28/10/2010 00:59:22
Fovou: Kontchou et Kamto plus forts que Kamdem?
Fovou lève sa menace de boycott pourtant le ministre des Sports a instruit la Fecafoot  d’approcher ces personnalités afin d’infléchir la menace de boycott du club de Baham.
Football365/Mutations
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Mardi, le Fovu Club de Baham a boycotté pour la troisième fois une réunion préparatoire de la prochaine finale de la Coupe du Cameroun, événement qui marque la fin de saison sportive nationale et se trouve placé sous la présidence du chef de l’Etat. « Tant que la Fécafoot ne revient pas sur sa décision de nous reléguer en D2 sur tapis vert, nous ne jouerons pas cette finale », menaçait Joseph Tama, directeur administratif du club du rocher sacré. Sur instruction gouvernementale, la Fécafoot s’est alors rapproché de Fovu pour trouver un terrain d’entente. « Je vous invite à venir jouer la finale et je vous promet de réunir le comité exécutif de la fédération au lendemain de la finale pour étudier de nouveau le fond de l’affaire qui a condamné votre club pour la D2 », a écrit en substance Iya Mohammed dans une correspondance adressée à Dieudonné Kamdem, le président de l’équipe des hauts plateaux.

Mercredi, les responsables de Fovu ont organisé un point de presse pour annoncer publiquement qu’à la suite des promesses faites par le président de la Fecafoot, leur club lèvait sa menace de boycotter la finale. « L’Etat du Cameroun nous a tendu la main, la Fédération s’est engagés à rouvrir notre dossier pour l’étudier dans le fond. Pour toutes ces raisons, nous allons jouer la finale », a indiqué Kamdem Kouam Serge, porte parole du club.

Augustin Kontchou et Maurice Kamto pour convaincre Fovu
Sauf coup de théâtre, la cérémonie de clôture de la saison sportive 2010, qui culmine avec la finale de la coupe du Cameroun de football, aura lieu dimanche prochain au stade omnisports Ahmadou Ahidjo. La cinquième, et probablement la dernière, réunion préparatoire de cet évènement, qui sera en principe présidé par le chef de l’Etat, Paul Biya, s’est tenue hier après-midi dans la salle des conférences du ministère des Sports et de l’Education physique.
D’entrée de jeu, le ministre Michel Zoah a indiqué que le comité d’organisation «a pris du retard. Les choses sont maintenant circonscrites. Nous connaissons la date exacte [dimanche 31 octobre 2010, ndlr]. Ils font qu’on accélère le travail». Des exposés des chefs des commissions mises sur pied pour la circonstance, il ressort en effet que beaucoup reste à faire. Tant sur le plan protocolaire, de l’animation, de la couverture sanitaire ou technique.
Néanmoins l’on a appris que 1700 jeunes, dont 1000 élèves des lycées et collèges de la place et 700 étudiants de l’Institut national de la Jeunesse et des Sports vont assurer la parade. Les travaux de réfection des tribunes devront être bouclés au plus tard samedi matin. Mais déjà, vendredi est prévue la répétition générale sur le théâtre de l’évènement.

Contentieux
Le débat a achoppé sur la participation de Fovu de Baham à la finale de la Coupe du Cameroun. Selon le président de la sous-commission football, vice-président à la fédération camerounaise de football (Fecafoot), les contacts sont établis avec les clubs finalistes, en l’occurrence Fovu de Baham et Les Astres de Douala. D’après l’orateur, une réunion entre les responsables de ces équipes et la fédé a eu lieu lundi dernier.
Seuls les responsables des Astres ont pris part à la concertation et ont déposé séance tenante la liste des joueurs et des officiels du club. S’agissant de Fovu de Baham, le représentant de la Fécafoot a soutenu que «M. Kamdem [le président de Fovu] n’a jamais officiellement dit que son équipe ne participera pas à la finale». Et de révéler que «selon des sources non officielles», le chef supérieur Baham a réuni tout le staff de Fovu de Baham pour le persuader de prendre part à la finale.

Pour le ministre des Sports, Michel Zoah, «il faut une réponse certaine en ce qui concerne Fovu. Le cabinet civil m’a interpellé à ce propos. Les assurances fournies par M. Kamdem me semblent insuffisantes. Et puis, j’ai prescrit une approche politique la dernière fois. Il faut rencontrer les élites Baham à l’instar des ministres Kamto et Kontchou. Il faut également savoir si la procédure de Fovu est épuisée. S’il y a encore des étapes à franchir». D’après le Minsep, il faut que la position de Fovu soit claire. Au cas le club du rocher sacré persiste dans le boycott de la finale, il faut envisager un plan B.
L’affaire Fovu de Baham remonte vers la fin du championnat Mtn Elite One. Fovu avait perdu, par pénalité, la rencontre face à Renaissance de Ngoumou, après l’avoir remportée sur le terrain par 2 buts contre 1. L’équipe adverse avait accusé Fovu d’avoir aligné un joueur non qualifié. Fovu perdra ainsi trois points sur son classement général. Ce qui a entraîné sa relégation en Mtn Elite Two. D’où le contentieux qui rend aujourd’hui incertaine la finale de la coupe du Cameroun.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE