19/06/2010 16:11:01
Anelka exclu de l'équipe de France
Jean-Pierre Escalettes, le président de la Fédération française de football (FFF), a informé Nicolas Anelka de son renvoi du groupe France, samedi dans l'après-midi.
Sport.europe1.fr
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

http://sport.europe1.fr/europe1/images/201024/anelka_maxppp.jpg

Retour de bâton pour Nicolas Anelka. L'attaquant tricolore, qui aurait, selon une information révélée par L'Equipe et confirmée par des journalistes proches du joueur, insulté Raymond Domenech, jeudi, à la mi-temps du match France-Mexique (2-0), a été exclu, samedi, de l'équipe de France.

Selon les informations recueillies par Europe 1, Jean-Pierre Escalettes, le président de la Fédération française de football (FFF), a informé Nicolas Anelka de son renvoi du groupe France, samedi dans l'après-midi, à l'issue de la réunion d'un conseil de discipline composé, outre de Jean-Pierre Escalettes, de Jean-Louis Valentin (directeur général adjoint de la FFF) et du sélectionneur national Raymond Domenech.

Nicolas Anelka, qui n'a pas participé à la séance d'entraînement des Bleus samedi contrairement à la veille, devrait quitter l'équipe de France samedi dans la soirée ou dimanche. De leur côté, les autres joueurs français se sont réunis, de leur propre chef, dans leur camp retranché à Knysna, pour discuter eux-aussi de cette affaire.

Bachelot: "La très forte pression qui pèse sur les Bleus n'autorise aucun dérapage"

Lors du deuxième match de l'équipe de France face au Mexique dans la Coupe du monde 2010, Nicolas Anelka, titulaire en pointe de l'attaque au coup d'envoi de la rencontre, n'aurait pas apprécié les remarques de Raymond Domenech concernant sa contre-performance lors de la première période. L'attaquant de Chelsea aurait alors, selon L'Equipe, répliqué au sélectionneur : "Va te faire enculer, sale fils de pute". Des insultes qui auraient par ailleurs poussé Domenech à procéder à son remplacement par André-Pierre Gignac à la pause.

"Si c'est vrai [...] je suis choqué par le langage d'Anelka à l'égard de son entraîneur à lequel il doit tout, notamment d'avoir joué des matches qu'il n'aurait pas dû jouer, avait réagi Guy Roux, consultant pour Europe 1, à la révélation de cette affaire. "La très forte pression qui pèse sur les Bleus n'autorise aucun dérapage, avait pour sa part jugé la ministre de la Santé et des Sports Roselyne Bachelot, "les Bleus sont des modèles pour les jeunes et cela les oblige à la retenue et à la dignité".

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE