30/06/2009 12:02:42
Niger : Coup de force du président Tandja
Après trois refus de la Cour constitutionnelle, le président nigérien Mamadou Tandja prend des mesures très contestables pour faire avancer son projet de référendum électoral, qui vise à modifier la Constitution pour lui permettre de briguer un troisième mandat.
Radio-Canada
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Lundi, le chef d'État a limogé les sept juges de la Cour constitutionnelle, ce qui a pour effet, de facto, de dissoudre l'institution. C'est par décrets et ordonnances que le président exerce désormais son pouvoir.

Il a également remplacé plusieurs ministres de son gouvernement, qui ont démissionné en bloc jeudi dernier. Les ministres contestaient le projet de consultation du président.

L'opposition se mobilise

Devant la situation qui s'aggrave, l'opposition nigérienne s'est regroupée au sein d'un mouvement nommé Front de défense de la démocratie (FDD).

En entrevue à Radio France Internationale, le président de la commission de l'Union africaine (UA), Jean Ping, dit craindre « des dérapages » au vu des décisions prises par le président nigérien.

L'armée a indiqué qu'elle reste neutre dans cette situation, mais les opposants au référendum redoutent que les choses changent.

Une escalade inquiétante

Le chef d'État s'est arrogé les pleins pouvoirs vendredi dernier. Il a invoqué l'article 53 de la Constitution qui confère les pleins pouvoirs au président « quand la République est menacée ».

Or, cette mesure d'exception n'est valide que si elle a l'aval du Parlement, qui a été dissous par le président le 26 mai dernier.

La dissolution de la Cour constitutionnelle, lundi, créé un précédant au pays et viole la Constitution. Celle-ci stipule que « les sept membres de la Cour élus pour six ans sont inamovibles ».

Selon RFI, la chaîne de radio et de télévision Dounia a été suspendue par le Conseil supérieur de la communication jusqu'à nouvel ordre. La raison officielle est qu'elle appelle « à l'insurrection des forces de défense et de sécurité ».

Sur ses ondes, Dounia a diffusé l'appel de l'opposition à refuser l'application des pleins pouvoirs au chef de l'État.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE