gouvernement vient ainsi de remettre à plat.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE