23/07/2010 11:58:57
Epervier: Catherine Abena demande une évacuation sanitaire
Elle aurait sollicité  une sortie  du territoire auprès du magistrat instructeur de son dossier au palais de justice du Mfoundi centre administratif.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La nouvelle de son décès s’est répandue telle une traînée de poudre dans la nuit de mardi à mercredi 21 juillet 2010. Plusieurs journalistes de la presse nationale ont investi nuitamment son domicile au quartier Santa Barbara, celui de ses parents au quartier Essos et l’hôpital Central de Yaoundé où elle séjourne depuis six (6) mois. L’objectif étant de vérifier l’information. Mais il n’en sera rien Catherine Abéna est bien vivante et est toujours internée dans une des salles d’hospitalisation du pavillon. Le Riche du principal centre hospitalier  de la ville de Yaoundé. Mais selon des informations recoupées près des sources familiales, la folle rumeur est partie d’une demande d’évacuation sanitaire formulée par l’ex-secrétaire d’Etat aux Enseignements secondaires.

Elle aurait sollicité, d’après les mêmes sources,  une sortie  du territoire auprès du magistrat instructeur de son dossier au palais de justice du Mfoundi centre administratif. Elle a motivé sa requête datée du 20 juillet par le désir de recevoir des soins plus appropriés... Cette demande est intervenue après une déliquescence de son état de santé sur laquelle la direction de l’hôpital Central de Yaoundé souhaite ne pas se prononcer. La demande de Catherine Abena serait pour l’heure étudiée par le procureur de la République près les tribunaux des céans qui a été saisi par le juge d’instruction.

L’ex-secrétaire d’Etat avait été interpellée au petit matin du 8 janvier 2010 dans le cadre de l’opération Epervier. Du fond de sa cellule, le procureur de la République lui avait demandé de rembourser les 250 000 000 Fcfa dont la perte lui était imputée. Pour protester contre cette démarche qu’elle juge toujours « injuste », Catherine Abena était entrée en grève de la faim. Une semaine jour pour jour, elle tombait dans les pommes à la prison de Kondengui où elle fut déférée quatre (4) jours avant. Transportée inconsciente au bloc réanimation et soins intensifs, elle rompait sous la pression des ses proches, sa grève de la faim. Depuis lors, elle n’a jamais quitté l’hôpital Central de Yaoundé. La seule évolution intervenue pendant ce séjour est son transfert en mars 2010 du bloc de réanimation pour le pavillon Le Riche, réputé luxueux.

Pour Mémoire, l’ex-ministre des Finances et directeur national des Impôts, André Booto à Ngon condamné dans le cadre de l’opération Epervier, notamment de l’affaire Etat du Cameroun – Crédit Foncier avait fait une demande d’évacuation sanitaire restée longtemps en étude. Il trouvait la mort dans la foulée le 19 février 2009 à l’hôpital Général où il avait été évacué d’urgence sans avoir obtenu une suite favorable ou négative à sa demande. Qu’en sera-t-il de Catherine Abena un an et demi après ?

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE