10/06/2010 12:19:57
Suzanne Ikoo : La fraude est le code de vie au Cameroun
La psychologue analyse le phénomène de la tricherie dans notre société. Pourquoi la tricherie s’est établie comme mode normal de rapport entre les citoyens, le citoyen et l’Etat, le citoyen et l’autorité?
Quotidien Mutations
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les gens vont facilement dire que la paupérisation et la crise économique en sont les causes principales. Pourtant, ce sont les causes secondaires. Je pense qu’il y a quelque chose de primordial sur laquelle il faut poser le doigt: La perte de valeurs dans notre société. L’essentiel ce n’est plus de bien faire ou de savoir faire les choses, mais de comment acquérir un bien. Tout peut devenir un bien à acquérir. Tout est monnayable. Voilà le réel problème. Les aînés sociaux qui sont les enseignants, les administrateurs, les politiques ont érigé un nouveau code de fonctionnement de la société qui est basé sur la tricherie.
On n’a plus besoin de passer un examen. On peut l’acheter et il est valable. On achète tout. Sur Yaoundé vous achetez même un cœur humain. Et cela tout le monde le sait. Mais c’est devenu un code d’excellence. L’enjeu a pris le relais sur l’éthique qui était principalement le centre de nos valeurs traditionnelles et de nos sociétés républicaines premières. On a perdu toutes ces valeurs-là. Et, maintenant, la tricherie est le code clé.

Qu’est-ce qui justifie le génie des élèves à affiner les méthodes de fraudes?
Ils mettent leur intelligence au service de la tricherie plutôt que dans l’acquisition du savoir simplement parce que les intérêts ne sont plus orientés vers l’acquisition ddit savoir. L’intérêt c’est comment est-ce que je vais tricher, comment est-ce que je vais acquérir un bien le plus facilement possible et le plus rapidement possible? Donc, on se perfectionne vers la tricherie, vers la corruption, vers la perte de l’éthique.
Il ne s’agit même pas de dire: Plus on affine les méthodes de contrôle et de coercition plus les élèves vont continuer leur tricherie. Il s’agit de dire : plus les enjeux deviennent énormes. Plus la valeur... Malheureusement le diplôme reste une valeur parce que l’école c’est le moyen premier de socialisation dans une société. L’école par le savoir. L’acquisition d’un savoir faire, d’un savoir vivre, d’un savoir être. Quand on n’a perdu ce code-là, on met en place d’autres codes, dont celui de l’argent. On va donc perfectionner et affiner les méthodes de tricherie.

Existe-t-il des outils de lutte contre la fraude?
Je ne pense pas. Il ne sert à rien de rêver. Il s’agit de repenser notre société avec nos valeurs traditionnelles et nos valeurs naturelles. L’éthique est la base de toute société. Nulle part on ne pense une école comme celle au Cameroun. Il faut la repenser. Elle a perdu ses valeurs. Il est anormal que les instituteurs soient les moins bien payés. Ils sont quand même la base de la socialisation dans l’éducation des enfants. Ce sont eux qui forment. Tous les éducateurs vous diront que quand vous avez des lacunes à l’école primaire, vous les traînez jusqu’à l’université.
La preuve, aujourd’hui, lorsque vous lisez une copie de licence, vous êtes choqué parce que les simples règles d’accord de grammaire qui sont acquises à l’école primaires, les universitaires ne l’ont pas car le corps enseignant a été négligé. Il a donc perdu aussi de sa valeur et de son envie de travailler, de sa motivation. Je pense qu’il faut redonner à notre école ses lettres de noblesse avec l’émulation, l’éthique et, surtout, la revalorisation des enseignants.

Est-on fondé à dire que la fraude est endémique au Cameroun?
La fraude est endémique. Elle fait partie des codes de vie au Cameroun. C’est un constat amer. Mais il faut qu’il soit fait. La fraude est le code de vie au Cameroun. Il ne s’agit pas seulement de l’école, mais aussi de l’hôpital, de l’armée et même dans la rue. Je pense qu’il faut repenser notre éducation parce que ce n’est qu’elle qui refaçonne une société. Nous avons les moyens car si nous en avons pour affiner la tricherie, cela veut dire que nous avons les ressources, et même nécessaires, pour repenser notre société.

B.M.B

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE