14/08/2010 18:09:28
Des familles escroquées par un faux archevêque français
Un aristocrate français qui se faisait passer pour un archevêque orthodoxe au Cameroun est incarcéré à Angers depuis juin, soupçonné d’escroquer des familles candidates à l’immigration.
Le parisien
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Marie et René ont enfin retrouvé le sourire. Ce couple, installé depuis quelques années à Angers (Maine-et-Loire) a vécu plusieurs mois dans l’angoisse de ne jamais revoir ses filles. Danielle et Jessica*, âgées de 15 ans et 17 ans, de nationalité camerounaise, sont tombées entre les mains d’un réseau de passeurs d’enfants, qui leur avait promis de les faire venir en France, avant de les retenir contre leur gré, pendant sept mois, à Chypre.

Marie et René ont finalement récupéré leurs filles, le 16 juin à Roissy (Val-d’Oise), en provenance de Nicosie.
Suspecté d’être à la tête de ce gang d’escrocs, un Français qui se disait archevêque au sein de l’Eglise orthodoxe a été interpellé fin juin par les enquêteurs du service régional de la police judiciaire d’Angers. Mis en examen pour « escroquerie en bande organisée » et « aide au séjour irrégulier en bande organisée », Alain Mathias Drouet de La Thibauderie, 63 ans, a été incarcéré.

Tout commence au mois de février quand le quotidien régional « Ouest-France » révèle le drame vécu par Marie et René. Victime de violences, Marie a fui le Cameroun en 2003, laissant derrière elle ses deux filles. Après s’être mariée avec René en 2005, cette mère de famille a engagé des démarches pour bénéficier du regroupement familial. Mais les autorités françaises ont mis en doute la réalité de ses liens avec ses deux filles, car les extraits d’actes de naissance produits n’étaient pas authentiques.
« Le couple a alors été mis en contact, au début de l’année 2009, avec un Français installé à Yaoundé, au Cameroun, précise une source proche de l’affaire. Ce dernier qui se prétendait archevêque et se faisait appeler Monseigneur Côme, est venu en France leur rendre visite, tout en leur promettant de rapatrier au plus vite leurs enfants. Le couple a versé près de 20000 € pour, soi-disant, régler tous les frais de transport et les formalités administratives. »
En charge des investigations, les enquêteurs de la PJ d’Angers sont intrigués par le profil de cet intermédiaire. « Il n’a jamais eu de responsabilités au sein de l’Eglise orthodoxe, confie un policier. En revanche, son père a bel et bien été archevêque orthodoxe entre 1956 et 1994. Plusieurs documents indiquant que d’autres victimes ont eu affaire à ce faux archevêque ont été découverts sur son ordinateur au domicile de sa mère, à Sevran (Seine-Saint-Denis). » Les policiers ont également appris qu’Alain Mathias Drouet de La Thibauderie se présentait comme le responsable d’une obscure association baptisée Secours orthodoxe, basée dans le Val-de-Marne et destinée à venir « en aide aux déshérités, aux personnes en détresse morale, physique ou matérielle ».
« Lors de sa garde à vue, il a nié être impliqué dans un réseau de passeurs d’enfants, poursuit la même source. Il a expliqué avoir joué le simple rôle d’intermédiaire, sans jamais toucher d’argent. Il se dit victime de sa bonté. Mais il a aussi soutenu être réellement archevêque orthodoxe, passionné d’ésotérisme, d’art divinatoire et de franc-maçonnerie... »
* Les prénoms des victimes ont été changés.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE