14/07/2010 04:42:00
Témoignage : Perpétuer son oeuvre
La disparition de Pius Njawe, directeur de publication du quotidien camerounais Le Messager, a provoqué une onde choc un peu partout dans le monde. Un véritable traumatisme pour ses collaborateurs parmi lesquels notre confrère Jean François Channon, coordonnateur de la rédaction du Messager au bureau de Yaoundé. Dans ce texte qu’il nous a envoyé, il raconte la terrible nuit au cours de laquelle la nouvelle lui fut annoncée.
Le soleil
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Il y a des nuits comme ça. Vous voulez dormir et le sommeil ne vient pas tout de suite. Et lorsqu’il vient, il est perturbé. Avec à chaque fois des images à la fois bizarres et troublantes. C’est ce qui m’est arrivé ce 12 juillet 2010 en soirée. Marie Noëlle Guichi, rédacteur en chef délégué, notre chef hiérarchique à la rédaction du Messager à Yaoundé, et moi-même avons bouclé l’édition du mardi 13 juillet 2010 avec une certaine lassitude. Pourtant, nous étions bien un lundi. Elle se plaignait des maux de tête et je lui disais que j’avais une migraine qui s’annonçait. Aussi nous nous sommes dépêchés de terminer assez vite notre travail du jour, à savoir relire les articles des confrères et les envoyer à la rédaction centrale à Douala. Lorsque je quitte le bureau aux environs de 20h, je n’ai qu’une envie : retrouver mon domicile, manger un morceau et très vite aller au lit. Mais des confrères m’interceptent au bas du siège du journal et ensemble nous nous offrons une rasade, échangeons des informations comme d’habitude avant de commenter l’actualité, notamment la Coupe du monde de football qui vient de s’achever en Afrique du Sud. Les échanges sont animés. J’ai envie de rester plus longtemps, mais quelque chose me dit de rentrer à la maison. C’est ce que je fais.

Vers 22h, je me couche, l’esprit assez accablé. Ce que remarque d’ailleurs mon épouse, Anne Marie, qui me pose des questions. Je lui réponds que j’ai juste envie de dormir, mais le sommeil ne vient pas. Et lorsqu’il finit par arriver, il sera de courte durée : je me réveille de temps à autres avec l’impression d’avoir vécu un cauchemar. Vers minuit, c’est la sonnerie tonitruante du téléphone de mon épouse qui me réveille. Elle s’empresse de prendre le coup de fil pour ne pas davantage m’irriter. Au bout du fil, Marie Noëlle Guichi, le rédacteur en chef délégué. Elle demande à mon épouse de me réveiller doucement. Peine perdue, je suis déjà réveillé. « Dis à ton mari que le président (Pius Njawe, patron du quotidien Le Messager, ndlr) a fait un accident, et parait-il c’est grave ». Voilà ce que j’entends entre autres. Mon épouse veut poser des questions, mais la communication est coupée. Je bondis hors du lit, me saisis de mon téléphone en charge, l’allume et rappelle aussitôt Marie Noëlle. « Allo JFC, sois fort. Le président a eu un accident aux Etats-Unis et il parait que c’est très grave, sois fort », conclut-elle en soupirant avant de raccrocher.

Un accident ? Mais comment un accident ? Un accident, cela arrive, mais un accident grave... Diantre ! Mais de quoi s’agit-il exactement ? J’avoue que j’ai pensé à tout sauf à la mort du président de Free Média Group. Peut-être est-il dans le coma ou a-t-il juste des membres brisés ? Peut-être est-il simplement dans un état alarmant et en soins intensifs ? Peut-être, peut-être, peut-être. Jamais l’idée de la mort ne m’est venue à l’esprit. Pius Njawé est un homme vigoureux, plein d’énergie et qui a toujours su faire face à de multiples épreuves. Ce n’est pas un accident de circulation qui peut aussi facilement avoir raison de lui. Je décide de joindre Momo, le chef d’agence adjoint. Lorsqu’il décroche, j’entends des pleurs en fond sonore. Il me dit qu’il se trouve chez la sœur cadette de Njawé, du côté du quartier Ngousso, et que le président est mort. Ces mots résonnent en moi comme un tocsin et l’onde de choc est retentissante. Je hurle. Mon épouse aussi. J’appelle mon collègue et ami Honoré Foimoukom à Douala. Il me confirme la terrible nouvelle avec des sanglots.

Je mets la télévision en marche. Je zappe sur plusieurs chaînes américaines. J’écoute RFI, BBC, Africa N°1, la Voix d’Amérique. Pas un mot sur le décès de mon boss, ce qui a l’avantage de me rassurer. Ma petite famille et moi, nous nous mettons en prière dans l’espoir que ce que nous venons d’apprendre est faux. Aux environs de 5h30 du matin, très tôt ce 13 juillet, Marie Noëlle Guichi me rappelle pour me confirmer le décès. Elle annonce une réunion de crise pour 8h au siège du bureau de Yaoundé. Le temps me parait long. Mon complice et ami Lapiro de Mbanga (le célèbre musicien camerounais, ndlr) m’appelle. Il a la voix cassée. Je lui confirme la triste nouvelle. Lorsque j’arrive au bureau les yeux larmoyants, je fais des efforts pour ne pas craquer devant mes collègues. Un silence lourd règne sur les lieux. Chacun essaye de comprendre.

La réunion de crise est lourde de tristesse. Tous les collègues sont en sanglots. Marie Noëlle essaye de résister pour donner du courage aux uns et aux autres. Elle rappelle les défis qui nous interpellent dans l’immédiat. La conférence de rédaction que je préside peu après est également triste. Des confrères viennent aux nouvelles. Des amis et lecteurs du Messager aussi. Des militants des partis politiques, toutes tendances confondues, sont aussi là. Nous recevons des appels de sympathie : de personnes de toutes les couches de la société. Nos voisins de la Montée Âne rouge (siège du Messager à Yaoundé) sont aussi là. Chacun veut avoir le mot juste pour nous réconforter. Un livre de condoléances est ouvert. Il faut sortir de ce cauchemar. Le travail doit reprendre. Chacun sanglote derrière sa machine. Le président est parti. Il a définitivement quitté nos regards, mais de là où il est, il nous observe. Nous sentons sa présence dans la salle de rédaction et dans nos bureaux respectifs. Comme il aimait à le dire : « Courage au peuple du Messager ». Il veut que son journal continue de paraître. Aussi va-t-il nous inspirer.

Jean Francois Channon

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE