25/06/2009 12:32:39
L'ambassade des USA au Cameroun réagit à la «liste des milliardaires interdits de visa»
Quand l’ombre des Etats-Unis plane sur la lutte contre la corruption. Les différents ambassadeurs des États-Unis au Cameroun ont eu à s'exprimer sur le sujet.
Le Jour
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Depuis quelques jours, une liste de milliardaires camerounais circule, sur Internet notamment. Il s’agit d’après ses instigateurs, de d’officiels camerounais corrompus, qui seraient interdits d’accès aux Etats-Unis d’Amérique. La liste, laissaient entendre les rumeurs, avait été remise au président de la République Paul Biya par les autorités américaines. Dans cette liste, que nous publions ci-dessous, figurent pêle-mêle des noms de ministres en fonctions, d’anciens ministres et même de personnalités déjà interpellées. L’ambassade des Etats-Unis au Cameroun a réagi hier à cette fameuse liste, à travers un communiqué que nous publions également.

Dans le communiqué du porte – parole de l’ambassade des Etats-Unis au Cameroun, qui réagit à la liste, on évoque la Proclamation Présidentielle 7750, signée par le Président Georges W. Bush en 2004. Celle-ci instaure en effet l’interdiction de l’accès aux Etats-Unis d’Amérique aux personnes corrompues et à celles qui dépendent d’elles.

Le 16 juin dernier, lors de son discours à l’inauguration du forum des investissements au Cameroun, Janet Garvey, l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, avait déjà évoqué cette Proclamation. Elle rappelait ainsi la détermination du gouvernement américain à participer activement à la lutte contre la corruption dans le monde et donc également au Cameroun.

La Proclamation 7750 indique notamment : L’entrée aux États-Unis, en tant qu’immigrants ou non immigrants, des personnes suivantes est suspendue par les présentes : «Les représentants officiels, ou anciens représentants officiels, dont les actes, consistant à solliciter ou recevoir tout article de valeur monétaire, ou tout autre bénéfice, en échange d’un acte ou d’une omission quelconque dans l’exercice de leurs fonctions officielles, ont ou ont eu des effets nocifs graves sur les intérêts nationaux des Etats-Unis».

George W. Bush justifiait notamment cette décision par «l’importance d’avoir des institutions publiques légitimes et transparentes pour la stabilité, la paix et le développement mondiaux, ainsi que les effets nocifs graves que la corruption de ces institutions fait peser sur les efforts entrepris par les États-Unis en vue de promouvoir la sécurité et de renforcer les institutions démocratiques et les régimes d’économie de marché».

Le prédécesseur de Janet Garvey, Niels Marquardt, s’était déjà montré pratiquement actif dans la lutte contre la corruption et les détournements des deniers publics. Un sujet sur lequel il s’était exprimé à maintes reprises. Mais s’agissant d’une action telle que la dénonciation de corrompus camerounais, que la rumeur a pu lui prêter, comme actuellement avec la liste des 44 milliardaires, bien malin qui pourrait s’avancer.

Jules Romuald Nkonlak

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE