30/06/2009 12:27:25
Économie : La Beac baisse ses taux d'intérêt
Le comité monétaire de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) a pris cette décision pour booster la croissance économique dans la Cemac
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La situation économique dans la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) reste et demeure préoccupante. C’est la conclusion à laquelle sont parvenus les membres du Comité de politique monétaire et financière (Cpm) de la Beac à l’issue de leur conseil tenu hier 29 juin à Douala. Le Cpm note un ralentissement plus prononcé de l’activité économique avec un taux de croissance évalué à 2,1% contre 4% en 2008, et la dégradation des comptes publics et extérieurs consécutivement à la chute des cours du pétrole et des autres matières premières. Pour les années 2010 à 2012, le comité de politique monétaire note que la croissance sera de l’ordre de 3,5% en moyenne, reflétant la dépendance des économies vis-à-vis du pétrole.
“ A cet égard, le comité insiste sur la nécessité et l’urgence d’une accélération des politiques de diversification des bases de production et de renforcement de l’intégration sous-régionale, notamment la mise en œuvre du Programme économique régionale en vue d’élargir les sources de la croissance dans les pays membres... ”, explique Philibert Andzembé, président du comité de politique monétaire par ailleurs gouverneur de la Beac. Ainsi donc, et selon le patron de la Beac, il est impératif pour les pays de la sous-région de trouver les voies et moyens de promouvoir par exemple leur agriculture, de favoriser la transformation locale des produits de base, de développer l’industrie touristique. Cette nouvelle orientation va ainsi mettre les pays de la Cemac à l’abri (pour l’essentiel des producteurs de pétrole) des fluctuations des cours du pétrole par exemple.

Baisse des taux

En attendant donc que les Etats réorientent leur politique productrice, le comité de politique monétaire de la Beac a décidé de baisser le taux d’intérêt des appels d’offres de 25 points de base, de réduire de 200 points de base le taux de pénalité aux banques, d’abaisser le taux d’intérêt sur placement des banques de 15 points de base, de réduire le taux de rémunération des Réserves obligatoires applicables aux banques de 5 points de base.
L’on a aussi appris à l’issue de cette rencontre que le comité de politique monétaire et financière de la Beac a examiné les modalités pratiques de mise en œuvre du Projet d’émission des titres publics à souscription libre dans la Cemac. Une alternative réelle aux besoins de trésorerie des Etats dans un contexte de rareté des recettes. Philibert Andzembé a encouragé les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale à émettre des bons de trésor ou à initier des emprunts obligataires comme c’est le cas actuellement en France. Pour ce faire le Cpm a décidé de geler les plafonds d’avances de la banque centrale aux trésors nationaux dès le démarrage des émissions de titres prévus au second trimestre 2009. Un clin d’œil à la bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale (Bvmac) et la Douala Stock (Dsx), les deux places financières en compétition dans cette sous-région. 

Léopold CHENDJOU

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE