14/07/2010 06:39:50
Encadrement: François Omam Biyik se dit prêt
L'ancien international camerounais François Omam Biyik interrogé mardi par Xinhua a affirmé être prêt à coacher l'équipe nationale de football du Cameroun en cas de sollicitation par le ministère des Sports et la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT).
Xinhua
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

"Je n'attends que ça si jamais le ministère des Sports et la FECAFOOT me faisaient confiance", a déclaré le premier buteur du Mondial italien de 1990 lors du match d'ouverture contre l'Argentine, ajoutant ne pas se focaliser sur la sélection senior.

"J'ai l'expertise et je suis prêt à servir partout comme entraîneur adjoint, directeur technique national, sélectionneur des juniors, des cadets, des espoirs ou formateur des jeunes à la base", a indiqué l'actuel formateur des jeunes footballeurs au centre de Châteauroux en France.

Il a démenti l'information selon laquelle il aurait déposé un nouveau dossier de candidature à la FECAFOOT pour le remplacement du Français Paul Le Guen qui vient de faire une Coupe du monde désastreuse en Afrique du Sud avec la sélection camerounaise. "Je n'ai pas déposé un nouveau dossier. J'ai plutôt des anciens dossiers à la FECAFOOT et au ministère des Sports. Les deux instances ont tous mes contacts. Je suis à leur disposition", a-t- il souligné.

Au lendemain de la débâcle des Lions indomptables du Cameroun, nom de baptême de cette équipe, au Mondial-2010 jouée en Afrique du Sud, un débat est né sur le recrutement des entraîneurs nationaux en lieu et place des expatriés. Des noms d'anciens joueurs comme François Omam Biyik, Jean Paul Akono (intérimaire en 2000), Emmanuel Kunde (entraîneur au Gabon), Patrick Mboma et Joseph Antoine Bell ont alors été évoqués dans les médias locaux comme possibles candidats à la succession de Paul Le Guen.

Evoquant l'avenir de l'équipe nationale du Cameroun après le fiasco sud-africain, François Omam Biyik choqué par cette sortie prématurée, propose un diagnostic sans complaisance de cet échec. "Il faut examiner à tous les niveaux ce qui n'a pas marché", dit- il.

Selon lui, l'urgence de la nomination d'un nouveau sélectionneur existe, car, les éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) de 2012 au Gabon et en Guinée équatoriale démarrent en septembre 2010. "Ça, c'est pour le court terme. Pour le long terme, il est question de mettre dès à présent l'accent sur la formation des jeunes qui feront demain la fierté de notre équipe nationale", propose l'ancien avant-centre.

Pour M. Omam Biyik, la bonne prestation du Cameroun lors de la Coupe du monde de 2014 également passe par cette exigence.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE