20/10/2010 01:38:05
Les listes électorales:les Camerounais traînent le pas
Seulement 112 000 nouveaux électeurs inscrits en deux mois et demi de campagne pour l’inscription sur les listes électorales. C’est la maigre moisson d’Elections Cameroon (Elecam), l’organe en charge de l’organisation des élections au Cameroun. La présidentielle est programmée pour l’année prochaine.
Afrik
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les régions qui marquent le plus grand nombre d’inscrits sur les listes électorales en vue de la présidentielle 2011 sont : l’Est, le Nord et le Centre. Les autorités d’Elecam accusent l’inertie et le manque d’engouement chez les potentiels électeurs. Ceux-ci seraient encouragés dans leurs positions par les partis politiques qui empêchent les électeurs de s’inscrire sur les listes. Dans la région du centre (Yaoundé) par exemple, on dénombre seulement 7 840 nouveaux inscrits depuis le début de la campagne au mois d’août dernier. Pourtant, 700 Camerounais ont été recrutés par Elecam et déployés dans l’ensemble du territoire pour procéder à l’inscription des électeurs sur des listes. Malgré cela, un manque d’intérêt des populations est observé. Par exemple, en une journée, chaque membre de ce personnel reçoit entre 6 et 16 personnes. Le reste du temps, ils se tournent les pouces.

Le cas de Bakassi

Cette inertie s’observe encore plus dans la péninsule de Bakassi. Les Camerounais de cette circonscription s’inscrivent sur les listes électorales pour la première fois. En un mois de travail, on dénombre seulement une trentaine d’inscrits. Un très faible chiffre qui s’explique par le fait que la majorité des Camerounais de la péninsule n’a pas le précieux sésame : la carte nationale d’identité. De plus, on y retrouve une forte colonie d’étrangers et certains Camerounais ne se sentent pas concernés par cette opération. Un long chemin reste donc à parcourir pour les intéresser à la prochaine élection présidentielle.

Mohaman Sani, le directeur général des élections, pense que le plus grand problème de la structure ELecam est celui de la communication. « Nous allons maintenant mettre à profit les responsables de la communication dans les différentes régions du Cameroun », explique-t-il, afin qu’ils informent mieux la population sur la nécessité de s’inscrire sur les listes électorales et plus tard d’accomplir son devoir civique.

En attendant, le président du Social democratic Front, Ni John Fru Ndi, a saisi la cour suprême, accusant Elecam de mener des activités illégales. Quant à Paul Biya, le président de la République du Cameroun, il a publié vendredi dernier l’acte qui rend effective l’entrée en fonction d’Elections Cameroon qui, semble-t-il, opérait jusqu’ici en toute illégalité...

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE