29/06/2010 18:48:12
Les députés camerounais demandent des comptes
Le mi­nistre ca­me­rou­nais des Sports, Mi­chel Zoa, devra ré­pondre ven­dre­di pro­chain à une in­vi­ta­tion des dé­pu­tés, à l’oc­ca­sion d’une séance de ques­tions orales re­la­tive à la mau­vaise pres­ta­tion de la sé­lec­tion de foot­ball à la Coupe du monde « Afrique du Sud 2010 », a ap­pris APA mardi au­près de l’As­sem­blée na­tio­nale.
APA
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le gou­ver­ne­ment est ainsi in­ter­pel­lé par l’ho­no­rable Aba­kar Ma­ha­mat, dé­pu­té du Ras­sem­ble­ment dé­mo­cra­tique du peuple ca­me­rou­nais (RDPC, au pou­voir), dont la pré­oc­cu­pa­tion re­joint non seule­ment celle de ses pairs de l’hé­mi­cycle, mais aussi de la plu­part des sup­por­ters des « Lions in­domp­tables ».


En effet, de­puis sa sor­tie peu ho­no­rable du Mon­dial qui se pour­suit en Afrique du Sud, avec trois dé­faites en­re­gis­trées en au­tant de ren­contres, l’équipe na­tio­nale ca­me­rou­naise est sur la sel­lette et ali­mente les dé­bats à tra­vers le pays.


L’ire des fans des Lions In­domp­tables est d’au­tant plus com­pré­hen­sible qu’au­cune ré­ac­tion of­fi­cielle n’a été en­re­gis­trée de­puis le re­tour des joueurs à Yaoun­dé.


La sé­lec­tion, rap­pelle-​t-​on, a éga­le­ment connu une Coupe d’Afrique des na­tions (CAN) pous­sive en fé­vrier der­nier en An­go­la et les pers­pec­tives ne sont pas plus ré­jouis­santes, avec no­tam­ment les éli­mi­na­toires de la même com­pé­ti­tion dont le dé­mar­rage est prévu en sep­tembre pro­chain.


Le mi­nis­tère des Sports avait déjà, selon plu­sieurs sources, plan­té le décor voici quelques jours avant le re­tour de la dé­lé­ga­tion d’Afrique du Sud.


« Cha­cun doit as­su­mer ses res­pon­sa­bi­li­tés, l’en­trai­neur tout comme le sé­lec­tion­neur na­tio­nal et la Fé­dé­ra­tion ca­me­rou­naise de foot­ball (FE­CA­FOOT), or­gane tech­nique. En tant que mi­nistre des Sports, j’es­time avoir fait tout ce qui était hu­mai­ne­ment pos­sible pour que le Ca­me­roun aille loin dans cette com­pé­ti­tion », avait alors dé­cla­ré Mi­chel Zoa.


Et de pour­suivre : « Je sais que ce n’est pas le coach qui a de­man­dé aux joueurs de ne pas s’en­ga­ger, de rater les buts de­vant les goals, de se dé­tes­ter. On ne peut pas faire comme si rien ne s’était passé ».


Le dé­par­te­ment des sports, tout en pro­met­tant de tirer toutes les conclu­sions de ce qui s’est passé en Afrique du Sud, avait pro­mis d’as­su­mer sa part de res­pon­sa­bi­li­tés de­vant sa hié­rar­chie.


Mais avant même les ex­pli­ca­tions du mi­nis­tère de­vant les dé­pu­tés, c’est son chef de la cel­lule de com­mu­ni­ca­tion, éga­le­ment char­gé des re­la­tions avec les mé­dias (« Team Press Ofi­cer »), Linus Pas­cal Fouda, qui est monté au cré­neau poin­tant du doigt les res­pon­sables de la « noyade gé­né­rale » des « Lions in­domp­tables » en Afrique du Sud : les of­fi­ciels, les jour­na­listes et la FE­CA­FOOT.


In­ter­ro­gé par APA, il s’en est pris da­van­tage aux joueurs qui sont « res­pon­sables en grande par­tie » de cet état de choses.


Pour lui, « cer­tains ath­lètes, avec leurs pro­blèmes d’ego sur­di­men­sion­né, ont cru qu’ils avaient ac­quis des titres fon­ciers au sein de l’équipe na­tio­nale ».


« Quelques uns, sur le banc de touche, ju­bi­laient lorsque la sé­lec­tion en­cais­sait un but. Il y eu des que­relles de per­sonnes, beau­coup d’hy­po­cri­sie, un manque criard de sé­ré­ni­té, une haine te­nace entre co­équi­piers mais aussi une mé­con­nais­sance des ‘réa­li­tés lo­cales’ par l’en­traî­neur Paul Le Guen ».


Ce à quoi l’an­cien di­rec­teur de la FE­CA­FOOT et an­cien chef de ser­vice des Sports à la té­lé­vi­sion pu­blique (CRTV), Jean Lam­bert Nang, ré­pond par une for­mule ra­di­cale en de­man­dant à tout le monde de dé­mis­sion­ner.


A com­men­cer par le pré­sident de lé fé­dé­ra­tion, Iya Mo­ham­med, pour qui ce se­rait « un acte de cou­rage et d’hon­neur ».


« Comme son ho­mo­logue fran­çais Jean-​Pierre Es­ca­lettes, le temps est venu pour lui de ser­vir d’exemple et de mar­quer l’His­toire, es­time-​t-​il. Ce se­rait la meilleure façon d’ab­soudre toute la peine in­fli­gée à ses com­pa­triotes de­puis une dé­cen­nie avec des contre-​per­for­mances en cas­cade ».

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE