18/10/2010 13:47:13
Secrétariat de la Francophonie: Diouf/Beyala dans une semaine
  La course pour le poste de secrétaire général de la Francophonie est lancée. Deux candidatures retiennent actuellement l’attention de l’opinion : celles du sortant Abdou Diouf et de l’écrivain franco-camerounaise, Calixthe Beyala.  
Afriscoop
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

 

Fort de son expérience, Abdou Diouf (74 ans) espère rempiler pour un 3e mandat à la tête de cette organisation qu’il dirige depuis le 20 octobre 2002.

« Beaucoup de voix se sont élevées pour demander que je sois candidat à ma propre succession. J’ai été très sensible à ces manifestations de confiance », a récemment déclaré l’ancien président sénégalais (1981-2000).

Mais selon des sources concordantes, M. Diouf serait en perte de vitesse dans les soutiens à sa candidature. Une situation inquiétante malgré l’avis favorable de la France confirmé le 3 juin dernier par le représentant personnel du président français Nicolas Sarkozy pour la francophonie, Jean-Pierre Raffarin.

Une faiblesse que compte exploiter la Franco-camerounaise, Calixthe Beyala (49 ans). La romancière est l’auteur de "Maman a un amant" (Grand prix littéraire de l’Afrique Noire, 1993), "Les Honneurs perdus" (Grand prix de l’Académie Française, 1996) et "La Petite Fille du réverbère" (Grand prix de l’Unicef, 1998).

Elle estime que la Francophonie sous Diouf « ronronne ». Par conséquent, son comité de soutien propose que ce dernier « se retire dignement ».

« J’ai obtenu énormément de soutien des pays francophones dans l’ensemble. Quand on regarde sur internet, ma candidature provoque vraiment de l’exaltation au niveau des peuples francophones, qu’ils soient du Canada, de la France, de la Belgique ou de l’Afrique. Donc tout va bien. Je n’ai pas dit que je vais gagner, je suis une démocrate, les choses ne m’ont jamais été données et je me suis toujours battue avec mes idées », dit-elle sur son site web.

Si elle est élue au terme du 13e sommet prévu du 22 au 24 octobre à Montreux en Suisse, Mme Beyala sera la première femme Secrétaire générale de la Francophonie crée en 1970.

Mais, l’actuel Premier ministre du Québec, Jean Charest, qui avait manifesté son appui à Abdou Diouf il y a environ un an, aurait aussi un intérêt envers le poste de Secrétariat général de la francophonie. Son parti le PLQ (Parti Libéral du Québec) est éclaboussé par diverses allégations plutôt sérieuses et M. Jean Charest serait poussé vers la sortie.

Composée de 70 Etats et de gouvernements membres, l’Organisation internationale de la francophonie (Oif) regroupe plus de 870 millions d’habitants et 200 millions de locuteurs de la langue française de par le monde.

 

Sandrine LEGAULT

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE