08/09/2010 18:20:29
Le choléra menace Yaoundé
Panique ! Le terme est faible pour décrire l’émotion des voyageurs du train n°192 de la société ferroviaire Camrail arrivé hier mardi 7 septembre 2010 à la gare voyageurs de Yaoundé.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Une jeune femme est sous le choc. Ses lèvres sont sèches. Elle hésite à se confier au reporter. Lequel a dû flatter son ego pour obtenir quelques informations. Finalement, celle-ci, prénommée Amina, confirme les dires d’un autre passager, un homme en tenue, en provenance de Ngaoundéré. « Un cas de choléra a été découvert dans le train ».

Passager du wagon 914, ce camerounais dont l’identité n’a pas été révélée s’est mis à vomir et à faire de la diarrhée. Des signes qui ont attiré l’attention du contrôleur, lequel a aussitôt alerté sa hiérarchie. Le ministère de la Santé publique est également saisi. Des mesures sont prises pour transférer le cholérique à l’hôpital de district de Mbandjock pour une meilleure prise en charge.  « Je viens d’avoir le chef de district qui est à son chevet et qui me rassure que tout va bien », affirme Dr. Germaine Ewane, chef du service épidémiologie au ministère de la Santé publique, rencontrée à la gare voyageurs de Yaoundé.

Pour les habitués de Camrail, l’accueil en gare est différent des jours ordinaires. À l’instar des précédents arrêts, des mesures ont été prises pour prévenir des cas de contamination. Quatre (4) médecins et de nombreux infirmiers sont d’astreinte. Que l’on ait été ou non en contact direct avec le patient déclaré, il faut se plier au rituel du lavage des mains à l’eau javellisée, désinfection des pieds et consommation des comprimés de Doxicycline. L’ambiance est surchauffée. Il faut faire vite car les passagers paniqués pour la plupart sont pressés de quitter les lieux. Parmi eux, certains commencent déjà à vomir et ont l’air fatigué. Dans la foule de curieux massés à l’extérieur, les commentaires vont bon train sur la nationalité du premier cas. On annonce même déjà des morts. Un homme qu’on présente comme un militaire en civil est vraiment en colère. Venu accueillir son épouse et ses enfants, il se retrouve face à cette situation. Pour ne rien arranger, son épouse vomit. Le personnel médical très occupé ne semble pas lui avoir donné la réponse qu’il attend. Des ambulances sont immobilisées pour le transport des personnes suspectées de faire la maladie.

Un cas importé du Nigeria ?

Même les personnels de la Camrail ont été mobilisés pour soutenir l’équipe d’assainissement qui doit désinfecter les wagons du train 192. Cela se fait avec de l’eau chlorée. Exceptés les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans, tous les autres passagers ont droit à des comprimés. « Ils se donnent en fonction de la tranche d’âge soit trois pour les adultes et un ou deux en fonction de l’âge de l’enfant », souligne une infirmière. Cette dernière affirme qu’environ 6 000 comprimés ont été distribués depuis l’entrée en gare du train vers 11h40 minutes. Ce cas est-il importé du Nigeria voisin aussi en situation d’épidémie ? On est tenté de le penser en entendant le récit du parcours de la première victime enregistrée dans la région du Centre.

Une source au ministère de la Santé publique indique que ce patient, un commerçant qui vit à Mokolo Elobi à Yaoundé, a séjourné pendant sept jours au Nigeria, précisément à Kano dans le cadre de ses affaires. Il a quitté ce pays directement pour la ville de Garoua au Cameroun, puis a séjourné à Ngaoundéré avant d’y prendre le train pour Yaoundé. En discutant avec lui, les médecins se rendent compte qu’il présentait les signes du choléra depuis au moins deux jours. La maladie s’est aggravée dans le train. Au moment où nous quittions les lieux, vers un peu plus de 12h 30, la tension était un peu retombée. Les personnes suspectées d’avoir contractées la maladie ont été conduites dans un hôpital. Le « militaire en civil », a embarqué sa famille plutôt dans un taxi en direction d’on ne sait où.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE