26/06/2009 15:11:49
Iran : Le G8 appelle la fin des violences
Réunis d'urgence à Trieste, en Italie, les chefs de la diplomatie des huit pays les plus riches ont condamné d'une même voix les violences postélectorales en Iran.
Radio-Canada
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

                         Les chefs de la diplomatie du G8 réunis en Italie

Dans une déclaration commune, les pays du G8 invitent l'Iran à « respecter les droits fondamentaux des personnes », en particulier le droit d'expression.

Ils se défendent de s'ingérer dans le processus électoral, en ajoutant qu'ils veulent que la lumière soit faite sur les résultats du scrutin.

Les pays du G8 se disent « fâchés et attristés par les vies perdues » en Iran, où au moins 20 personnes ont été tuées dans la répression de la contestation.

Ils ont d'ailleurs exprimé leur solidarité avec les familles des victimes.

« Le gouvernement iranien doit protéger son peuple », a pour sa part déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères, David Miliband, tout en soulignant qu'il appartenait au peuple iranien de décider qui « doit le gouverner ».

Le Conseil des gardiens en remet

Quelques heures plus tôt, le Conseil des gardiens de la Constitution, la plus haute instance juridique d'Iran, affirmait de nouveau qu'il n'y a eu aucune fraude lors de l'élection présidentielle controversée du 12 juin, martelant que ce scrutin était « le plus sain » depuis trente ans.

"Le Conseil des gardiens a presque terminé l'évaluation des plaintes déposées par les candidats battus et cela démontre que l'élection était la plus saine depuis la révolution islamique [en 1979]."

— Abbasali Kadkhodai, porte-parole du Conseil

Alors que la crise en Iran semble soulever une certaine division au sein du clergé iranien et de la classe politique, plusieurs analystes s'attendent à ce que l'ayatollah Ahmad Khatami profite de la prière du vendredi pour marteler que le scrutin a été libre et équitable.

Du nouveau pour Neda

Jeudi, la presse ultraconservatrice tentait de disculper les forces iraniennes du meurtre de Neda, accusant même un journaliste de la BBC d'avoir engagé un tueur à gages. Un médecin iranien vient contredire cette version.

Le Dr Arash Hejazi, qui étudie dans une université du sud de l'Angleterre, a dit en entrevue à la BBC qu'il se tenait à quelques mètres de Neda Agha-Soltan quand elle a été abattue.

Selon lui, la balle a été tirée par un membre de la milice Bassidji, un groupe paramilitaire composé de volontaires. Il raconte qu'il croyait au départ que le coup de feu provenait d'un toit, mais plus tard des personnes dans la rue ont attrapé un membre de la milice qui criait à la foule « Je ne voulais pas la tuer! ».

Il ajoute qu'après avoir pris des photos de sa carte d'identité, les gens l'ont laissé partir.

Les partisans de Mir Hossein Mousavi, principale figure du mouvement de contestation, prévoient lancer vendredi dans le ciel plusieurs centaines de ballons à la mémoire de la jeune femme, qui est devenue une icône pour les protestataires.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE