10/06/2010 12:23:34
Visite : Ban Ki Moon Yaoundé
Le secrétaire général des Nations unies est arrivé au Cameroun dans le cadre d’une tournée qui doit le conduire dans une dizaine de pays africains.
Quotidien Mutations
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

C’est hier très tard que M. Ban ki Moon, le secrétaire général des Nations unies qu’accompagne son épouse sont arrivés à Yaoundé pour le début d’une visite officielle de 48 heures dans notre pays. Le secrétaire général de l’Onu, qui répond à une invitation du chef de l’Etat Paul Biya, aura un entretien avec son hôte ce jour même au palais de l’Unité, avant d’être reçu avec son épouse à déjeuner par le couple présidentiel camerounais tout de suite après ce tête à tête. Si pour l’instant, rien ne filtre de ce qui sera au centre des discussions entre le chef de l’Etat Paul Biya et le premier fonctionnaire international, nos sources laissent entendre qu’il pourrait entre autres être question de l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd) qui seront notamment au centre de la session de l’Assemblée générale des Nations unies qui s’ouvre en septembre prochain à New York, et dans le même sillage, de la création au Cameroun des «Villages du millénaire».

Ils sont nés d'un partenariat entre l'Institut de la terre de l'Université Columbia à New York, le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), le Millenium Promise et le Millenium Villages International. Ils ont été développés dans 12 sites, répartis dans 10 pays d'Afrique, dont le Cameroun. Dans notre pays, ce sont les localités de Meyomessi dans le département du Dja et Lobo, région du Sud et Maroua dans le département du Diamaré dans la région du Nord qui ont été choisis pour abriter ces projets pour lesquels, le Cameroun reçoit l’appui financier du Japon. L'objectif fondamental de ces «Villages du millénaire» est d'aider les communautés rurales à réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement (Omd). Le secrétaire général de l’Onu sera dans l’après midi l’hôte des populations de Mbalmayo.

Mission
Ici, il visitera un ensemble de projets dont celui d’approvisionnement en eau pour les couches vulnérables, la radio communautaire de Mbalmayo et d’autres projets réalisés par des associations de femmes et d’autres projets financés par le système des Nations Unies, avant de revenir à Yaoundé où il va s’adresser en début de soirée aux députés réunis en séance plénière à l’Assemblée nationale. La journée de Ban ki Moon et son épouse se terminera par le dîner qu’offre le système des Nations unies au Cameroun. Ban ki Moon quittera Yaoundé tard ce soir en direction de l’Afrique du Sud où il prendra part demain aux cérémonies d’ouverture de la 19e édition de la Coupe du monde de football, la première qui se déroule sur le continent africain.
Ban Ki Moon arrive néanmoins au Cameroun à un moment particulier. Son organisation a récemment été saisie par des politiques camerounais d'une plainte contre le régime en place. On se rappelle en effet qu'il y a quelques mois, un groupe de Camerounais, sous la conduite de Célestin Bedzigui, a saisi les Nations Unies d'une plainte pour les émeutes de la faim de février 2008 qui avait fait officiellement 40 morts.

Outre le Cameroun et l’Afrique du Sud, le secrétaire général de l’Onu visitera huit (08) autres Etats du continent: Malawi, Ouganda, Burundi, Nigéria, Bénin, Sierra Leone, Gabon et République démocratique du Congo (Rdc). Dans ce dernier pays, il sera notamment question de la situation de la Mission d’Observation des Nations Unies au Congo (Congo) qui mobilise actuellement le plus gros contingent de casques bleus, soit un peu plus de 17 000 hommes, et qui se trouve à une étape cruciale de sa présence dans ce pays «Je veux personnellement m'entretenir avec les dirigeants de la Rdc sur cette importante question», avait notamment expliqué le secrétaire général de l’Onu lors de sa conférence de presse du mois de mai dernier, faisant référence au projet de retrait des casques bleus de la Rdc. A la fin du mois de juin, le Conseil de sécurité se prononcera en effet sur l'avenir de la force onusienne créée en 1999 et dont le mandat, déjà prorogé plusieurs fois, arrive à terme.

Couverture impossible à Nsimalen
Notre consoeur Anne Nsang Nkwain n’est peut être pas prête d’oublier la soirée d’accueil du secrétaire général des Nations Unies qu’elle a vécue au pavillon présidentiel de l’aéroport international de Nsimalen hier soir. Arrivée sur les lieux en compagnie d’une dizaine de journalistes à bord d’un car du Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud), cette ancienne de la Crtv qui était justement chargée de la coordination des médias pour le compte du système des Nations Unies à Yaoundé s’est vu fermement opposée l’accès à la zone de couverture de l’événement par un élément de la sécurité présidentielle. « Il y a des figures que je ne connaîs pas là », a-t-il lancé à l’endroit de ces hommes et femmes de médias, avant de requérir les services de l’un de ses collaborateurs pour que tout ce beau monde soit mis hors du passage que devait emprunter M. Ban Ki Moon et sa suite.

Le motif évoqué par cet élément de la sécurité présidentielle, les journalistes présents à l’aéroport hier soir n’avaient pas de badges d’accréditation. Les suppliques de la responsable de la communication du Système des Nations unies à Yaoundé n’y ont rien fait. Anne Nsang a beau expliqué à son interlocuteur que les responsables du ministère de la Communication ont donné rendez vous aux hommes et femmes de médias ce jour, 10 juin 2010 pour le retrait de ces précieux sésames, rien n’y a fait. Hors notre élément de la sécurité présidentielle a dû mettre un peu d’eau dans son vin, puisqu’il a tout de même admis que nos confrères de la Crtv qui se trouvaient dans la même situation que tous les autres, (ne disposant d’aucun élément d’accréditation) puissent assurer la couverture de l’arrivée du secrétaire général de l’Onu.

On pouvait donc imaginer le désarroi de toutes ces personnes qui, arrivées à Nsimalen un peu avant 22 heures, ne pouvaient pas quitter les lieux avant l’arrivée de l’hôte du chef de l’Etat. Obligé de ronger leur frein sous l’air très frais et la brume qui avaient envahi les lieux.
Une arrivée qui, annoncée d’abord à 23 heures dans le programme officiel communiqué par le Cabinet civil de la présidence de la République, n’a finalement eu lieu que vers 23 heures 45 minutes. Ban Ki Moon et son épouse ont été accueillis à leur descente d’avion en provenance de Bujumbura au Burundi par le Premier ministre Philémon Yang, avant de prendre leur quartier au Hilton Hôtel de Yaoundé.

Jean Francis Belibi

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE