16/07/2010 16:12:01
Le test de l'entonnoir...
Etienne Leenhardt, journaliste à France 2, et grand spécialiste de l'Afrique. Tellement grand spécialiste que pour lui "il n'y a pas de dictature en Afrique francophone" ! Et qu'il nous explique même pourquoi : ils sont tous tout blanc, les joyeux présidents africains...
jmplouchard
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Certes, lundi soir, nous avons eu droit à un petit chef d'oeuvre en matière de blanchissage, accompagné d'un léger passage de brosse à reluire. Mais quand même ! On n'est pas obligé d'utiliser la langue de bois pour blanchir les pompes, à force, ça raye.

Petite explication de texte, selon Monsieur Leenhardt, "certes, le panorama n'est pas entièrement glorieux, mais il n'est pas non plus sans espoir, sur le plan politique, il n'y a pas de dictature en Afrique francophone..." Et de nous l'expliquer sur une carte :

"Il y a ces pays où les fils succèdent à leurs pères" ! Mais non, mais non, ce n'est en rien de la dictature, juste une "tentation héréditaire", et ils réussissent même à se faire élire, très démocratiquement comme au Togo, au Gabon, et probablement bientôt au Sénégal...

"Il y a ses présidents qui semblent être désignés à vie..." Et non, ce n'est vraiment pas de la dictature, ils ont été élus très démocratiquement et même, pour certains, très démocratiquement réélus, comme au Cameroun, ou au Tchad...

Et puis "il y a des réussites", peu importe qu'elles soient "relatives" Elles ont des "des élections et une opposition dignes de ce nom" comme au Bénin, ou au Mali...

Sur sept pays mentionnés par Monsieur Leenhardt (et heureusement qu'il n'en mentionne que sept) qu'importe s'il n'y a que deux "réussites relatives", et qu'importe aussi si dans les autres ni les élections, ni l'opposition ne soient pas "dignes de ce nom"... Il n'y a pas de dictature politique en Afrique Francophone !

Alors merci Monsieur Leenhardt pour cette petite leçon de géopolitique, vous avez droit à la toute première place au grand test de l'entonnoir.

Tiens, un petit exemple, au Togo, où Faure Gnassingbé, président depuis 2005, a été élu très démocratiquement après avoir été désigné par son père, feu le président Gnassingbé Eyadéma.

Au Togo où Amnesty International et l’Acat-France l'ont appelé, Monsieur le Président de père en fils, le lundi 25 avril 2010 à mettre un terme à l’"impunité" qui "perdure toujours" dans le pays, cinq ans après les violences politiques d’avril 2005. Et avril 2005, c'était quoi ? Bien, la date de son élection ! Et circulez, il n'y a rien à voir.

Au Togo toujours, où la FIDH nous relate que "le 14 avril 2010 vers 16h, des forces de gendarmerie ont fait irruption au siège du principal parti d’opposition, l’Union des forces de changement (UFC) où étaient rassemblés des militants de différents partis d’opposition réunis sous la bannière du Front républicain pour l’Alternance et le changement (FRAC). Les forces de l’ordre ont violemment dispersé la réunion à coups de matraque et ont arrêté près de 77 personnes qui ont été soumises à des traitements dégradants et inhumains et notamment rouées de coups pendant leur détention. Les personnes arrêtées ont finalement toutes été relâchées le jour même et le lendemain. Les forces de sécurité ont, lors de leur intervention, emporté du matériel informatique et de nombreux autres objets (téléphones, sommes d’argent, documents, etc)."

Bien oui, quoi ! Mais non, mais non ! Ce n'est pas de la dictature !

Et aller, un petit coup de brosse à blanchir sur quelques autres des très démocrates présidents d'Afrique francophone.

1. Paul Biya, président du Cameroun depuis 1982, et très démocratiquement élu par trois fois (après avoir fait modifier la constitution à sa mesure).

2. Idriss Déby Itno, président du Tchad depuis 1991, et très démocratiquement élu par trois fois (après avoir fait modifier la constitution à sa mesure).

3. Ali Bongo, tout récent président du Gabon, élu très démocratiquement en 2009, après 42 ans de très démocrate présidence de feu son cher papa, Omar Bongo.

4. Ou encore Karim Wade, pas encore président du Sénégal, mais qui aimerait bien succéder à son cher papa Abdoulaye Wade, âgé de plus de 80 ans.

Et ceci pour ne prendre que les exemples cités par Etienne Leenhardt !

Alors oui, moi je pousse mon cocorico, ça a du bon (la francafric, pardon,) la colonisation !

Et comme il se passe des trucs vraiment géniaux en ce moment. Bien oui, les jeunes de l'UMP, ils "utilisent des méthodes trotskistes". Mon cocorico, je vais aussi le tenter sur l'air de l'Internationale...


Jean-Michel Plouchard

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE