23/06/2015 13:38:17
Réfugiés africains: 350 000 au Cameroun !
Le Cameroun abrite une forte communauté de réfugiés de plusieurs nationalités dont environ 250 000 réfugiés centrafricains.
La Nouvelle Expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

 Selon des responsables du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (Hcr) à Douala, le Cameroun compte  350 000 réfugiés. Ils sont Centrafricains, Nigérians, Tchadiens,  Sierra-léonais, Congolais (Rdc), Ivoiriens et ressortissants d'autres  pays.

Il y a aussi  des demandeurs d'asile. Les régions  du Centre, du Littoral, de l'Est, de l'Adamaoua  et de l'Extrême-Nord sont couvertes au Cameroun par le Hcr. La région du Littoral  compte 11000 réfugiés. Les attaques de Boko Haram au Nigeria ont provoqué une fuite massive des populations du Nigeria, - chrétiens,  musulmans et animistes-, vers le Cameroun. Beaucoup ont trouvé refuge dans la Région de l'Extrême- Nord du Cameroun. Ils sont plusieurs dizaines  de milliers dans le camp de Minawao, dans  le département de Mayo Tsanaga.

Sortir  de l'insécurité alimentaire

Au 17 mai 2015, les autorités avaient recensé 74000 réfugiés parmi lesquels 42 242  enregistrés par le Hcr. En mai  2014, le camp de Minawao, qui a été ouvert le 2 juillet 2013,  comptait  seulement 3014 réfugiés. A la suite du  conflit en République centrafricain (Rca), notamment après les exactions des groupes armés de la Séléka et des antibalaka, les populations  centrafricaines  ont massivement quitté leur pays pour  le Cameroun. Ils étaient  247 245 réfugiés au 8 juin 2015 contre  224 958 personnes  au 24 mai 2015, selon  le HCR.

Ces chiffres,  en hausse constante,  donnent  une idée de ce que peut être la situation humanitaire de ces réfugiés.  Ils sont  principalement recensés dans les régions de l'Est, de l'Adamaoua et  du Nord. Il y  a en tout huit camps de réfugiés: Minawao dans l'Extrême-nord, Gam et Borgof dans l'Adamaoua, Gado-Badzez, Timangolo, Mbile, Lolo et Ngari-Singo dans la région de l'Est.

Les attaques de Boko Haram sur le territoire camerounais ont  aussi  fait des déplacés internes. Ils étaient 127640 déplacés internes il y a un an. Ils seraient plus nombreux aujourd'hui. Le problème des déplacés internes, - qui fuient les zones de combat entre nos forces de sécurité et de défense et les membres de Boko Haram- se pose aussi avec acuité.

  Selon le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (Hcr), ces  déplacés internes seront 919 081 en 2015, à être en situation d'insécurité alimentaire. Outre le Hcr, d'autres partenaires de développement comme l'Union européenne(Ue) et des Ong dont l'Ieda Relief interviennent spécialement  en faveur des réfugiés centrafricains et nigérians et en faveur des populations vulnérables au Cameroun.  L'Union européenne a prévu 4,6 milliards Fcfa pour  l'aide humanitaire au cours de cette année.

La Banque allemande de développement a  promis un don de quelques 3,9 milliards Fcfa pour financer le projet d'appui aux mesures concernant les réfugiés en provenance du Nigeria et de la Rca. Ceci,  en plus des  2,6 milliards Fcfa accordés au début de l'année. D'après le système des Nations Unies, le Cameroun a besoin en 2015  de 95,32 milliards Fcfa pour intervenir efficacement en faveur des réfugiés.

Cet argent devrait aider à résoudre  les problèmes liés à l'accès à l'eau potable, à l'hygiène, à l'assainissement des abris des réfugiés et aux  problèmes de santé. Avec des bureaux à Yaoundé, à Douala, à Bertoua et  Meiganga, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (Hcr) œuvre à la protection Internationale et à l'assistance humanitaire en faveur des réfugiés et des demandeurs d'asile.

Statut des réfugiés : appliquer la loi

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (Hcr) a été mandaté par la Communauté Internationale pour conduire et coordonner l'action pour la protection internationale des réfugiés et la recherche de solutions à leurs problèmes. La mission première du Hcr est de chercher à garantir les droits fondamentaux et le bien-être des réfugiés.

Il s'efforce de s'assurer que chacun puisse bénéficier du droit d'asile au Cameroun et retourner de son plein gré dans son pays d'origine quand les conditions sont propices.  Le Hcr  est aussi chargé de  la détermination du  statut des réfugiés. Le Hcr  renforce les capacités gouvernementales et non gouvernementales en matière de droit des réfugiés, fait  le plaidoyer auprès du gouvernement pour le renforcement du cadre national de protection des réfugiés et recherche des solutions durables.

La Loi n°2005/006 du 27 juillet 2005 portant statut des réfugiés au Cameroun s'applique aux réfugiés au Cameroun. Seulement, des décrets d'applications  de cette loi sont toujours attendus pour faire appliquer cette loi. Dix ans après, des organes de gestion des réfugiés ne sont pas encore créés. En fonction des ressources disponibles et des situations, le Hcr apporte une assistance humanitaire multi-sectoriel. 

A travers la  prise en charge des soins de santé primaire de tous les réfugiés et demandeurs d'asile; l'appui à la scolarisation de tous les enfants en âge scolaire et l'octroi de bourses du secondaire et du supérieur à des élèves et étudiants réfugiés vulnérables et méritants;  le soutien aux activités génératrices de revenus.

A ce niveau on peut citer  le financement de micro-projets, des formations à divers métiers et l'appui aux activités de petit élevage; à la construction d'ouvrages hydrauliques pour améliorer l'accès à l'eau en quantité et qualité suffisante;  la distribution de suppléments alimentaires et du matériel humanitaire; la distribution de kits hygiéniques à toutes les femmes en âge de procréer.

Edmond Kamguia K.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE