11/10/2010 08:47:00
Chili: les mineurs se "battent"... pour sortir en dernier
Fidèles à l'image de solidarité qu'ils ont laissé transparaitre depuis le début de l'épopée, les 33 mineurs veulent tous laisser leurs camarades remonter avant. Mais les autorités vont pourtant définir une ordre de sortie bien précis...
lci
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les premiers seront les derniers, mais les premiers veulent tous être derniers. Les 33 mineurs bloqués au fond  d'une mine du Chili depuis plus de deux mois, se disputent presque pour être le dernier à être remonté en surface.

"Pour illustrer ce qu'ils vivent, je vous rapporte une conversation que nous  avons eue hier" samedi, a déclaré le ministre à la presse aux abords de la mine San Jose. "Je leur disais que nous devions établir un ordre de remontée, et que cet  ordre se déterminerait conjointement avec eux, sur des critères techniques",  a-t-il relaté. "Et quelle a été leur réaction ? Très bien M. le ministre, mais j'aimerais sortir en dernier. Puis un autre est arrivé et a dit: Non, camarade, j'avais dit que je serais le dernier. Non, non, c'est moi le dernier, est intervenu  un autre", a poursuivi le ministre. "Ils gardent un esprit admirable, de solidarité et de camaraderie", a-t-il  ajouté.
 
Les habiles, les faibles puis les forts
 
N'en déplaise aux mineurs pourtant, les autorités ont déjà dit qu'elles  suivront un modèle théorique connu pour fixer l'ordre de remontée par les puits  de secours: "d'abord les plus habiles", capables de réagir à un problème, "puis  les plus faibles, en dernier les plus forts", capables d'attendre le plus  longtemps. Les secouristes ont déjà "une idée plus ou moins claire" de qui figurera  dans ces trois groupes, avait signalé le ministre samedi.

Concernant la santé des mineurs après plus de deux jours au fond de la mine,  le ministre a indiqué qu'"ils demeurent en très bonne santé. Les gens qui sont au fond ne sont pas des malades, ce sont des personnes saines, qui jusqu'au  jour de l'accident travaillaient de façon normale" a-t-il rappelé. Leurs principaux soucis de santé, a rappelé Manalich ces derniers jours,  sont "des problèmes dentaires d'une certaine intensité" et "des problèmes cutanés".

Le gainage partiel du puits de secours, par lequel les 33 mineurs devraient sortir autour de mercredi, a commencé et devrait être terminé d'ici 24 heures, a indiqué dimanche l'ingénieur en chef Andres Sougarret. Les secouristes doivent poser 16 tubes métalliques de 6 mètres de large et les souder au fur et à mesure, afin de gainer les 96 premièrs mètres du puits de 622 mètres de profondeur. Le but est de faciliter le passage de la capsule "Phénix", qui remontera les mineurs un par un. Les autorités n'ont pas jugé nécessaire de gainer le reste du puits, car il est en meilleur état et il y a moindre risque que la capsule s'agrippe aux parois.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE