14/10/2010 04:53:28
Cameroun : près de 94 000 entreprises recensées en 2009
Un total de 93 969 entreprises et établissements de production exercent au Cameroun, selon les résultats rendu public mercredi du recensement général des entreprises (RGE) effectué entre août et novembre 2009 par l’Institut national de la statistique (INS) de ce pays de l’Afrique centrale.
Xinhua
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Ces entreprises ont réalisé un chiffre d’affaires de 10 225 milliards de francs Cfa en 2008, selon le recensement qui se dit "intéressé à toutes les unités modernes de production localisables et exerçant leurs activités dans des locaux professionnels fixes et permanents".

Le RGE 2009 confirme la forte présence du secteur tertiaire (86, 5%), avec pour effets "le foisonnement des activités commerciales et la faible revalorisation des ressources locales".

Le poids des secteurs secondaire (13,1%) et primaire (0,4%) s’explique par la fermeture de plusieurs unités de production du fait de la crise économique des années 1980 et 1990.

Les villes de Douala (33 004 unités, soit 35,1%) et de Yaoundé (22 436 unités, soit 23,9%) concentrent près de 60% des entreprises recensées. Ces deux métropoles confirment leur domination en termes d’emplois permanents (68,4%) et de chiffre d’affaires (73,8%) dans le secteur formel de l’économie camerounaise.

Près de neuf entités sur dix sont des entreprises individuelles, essentiellement constituées de très petites unités et de petites entreprises en grande partie aux mains des nationaux ; tandis que les grandes entreprises sont majoritairement contrôlées par des étrangers venant pour la plupart d’Europe occidentale.

Seulement une entreprise sur quatre est dirigée par femme, selon le RGE 2009.

Les entreprises du secteur formel emploient 429 758 travailleurs, en raison de 386 263 permanents et 43 495 temporaires. Ces emplois ne représentent que 4,3% de la population active estimée en 2009 à 10 millions de personnes, révélant, d’après l’INS, "la fragilité du secteur moderne" et son " incapacité à secréter des emplois salariés décents".

L’INS met également l’accent sur les obstacles auxquels se heurtent les chefs d’entreprises dans l’exercice de leurs activités.

"Les opérateurs économiques déplorent notamment, par ordre d’importance, les pratiques fiscales décourageantes, la corruption, les difficultés d’accès au crédit, les lenteurs des procédures administratives et la concurrence déloyale non fortement réprimée", mentionne le rapport

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE