12/07/2010 12:28:05
double attentat, au moins 64 morts
La finale de la Coupe du monde a été assombrie par deux attentats qui ont fait au moins 64 morts et 65 blessées, dimanche soir, dans deux établissements qui retransmettaient la finale du Mondial dans la capitale ougandaise Kampala.
Radio-Canada
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

                    http://img.src.ca/2010/07/12/480x270/AFP_100712ouganda-explo_8.jpg

Des survivants tentent d'aider des victimes de l'explosion dans un restaurant éthiopien de Kampala, en Ouganda, le 11 juillet 2010.

La finale de la Coupe du monde a été assombrie par deux attentats qui ont fait au moins 64 morts et 65 blessées, dimanche soir, dans deux établissements qui retransmettaient la finale du Mondial dans la capitale ougandaise Kampala. Un ressortissant américain fait partie des victimes.

« Nous avons 64 tués et 65 blessés. Les nationalités des victimes seront communiquées plus tard » a déclaré une porte-parole de la police, lundi matin, alors qu'un bilan précédent faisait état de 24 morts.

Les deux bombes ont explosé dans un restaurant éthiopien de la capitale ougandaise et dans un club de rugby de la ville. Une foule y était réunie pour regarder la finale de la Coupe du monde de football à la télévision.

Le double attentat n'a pas été revendiqué pour l'heure, mais la police ougandaise privilégie la piste des Shebab, les insurgés islamistes somaliens.

Le 5 juillet, le chef des Shebab, Ahmed Abdi Godane, avait à nouveau appelé les Somaliens à s'unir pour chasser de Somalie la force de paix de l'Union africaine (Amisom).

L'Ouganda et le Burundi fournissent la totalité des 6000 soldats qui composent actuellement l'Amisom, chargée de protéger le très fragile gouvernement provisoire contre les assauts des insurgés islamistes.

Vives réactions

Le président ougandais Yoweri Museveni a condamné lundi « la lâcheté » des auteurs du double attentat.

« Les gens qui regardent du football ne sont pas des gens qui doivent être pris pour cible », a déclaré le chef d'État ougandais en se rendant sur les lieux d'un des deux attentats. « Si (les auteurs des attentats) veulent se battre qu'ils s'en prennent à des soldats », a-t-il poursuivi.

Le président américain Barack Obama a indiqué que les États-Unis étaient « prêts à fournir toute aide demandée » par le gouvernement ougandais.

L'Union africaine a « condamné (un) acte dirigé contre un pays africain engagé activement dans la promotion des objectifs de l'UA ».

« Cet acte de terrorisme ne fera que renforcer les liens très forts entre les peuples somalien et ougandais », a commenté le président somalien Sharif Cheikh Ahmed.

Ce double attentat est le plus meurtrier commis en Afrique de l'Est depuis les attaques suicide contre les ambassades américaines de Nairobi et Dar es-Salaam qui avaient fait plus de 200 morts le 7 août 1998.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE