15/09/2010 03:41:19
La
La Direction centrale du Renseignement intérieur (DCRI) a confirmé avoir enquêté sur les sources du Monde dans l'affaire Woerth-Bettencourt. Une révélation de plus qui vient discréditer encore davantage le gouvernement de Nicolas Sarkozy, déplore le quotidien belge Le Soir.
Courrier international
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le ministre du Travail Eric Woerth sur TF1 le 7 septembre 2010.

Le soupçon pesait déjà sur la procédure. Pourquoi le parquet se contentait-il d'une enquête préliminaire sans nommer de juge d'instruction ? Ce nouveau coup de théâtre ne fait qu'entacher un peu plus la crédibilité des investigations. Sans parler de la légitimité à maintenir au ministère du Travail un Eric Woerth si grossièrement protégé qu'il n'en devient que plus suspect. Avec quel résultat ? Une ambiance délétère qui pourrit le climat politique, nourrit le poujadisme et pollue le débat sur les réformes de société comme celle des retraites. Une justice privée de ses moyens, une presse dont les sources sont taries : c'est la séparation même des pouvoirs et la liberté de la presse qui sont bafouées.

Il y a quelques mois, déjà, l'utilisation des services de renseignement de l'Etat à des fins privées avait fait polémique. Il s'agissait alors d'enquêter sur les rumeurs qui prêtaient une liaison à la première dame de France. Le contre-espionnage avait admis que cette mission lui avait été confiée. L'Elysée serait-il en situation de récidive ? Choquant sur le principe, ce nouveau recours aux "services" fait aussi froid dans le dos. Le patron du contre-espionnage vient de révéler ce week-end que les menaces terroristes n'avaient jamais été aussi fortes en France depuis quinze ans. Pas vraiment le moment de disperser ses efforts en partant à la chasse aux "gorges profondes".

 

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE