20/08/2010 14:51:33
Gnassingbé-Adebayor, même combat
Emmanuel Adébayor aurait-il pu abandonner la sélection nationale togolaise pour une simple affaire de jupon, dans laquelle Faure Gnassingbé serait en outre impliqué ? Comme l'international togolais, le président vient de porter plainte pour diffamation contre le journal auteur de ces allégations. Et réclame 100 millions de francs CFA de dommages et intérêts.
Jeune Afrique
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

http://www.jeuneafrique.com/photos/019082010155515000000fauredragueok.jpg

« Le président de la République togolaise nous reproche de l’avoir diffamé en avançant dans nos colonnes que « l’affaire Edwige Badakou », dans laquelle son nom est cité, est l’une des raisons qui ont poussé Emmanuel Adébayor à mettre un terme à sa carrière », a expliqué Carlos Ketohou, directeur de publication de l’hebdomadaire « L’Indépendant Express ».

L’article incriminé, paru le 22 juin 2010, parle de la liaison présumée entre Faure Gnassingbé et Edwige Madjé Badakou, miss coupe du monde 2006, et Miss Togo 2004. Mais la jeune-femme aurait également entretenu une liaison avec Emmanuel Adébayor.

La jalousie serait à l’origine de la retraite internationale du joueur : « (...) au-delà de l’argument officiel qui motive cette décision [quitter la sélection nationale, NDLR], celui du drame de Cabinda, se cache un certain nombre de mobiles qui justifient le retrait pur et simple de la star du football... Une affaire de femme qui [aurait] été au centre de rixes entre Faure, le président de la république et le footballeur, Adébayor Shéyi, susurre-t-on dans l’entourage des deux hommes », écrivait L'indépendant Express.

« Allégations mensongères »

Dans une requête qui lui est adressée par le président, Carlos Ketohou est appelé à comparaître en citation directe le mercredi 25 août 2010 devant le tribunal correctionnel de Lomé, indique le document qui a été transmis mercredi au journaliste. Décidé à causer de sérieuses difficultés au journal, Faure Gnassingbé réclame même une coquette somme de 100 millions de Francs CFA (153 000 euros environ) à titre de dommages et intérêts.

Joint par jeuneafrique.com, Carlos Komlanvi Kétohou déclare être surpris par la réaction du président togolais, près d'un mois après la publication de l'article. C’est la première fois dans l’histoire du Togo qu’un chef d'État porte plainte contre un simple citoyen. Il y a quelques semaines, Emmanuel Adébayor avait également porté l'affaire devant les tribunaux, contestant « des allégations mensongères dénuées de tout fondement… »

Jean-Claude Abalo, à Lomé

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE