29/10/2010 13:09:33
Téné Sop: "Gbagbo, le seul candidat qui a une vision pour l'Afrique..."
Téné Sop, est écologue de profession et homme politique du Cameroun basé en Allemagne. Il a initié avec des amis il y a quelque temps déjà, le Réseau Afrique Pour Gbagbo (APG). A quelques heures de la tenue de l'élection présidentielles ivoirienne, il prend position.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L'APG est composé d'africains de diverses nationalités et de la diaspora historique Tene Sop est aussi le Secrétaire Général du Conseil du Conseil National pour la Résistance/Mouvement Umnyobiste, Vice-président du Cercle des Amis de la Cote d'Ivoire (Le CACI). A quelques heures de la tenue de l'élection présidentielles ivoirienne, il prend position.

C'est quoi le Réseau - Afrique pour Gbagbo (APG) ?

 L'APG est un groupe informel qui a vu le jour un peu avant les tristes événements de novembre 2004 en Côte d'Ivoire. On vivait un contexte d'hostilité internationale généralisée contre le Président Gbagbo qui été couvert de tous les noms d'oiseaux, avec en première ligne la France et son président d'alors Jacques Chirac.

L'APG est née des amis africains et admirateurs de la vision et du courage politique du président Gbagbo. L'APG vise à rétablir la vraie image et à faire connaître le vrai combat de Gbagbo dans l'opinion africaine et de sa Diaspora.

 Quelle est la position de l'APG par rapport à la présidentielle du 31 octobre ?

 C'est évident que Afrique pour Gbagbo soutient le président et le candidat Gbagbo à la présidentielle du 31 octobre. C'est le seul candidat qui a une vision pour l'Afrique et qui a montré tout au long de ses 40 années de lutte et de manière plus éclatante encore crise en Côte d'Ivoire, qu'il est un homme de conviction, de défis et de résistance sur lequel l'Afrique et la Côte d'Ivoire peuvent compter.

 C'est très vague. MM Bedié, Ouattara et Wodié pourraient aussi revendiquer ces qualités que vous attribuez à Gbagbo...

 Pour paraphraser quelqu'un, je dirais que la résistance n'est pas un mot, mais un comportement ! Bédié et Ouattara représentent le camp conservateur et réactionnaire des adversaires de la liberté et de la démocratie en Côte d'Ivoire, quoi qu'ils fanfaronnent aujourd'hui en s'autoproclamant grands démocrates devant l'Eternel ! Ils appartiennent à la lignée de ces collabos serviles, agents de l'impérialisme international que l'Afrique a connus à une époque et qui pensent que l'Afrique a besoin de Maîtres !

Bédié et Ouattara ne peuvent pas revendiquer le même parcours que Gbagbo. C'est vrai qu'en période électorale tous les vendeurs de vent et des opportunistes de tout bord se réveillent…Mais quand même, les Ivoiriens ne sont ni dupes ni amnésiques !

 Qu'est-ce qui vous décide à appeler les Ivoiriens à voter Gbagbo ?

 Personnellement, je connais le président Gbagbo depuis décembre 1993 à l'hôtel Assonvon à Yopougon. Et depuis lors, je suis attentivement son itinéraire, ses activités et ses combats que je soutiens. Il y a dix déjà, nous étions à ses cotés lors de la présidentielle d'octobre 2000…

Revenant à votre question, ce qui décide le Réseau APG et les progressistes africains aujourd'hui à soutenir Gbagbo, c'est son positionnement et ses actions contre le néocolonialisme, l'impérialisme français en Côte d'Ivoire.

Par exemple, pendant que Gbagbo luttait contre la France pour libérer son pays, Bédié et Ouattara demandaient aux autorités françaises de chasser Gbagbo du pouvoir et de mettre la Côte d'Ivoire sous mandat des Nations unies. Le summum de cette servilité de ces prétendus Houphouétistes, c'est en Novembre 2004 lorsque Ouattara et son ami Bédié, ont clairement félicité la France pour avoir massacré les Ivoiriens aux mains nues devant l'hôtel Ivoire.

C'était le comble de leur antinationalisme et de leur servilité.

 Quelles sont ces actions ?

 On ne peut pas toutes les citer.

Tenez : le 14 juillet le président Gbagbo a fait la fierté de l'Afrique en refusant l'invitation de Sarkozy à défiler sur les Champs Elysées pour célébrer les 50 ans de prétendue «décolonisation de la France en Afrique». Heureusement que l'Afrique avait Gbagbo pour dire NON. Tous les autres chefs d'Etat ont accouru sur les champs Elysées avec leurs troupes malgré les protestations de leurs peuples.

Ensuite, le président Gbagbo a proposé la création d'une nouvelle banque africaine pour remplacer la Banque mondiale et le FMI qui ne causent au continent que misère et désolation.

Au plan national en Côte d'Ivoire, le président réitère ses propositions faites depuis les dernières élections en 2000 : Assurance maladie Universelle, gratuité de l'école, réforme de la filière cacao et transformation du cacao sur place, l'approfondissement de la décentralisation, l'électrification massive de la Côte d'Ivoire, pour ne citer que ces quelques points…

 Pensez-vous vraiment que cette élection se jouera sur les programmes et les propositions des candidats ?

 Oui et non. Le programme sera sans doute relayé au second plan par les évènements douloureux de ces huit dernières années en Côte d'Ivoire et la nécessité de clarifier les le positionnement des uns et des autres. Mais pour nous autres africains, nous voyons essentiellement deux camps. Le camp de la résistance à la servilité, à l'humiliation et à l'exploitation qu'incarne Laurent Koudou Gbagbo et le camp des collabos et ivoiritaires nostalgiques d'une époque révolue; représentés par Bedié et Ouattara.

Ces derniers sont tous comptables de l'ivoirité qui a causé tant de dommages à la Côte d'Ivoire. Ouattara a créé la carte de séjour, qui a ensuite permis à Bédié et ses idéologues génocidaires de conceptualiser la notion d'ivoirité.

 Pensez-vous que vous serez entendus des Ivoiriens ?

 Nous voulons dire aux Ivoiriens, qu'ils ont la chance d'avoir Gbagbo. L'Afrique progressiste est fière de cet Homme. Notre continent est en manque d'un véritable leadership depuis la liquidation des derniers nationalistes africains. Le continent cherche un leader capable de transformer cette soif de libération de la jeunesse africaine, en un profond mouvement de changement au niveau continental qui brisera définitivement les chaînes du néocolonialisme et de l'impérialisme qui nous plongent chaque jour dans la pauvreté.

Nous disons aux Ivoiriennes et aux Ivoiriens que l'Afrique les regarde.

L'Afrique progressiste demande humilité et respect aux électeurs ivoiriens de voter pour le président Gbagbo le 31 octobre et de donner ainsi l'opportunité à l'Afrique de bénéficier de la lutte, de la vision et du leadership du camarade Gbagbo, pour une Afrique libre et digne !

 Enfin, je voudrais signaler que si l'Amérique latine a connu toutes les grandes mutations qu'elle a connues durant la dernière décennie, c'est aussi et surtout à cause du leadership du président Hugo Chavez qui a soutenu la vague de changements qui a soufflé sur l'Amérique du Sud. Gbagbo, toute proportion gardée, est le Hugo Chavez de l'Afrique, il est une chance pour l'Afrique de la Résistance à laquelle nous appartenons.

Le Réseau Afrique pour Gbagbo compte sur la lucidité et la clairvoyance des Ivoiriens.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE